Algérie – Les 100  premiers jours  de la présidence sont décisifs.


Résultat de recherche d'images pour "chems eddine chitour"

Par Chems Eddine Chitour

Une deuxième République basée sur l’honnêteté et le parler vrai, va donner une espérance tangible  et rendra  compte constamment de ses actions

Ca y est ! Nous avons un nouveau président !  Le président a été élu selon le décompte avec 58% des voix. Avec  40 % des votants. Ça et là  au sein de la population, des voix se font entendre quant à la légitimité de cette élection. De par le monde plusieurs chefs d’Etat ont été élus dans des conditions  souvent abracadabrantesques Il n’est que de voir certains pays européens : le président  français   Macron a été élu avec 8,656600 voix sur 37 millions soit  24,05 %  Emmanuel Macron a  obtenu près de 21 millions de voix (20.753.798 exactement), sur près de 47 millions de personnes inscrites. Soit 43,63% Meilleur que ses prédecesseurs   américains les présidents ont été élus avec moins d’un quart des votants   Parle t-on d’illégitimité s’agissant d’eux ?  De même  Alors que la quasi-totalité des enquêtes d’opinion  donnaient  Trump perdant, le candidat républicain l’emporte sur la candidate démocrateHillary Clinton, en obtenant 306 grands électeurs contre 232. Il est devancé de 2,1 points de pourcentage (soit près de 3 millions de voix) par sa rivale au plan national, ce qui fait de lui le cinquième candidat remportant une élection présidentielle aux États-Unis sans avoir obtenu le plus grand nombre de suffrages populaires.

Les 100  premiers Jours

Les élections étaient un mal nécessaire pour mettre en place des institutions devront nous permettre de sortir de l’errance actuelle . plus que jamais la Révolution Tranquille devra aider à la mise en place d’un Etat de droit. John Kennedy avait coutume de dire : « Ceux qui rendent une révolution pacifique impossible rendront une révolution violente inévitable » Le peuple du 22 février a ébloui le monde par sa résilience , son attitude non violente . Nous ne nous faisons pas d’illusion quant à la solution immédiate des problèmes par un coup de baguette magique. Nous devrons continuer dans le calme et la sérénité à militer pour une Algérie de progrès, une Algérie fière de ses identités mais fascinée par l’avenir où seuls le savoir et l’amour du pays seront les critères les plus pertinents pour juger de l’apport de chacun à la construction de la Maison Algérie.

Cette révolution pacifique,  est unique en son genre et ce qui est arrivé est exceptionnel. Le peuple algérien a montré sa vraie nature : un peuple uni, qui, dans les grandes occasions, se révolte comme un seul homme. Ce que j’appelle, moi, la « révolution tranquille » a suscité l’admiration plantaire. Il faut dire que de par le monde, les mouvements de foule finissent souvent mal, avec de la casse, des blessés et des pillages. Bref, ce n’est pas serein. Chose qui n’a absolument pas été le cas ici, et cela pendant 43 vendredis consécutifs. Des milliers, voire des millions de personnes marchent à travers le pays d’une façon des plus apaisées pour expliquer qu’elles aspirent à un mieux. C’est une véritable leçon adressée au monde en montrant leur nouvelle vision de l’Algérie.

Cette nouvelle vision de l’Algérie ne peut pas se mettre en place si le système et ses reliquats sont toujours en place. Donc, à juste titre, chaque vendredi se rappelle au pouvoir afin de dire que ce n’est pas encore suffisant ! Cela ne veut pas dire que rien n’a été fait, bien au contraire. Moi je suis de ceux qui pensent que le peuple algérien a montré sa maturité. C’est-à-dire que plus rien ne sera comme avant. Le prochain président sera le premier à le constater. Il y aura une conscience populaire pour le surveiller. C’est pour moi le plus grand acquis de cette révolution tranquille. Le  Hirak sera un moyen de contrôle et de pression sur les autorités. Il continuera également à se manifester de telle façon à accompagner le futur chef de l’État dans ses réformes.

Car que demande finalement le peuple ? Le départ de l’ancien système, chose connue, reconnue et acceptée. Il demande aussi que l’on mette en place les outils d’une République démocratique, celle de l’alternance, de la liberté d’expression  de l’exclusion de la chasse implacable à la  Hogra et surtout du savoir où ce qui compte à partir de maintenant est uniquement la compétence en lieu et place de la légitimité historique afin de faire émerger une nouvelle société. Celle de la création de richesse afin de tourner le dos définitivement à la rente. Cela pour faire en sorte que l’on soit un pays évolué qui a son mot à dire dans le concert des nations. Mais pour cela il y a encore du chemin…  Il est important que la Révolution du 22 février 2019 continue d’accompagner le président dans le calme et la sérénité jusquà la mise  en place des attributs réels et inviolables d’une République enfin démocratique  qui permet à chacun de s’éxprimer dans le calme, de croire ou de ne pas croire, tout en respectant les lois de la République . Cela se fera avec une nouvelle version de la Constitution qui sera soumise au peuple pour approbation.

On ne peut pas exclure les tentatives d’ interférences étrangères

Le rôle des États-Unis dans la révolte de la rue arabe  l’avenir de l’Algérie doit être déterminé par les Algériens eux-mêmes sans intervention étrangère. le rôle notamment financier mais aussi de formation joué depuis 2011 par les organisations américaines, telles le National Endowment for Democracy (NED), Freedom House et bien d’autres. Il remarque que les méthodes utilisées par certains manifestants viennent directement du manuel utilisé dans toutes les « révolutions colorées »  de Gene Sharp- «De la dictature à la démocratie», livre de chevet depuis près de deux décennies de tous les activistes du monde non occidental rêvant de renverser des régimes jugés autocratiques- et d’une façon plus ancienne l’ouvrage du Docteur Gustave Lebon  ( la psychologie des foules) et dans le mal nommé printemps arabe. Exemple: des manifestants donnent des fleurs aux forces de l’ordre, ou encore, ils balaient les rues, pas régulièrement, une seule fois. Clairement, des opérations de propagande.    Celui qui a parrainé la résolution du Parlement européen, Raphaël Glucksman, est le « consultant en révolution », conseiller spécial des révolutionnaires colorés géorgiens et ukrainiens.

Sans oublier aussi  le Rapport Lugano : « Une population totale de la planète plus réduite est le seul moyen de garantir le bonheur et le bien-être de la grande majorité des gens. […] Si nous souhaitons préserver le système libéral […] il n’y a aucune solution alternative. »

On le devine, le sacerdoce du néolibéralisme est de créer le consommateur mondial: homo economicus: le moi universel. Les citoyens de ces pays doivent passer leur temps à se quereller pour savoir ce qu’ils sont  en vain  Les sociétés multiculturelles doivent consacrer toute leur énergie à maintenir la paix entre les divers groupes qui les composent au lieu de se mettre au travail   Faire l’éloge de la diversité plutôt que de l’unité.  Il en est ainsi d’ailleurs de toutes les officines  qui ont pour cap le «  Regime change » et qui ont trouvé  en Algérie le  moyen d’essayer leurs recettes ! En vain ! Dans les grandes décisions, il faut rendre grâce au peuple du  22 février  qui d’une façon certaines fois irrationnelle  ne joue pas ce jeu là car il garde encore  par devers lui , les stigmates des aventures que nous avons connues celles de 88, celle de la décennie noire et celle récemment de 2011 ! Cela ne veut pas dire naturellement qu’il est naïf , son combat pour une Algérie de progrès est devra rester entier , jusqu’à ce que le pays construise enfin  sa démocratie ! Entre temps, l’Etat doit fonctionner ! et les échéances internationales nous commandent d’avoir des institutions en ordre de marche.

Il est important de faire admettre que personne n’a perdu dans cette vision binaire.  Je suis de ceux qui pensent que l’’Algérie va gagner  car de la stabilité naîtra graduellement la confiance du citoyen dans l’Etat  qui doit donner des gages de  probité d’engagement ; de parler vrai et surtout de justice pour tous.  Le combat pacifique pour une nouvelle Algérie où chacun sera jaugé à l’aune de sa valeur ajoutée est un noble combat  c’est grâce à cette Révolution Tranquille du 22 février  que  43 manifestations se déroulent dans la paix que les ripoux sont jugés quelque soit leur fonction  Que Plus rien ne sera jamais comme avant  et que pour la première fois  Une autorité indépendante de l’organisation des élections a été mise en œuvre  Cependant les 100  premiers jours  sont importants car c’est un contact direct avec le peuple.

Les promesses devraient voire un début d’exécution ! La présidence aura à s’affirmer graduellement  par ses actes d’apaisement  et faire dans toutes ses actions un travail de pédagogie   Une Algérie du vivre ensemble non pas face à face mais côte à côte devrait être notre graal L’avenir de l’Algérie dépasse de loin nos  petits ego. La crédibilité de l’Algérie n’a que faire de nos états d’âme surtout si nous n’avons pas en main toutes les cartes. Savez vous que nous nous prenons pour des géants alors que nous sommes des nains. Nos interrogations identitaires doivent faire l’objet de rigolades des grands de ce monde. Dans toute cette tragédie ce ne sont pas les citoyens qui se disent lambda alors qu’ils sont d’une façon ou d’une autre des « privilégiés » qui ont   des états d’âme tout les vendredi et qui le reste du temps vaquent à leurs occupations font des projets bref vivent normalement nullement dérangés si ce n’est à la marge par la tragédie actuelle que les jeunes quels que soient leurs statuts reçoivent en plein dans la figure, eux qui bravent la mer, montent au maquis se suicident car manque de perspective.

Les dangers d’un basculement vers une société inégalitaire

Les  vrais citoyens lambda veulent avoir des droits. D’abord celui de vivre, de laisser leur trace sur Terre en fondant une famille Le droit à  un travail  respectable Le droit à un toit. Je suis sûr que c’est cela qui les intéresse le plus. Le moment est venu de penser à eux et en priorité à eux. Les libertés, la justice, l’alternance au pouvoir sont consubstantielles d’une Société tolérante qui donne des perspectives à ses enfants Allez interroger le citoyen de lambda de l’Algérie profonde au lieu et place de ceux de la Grande Poste ! Quelles sont ses priorités ? Surement pas celles de l’alternance au pouvoir de la démocratie, ce qui l’intéresse c’est comment survivre et de ce point de vue c’est le peuple de l’Algérie profonde qui va trinquer au fur et à mesure que le bas de laine de la rente se vide.

Pour moi je suis prêt à m’associer avec le diable pour l’avenir des jeunes. C’est comme cela que je vois la continuité de la Révolution du 22 février : Accompagner le président élu dans la concrétisation des promesses de compagne sur l’indépendance de la justice, les libertés au sens large et aussi et c’est le plus important inventer une politique qui protège les faibles , les 3araya, les Raeyane, bref les Algériens d’en bas; Il n’y a pas une cause plus noble que celle de tendre la main à ceux qui sont par terre surtout quand on a une position sociale relativement aisée . C’est comme cela que je comprend la solidarité et le désir de vivre ensemble en se départissant du rôle de l’inquisiteur qui dicte la norme alors que nous sommes tous autant que nous sommes, sujets à l’erreur.  Sans vouloir donner des leçons nous devons plus que jamais faire preuve d’humilité. Le destin de l’Algérie est à une croisée de chemin ; A nous de faire preuve de discernement pour faire en sorte que notre pays s’en sorte par le Haut.

Les citoyens doivent savoir quels sont les grands enjeux L’Algérie est en panne  sur tout les plans si on veut sortir tout le monde doit savoir que nous risquons de retomber dans  les griffes caudines du FMI  Nous avons mangé notre pain blanc. Nous ne devons pas oublier que c’est la rente qui nous permet sans rien faire de nous permettre de manifester tout les vendredi , »chaba’anine Le combat pour une Algérie juste tolérante qui donne sa chance à chaque algérien de prouver ce qu’il sait faire, devrait être notre premier combat . Cela n’exclut pas naturellement pas de se battre pour les droits de l’Homme, mais cela ne mange pas de pain !…. De multiples défis d’une Algérie au travail nous attendent J’en appelle à la solidarité pour conjurer le spectre de situations difficiles où il sera nécessaire de serrer la ceinture, accepter des sacrifices et surtout, faire place à cette jeunesse en panne d’espérance.

Cependant, il est un autre combat aussi important c’est celui du projet de société avec la crainte que l’Etat recule devant le néo-libéralisme et une régression des acquis sociaux . Nous devons militer pour un Etat stratège qui protège les classes vulnérables sans pour autant en faire des assistésJe serais de ces combats pour protester contre ce type de société qui broie les faibles. Cette révolution devra faire sienne les acquis sociaux et prôner plus que jamais les vrais droits humains, ceux de s’instruire, de vivre dignement d’avoir un toit d’être soigné Le grand challenge est de permettre aux jeunes de donner la pleine mesure de leur talent au service du pays Toute chose qui ne seront pas évidentes dans l’avenir

Chaque Algérienne, chaque Algérien dans la transparence la plus totale de la loi et de la protection de la justice, doit montrer sa valeur ajoutée. Des jours sombres se profilent et il est important de veiller que l’oligarchie ne perdure pas même avec les miettes de la rente qui restent. Si cette feuille de route est acceptée par les patriotes sincères qui veulent pas que leur pays tangue dangereusement vers un Etat où d’un côté il y aura de plus de 3araya ( les démunis, les sans dents, les sans droits) et de l’autre une nouvelle oligarchie tant il est vrai qu’elle est protéiforme.

 L’immédiat :

C’est avant tout la nécessité de libérer  rapidement    les jeunes de la Révolution Tranquille    Comme mesure de grâce présidentielle car Rien dans les textes actuels n’interdit à un jeune de brandir un emblème Instituer la peine d’intérêt général qui permet  au contrevenant de purger une peine utile à la société sans qu’elle ne soit coercitive.

Dans la perspective d’aboutir à une société apaisée juste tolérante et tournée vers le futur (Jeunesse, part importante) le chantier doit être ouvert non pas sous forme de commissions – le peuple n’y croit plus- mais par des actions concrètes qui consolident graduellement le vivre ensemble Nécessité d’un Etat des lieux pour savoir d’où nous demarrons dans tout les domaines sans faire le procès des actions antécédentes. Celles et ceux qui ont eu à les mettre en œuvre n’ont pas de responsabilité dans la ligne directrice.

Un principe on ne peut pas dépenser plus qu’on ne gagne  Comment faire mieux avec moins. Réduire le train de vie de l’Etat  de 20 % est un challenge à lancer sans perdre de temps avec la collaboration de tous le monde Le hirak est  l’agora de celles et ceux qui ont en commun l’amour du pays   Le hirak devrait le barycentre des aspirations de toutes les Algériennes et de tout les Algeriens . De grâce ne commençons pas à ouvrir la Boîte de Pandore de Qui mérite   L’Algérie à besoin de nous tous !!

Transition vers le Développement Humain Durable

L’Algérie n’est pas seule à décider elle fait partie des Nations Unies et à ce titre elle doit réduire sa consommation des gaz à effets de serre et répondre aux 17 objectifs du Développement Durable (ODD)  édictés par les Nations Unies « Le Sahara est une pile électrique ! », à  coût égal, l’énergie solaire est bien plus rentable à l’Algérie que l’énergie thermique. En termes de coût, le kilowattheure solaire est plus compétitif que le kilowattheure thermique,   Au rythme de la consommation actuelle, l’Algérie consommera une bonne partie de son gaz naturel à l’horizon 2030. « Avec 2000 milliards de m3 de réserves de gaz en 2035, la problématique est bien réelle.  D’où la nécessité sans tarder de provoquer des Etats Généraux de l’énergie  Au lieu de penser à l’achat de voitures , penser à mettre à la disposition du citoyen  des moyens de transports adaptés  bus, tramway, trains voire métro .  Ceci  peut se faire en misant  aussi sur  le train aussi bien régional que pour les longues distances L’avenir n’est plus au massif mais au structures légères autonomes  Pas aux maxi centrales mais à l’émergence  graduelle de l’autoconsommation  On parle de la troisième révolution industrielle avec l’internet de l’énergie, la domotique , la locomotion électrique ; Tout ceci est à notre portée ; Nous devons expliquer que nous devons prendre le train de la modernité

Les objectifs en matière de transition énergétique se doivent d’être concrétisés officiellement par une  loi relative à la transition énergétique vers  le Développement Humain Durable. Il est nécessaire de faire d’abord un Etat des Lieux Ce texte, dans le cadre d’exigences en termes de compétitivité économique d’un pays, devra mettre en particulier l’accent sur le renforcement de l’indépendance énergétique, et le cap vers l’électricité verte avec comme corollaire la locomotion électrique  la préservation de la santé publique, la protection de l’environnement et la lutte contre le réchauffement climatique. Plusieurs objectifs à atteindre devront être fixés, à savoir : Réduire les émissions de gaz à effet de serre ; Réduire la consommation énergétique ; Réduire la consommation énergétique primaire d’énergies fossiles ;Augmenter la part des énergies renouvelables ; Améliorer les performances énergétiques des bâtiments ;  S’attaquer aux subventions  tout azimut. Lutter contre la précarité énergétique et affirmer un droit à l’accès de tous à l’énergie sans coût excessif au regard des ressources des ménages.

Dans le même ordre et dans un entretien accordé à l’agence russe Sputnik, j’ai affirmé que le vrai problème résidait en la diversification des ressources en énergie du pays et en l’élaboration d’un nouveau modèle énergétique. «Cette polémique est inutile», car elle ne pose pas le vrai problème auquel devraient faire face les autorités et la société algériennes.  Ce qui aurait dû interpeller les Algériens concernant la nouvelle loi sur les hydrocarbures, c’est le fait qu’elle s’inscrit durablement dans «la logique de la rente» et qu’elle n’apporte aucun élément nouveau en matière de diversification des ressources énergétiques. Continuer à baser le modèle énergétique de l’Algérie sur les hydrocarbures conduirait uniquement le pays dans une impasse certaine d’ici à 2030.

Au rythme de la consommation nationale actuelle, en 2030 l’Algérie aura totalement épuisé ses ressources fossiles. L’Algérie s’étale sur une surface de plus de deux millions de kilomètres carrés et recèle diverses ressources énergétiques en plus des hydrocarbures. Les énergies solaire, éolienne, géothermique et nucléaire font partie des atouts algériens, indique ce dernier. Le moment est venu pour les pouvoirs publics ainsi que la société civile à lancer un débat national en organisant «des états généraux» à travers tout le territoire. «Le pétrole doit nous aider à sortir du pétrole», le  pays a tout à gagner en investissant une partie des revenus issus de l’exportation des hydrocarbures dans le développement de nouvelles ressources énergétiques vertes ; on peut financer  sur la période de quelques années avec le gaz naturel non consommé du fait que l’électricité solaire et éolienne seront disponibles . les centrales thermiques auront servir d’appoint  pour « lisser  l’intermittence des énergies renouvelables, concomitamment avec le stockage multiforme de l’énergie . Le pétrole devra de plus en plus être exporté sous forme de produits raffinés et de la pétrochimie. (1)

L’université devra faire sa mue et après un Etat des lieux aller progressivement vers le XXIe siècle  en entrainant l’éducation

Rien ne peut se faire sans une société apaisée. Pour cela il nous faut arriver à un projet de société pour ce XXIe siècle en listant les défis et les dangers qui nous guettent. Que voulons-nous pour nos enfants? Quelle révolution devons-nous faire? Quelle école devons-nous promouvoir? Celle de la scolastique ou celle de la raison pour rendre autonome mentalement nos enfants pour qu’ils ne soient pas otages des sirènes? Comment pouvons nous vivre ensemble et faire ensemble? C’est encore une fois une nouvelle République à inventer, celle du Web 2.0, de la lutte contre les changements climatiques de la transition énergétique, c’est dire si les jeunes doivent être acteurs de leurs destins.  De ce fait Le système éducatif devra  rentrer dans le XXIe siècle  en misant notamment sur l’informatique, les mathématiques par la création de lycées d’excellence et de pôles d’excellence pour les disciplines phares actuelles.

Elle est à réinventer elle doit passer du XXe au XXIe siècle  l’ambassadeur est un voyageur de commerce qui maitrise le Dow Jones,  les convulsions du baril Brent et les errements de l’Opep Il devrait être aussi un Algérien attentif à sa diaspora en allant lui rendre visite in situ et le cas échéance  au sein des universités et entreprises.

L’Algérie  devra éviter d’être prisonnière d’anciens schémas  du XXe siècle des défis continentaux  voire mondiaux nous attendent l’un d’eux la Route de la soie est un challenge à hauteur d’une vraie mutation  L’Algérie devrait mettre en œuvre un récit national et souder les Algériens autour d’une histoire avec des récit fondateurs sur une période de 3000 ans.

Comment rentrer dans le XXIe siècle Il nous faut d’abord un environnement approprié les nouvelles technologies de l’information et de la communication doivent être mises en œuvre. Avec le savoir et l’intelligence il est possible de créer des centaines de start   Une armée de scientifiques  ce n’est plus l’armée des années 70 ou même 80, Je n’en veux pour preuvc que la dernière prouesse du lancement d’un missile a partir d’un sous marin  L’’Algérie a réussi à tirer des missiles à vers des objectifs sur terre ferme. depuis les sous-marins « Ouarsenis » et « Hoggar », au large de la base navale de Mers el-Kebir, le 26 août. Il s’agit là d’une nouvelle prouesse de la marine militaire algérienne.  L’Algérie este ainsi le deuxième pays en Méditerranée à avoir montré la capacité d’une telle attaque.

S’agissant de notre diaspora du neurone, il est une dette morale envers le pays celle de rendre ce qu’il nous a donné. Un ingénieur ou un médecin revient à l’Etat l’équivalent  de 100.000 $ dans les pays développés moitié moindre en Algérie . Ces compétences  pourraient participer à la mise en place d’un plan informatique  pour le système éducatif. Il existe des programmes low cost pour les micro à 50 dollars si les 100.000 éminences grises contribuer à 100 $/an c’est près de 200.000 micros   qui vont révolutionner le système éducatif, les programmes pourront être mis sur internet. Le cartable électronique serait une tablette. Nous aurons  fait un saut qualitatif important.

Conclusion

Il se trouve encore des Algérien(e)s qui pensent que nous sommes invulnérables. Que nous sommes la patrie des géants. Si la Révolution de Novembre fut en son temps une aventure humaine à inscrire au panthéon de la dignité pour un combat pour la liberté, Il faut bien convenir que nous sommes au XXIe inauguré d’une façon brutale par l’invasion de l’Irak, le Yemen, la Syrie , la Libye… et que la donne a profondément changé !

Regardons devant et voyons comment nous pouvons rendre l’Algérie capable de se défendre non pas avec des slogans à l’emporte pièce mais par la maîtrise du savoir loin de toute entropie qui consisterait à revendiquer un confort intellectuel alors que si on continue ainsi les Algériens d’en bas, n’auront plus rien à se mettre sous la dent.

Le pays se portera de plus en  plus mal car la situation socio-économique est délicate Les faits sont têtus et toutes les larmes de crocodile de ceux qui pleurent sur notre sort n’y feront rien. Nos problèmes ne peuvent être résolus que par nous même Il n’y a ni philanthropie ni francophilie ni arabophilie moyenorientale ; Nous sommes seuls et tragiquement seuls. Hâtons nous de nous réveiller !

Au risque  de nous répéter  le nouveau président devrait faire un geste d’apaisement en libérant les jeunes. Il devra aussi éradiquer les pratiques mafieuses du pays . Dans tout les cas,   il devrait opter pour le  « parler vrai » et  éradiquer « les pratiques mafieuses du pays », afin,   de faire revenir la confiance parmi les citoyensIl y a  aussi nécessité de faire un état des lieux « sans complaisance » et de tracer des perspectives « à un pays en friche ». Seul le  « parler vrai »,  aux Algériens leur permettra de comprendre que la situation économique est délicate Il ne resterait que pour 3 ans dans le « bas de laine » et de plus tout les indicateurs montrent que le pétrole ne décollera pas des 65$/le baril   Les 1000 milliards ne nous ont pas permit de développer des richesses hors hydrocarbure, nous avons gaspillé la rente pour le social et la rapine Le président devrait  enfin faire  respecter les principes d’alternance, de liberté, d’indépendance de la justice    il faut mettre le pays en ordre de marche en misant sur la jeunesse en qui survit la quête de la vérité.

 Professeur  Chems Eddine Chitour

Ecole Polytechnique Alger

 

Vidéo  Professeur  Chems Eddine Chitour Invité de la Rédaction : https://www.youtube.com/watch?v=D1iC97W12-4&feature=youtu.be

Interview  Professeur  Chems Eddine Chitour Agence Spoutnik  https://youtu.be/rL7gbrllAxA

Note

1.Kamal Louadj 17.12. 2019 :

https://fr.sputniknews.com/maghreb/201912171042610499-loi-sur-les-hydrocarbures-en-algerie-le-petrole-doit-nous-aider-a-sortir-du-petrole/

 

 

%d blogueurs aiment cette page :