LE PROCES DE LA DEMOCRATIE


  Résultat de recherche d'images pour "Haupt Jean"

Auteur : Haupt Jean
Ouvrage : Le procès de la démocratie
Année : 1971

 

 

APERÇU BIOGRAPHIQYE DE L’AUTEUR
Jean HAUPT est né à Oran à la veille de la 1re.. guerre mondiale,
de père lorrain et de mère provençale. Études supérieures
(licence d’allemand) à la Faculté des Lettres d’Aix-en-Provence.
De par ses activités professionnelles – assistant de français à
Kônigsberg (Prusse orientale), lecteur à Reykjavik (Islande),
professeur à l’Institut Français de Lisbonne; puis, après la guerre
de 1939-45, traducteur-interprète officiel de portugais-français
de la Commission de Coopération Technique en Afrique au Sud
du Sahara ( CCTA) – il est amené à voyager et à séjourner plus
ou moins longuement dans un grand nombre de pays d’Europe,
aux régimes politiques les plus divers : Allemagne (avant et
après la guerre de 1939-45), Islande, Norvège, Suède, Finlande,
Estonie, Danemark, Angleterre, Italie, Espagne, Portugal, ainsi
que, pratiquement, dans tous les pays de l’Afrique Noire, de
Madagascar à Sào Tomé, de Dar-es-Salam à Luanda, Dakar,
Johannesburg, Abidjan, Lourenço Marques, Kampala, Salisbury,
Nairobi, Léopoldville, Brazzaville, Pointe Noire, Conakry,
Ibadan, etc.
Fixé au Portugal où il exerce, depuis de longues années, la
profession de traducteur de nombreux départements officiels,
il a traduit, entre autres innombrables ouvrages, dans tous les
domaines (art, histoire, littérature, économie, philosophie,
politique, etc.), la plupart des discours et les «Principes
d’action »de Salazar (éd. Arthème Fayard, Paris), et le célèbre
«Sermon de Saint Antoine aux Poissons» du Père Antonio Vieira,
prédicateur portugais du XVIe- siècle (éd. Bordas, Paris).
il a publié en outre un petit essai de linguistique comparée ( « On
ne dit pas … On dit … -phraséologie lusofrançaise »,éd. Livraria
didàctica, Lisbonne).
S’intéressant passionnément à la politique depuis les bancs du
lycée, n’ayant jamais été inscrit à aucun parti, n’ayant jamais posé
sa candidature à aucune élection et n’ayant pas l’intention de le
faire, il dirige, depuis huit ans, à Lisbonne, les Cahiers Découvertes,
publication de langue française au service de 1′ Occident.
C’est donc en connaissance de cause et en toute objectivité
que Jean Haupt dresse ici un réquisitoire documenté, clair, serré,
implacable, de la Démocratie. Après avoir analysé successivement
les principes et les institutions du régime démocratique – les
cc immortels principes  » », le suffrage universel, les partis, le parlement,
le gouvernement, le Chef de l’État, il conclut que la démocratie
est contraire aussi bien aux intérêts légitimes des citoyens qu’aux
intérêts supérieurs de la Nation.

 

Combien, oh ! combien de fois, par une immanente
justice de l’Histoire, la défaite des vaincus na-t-elle pas été
la condamnation des vainqueurs ? Il fout savoir attendre.
C’est l’évangile qui nous l’enseigne: l’arbre ne donne pas de
fleur tant que la semence n’a pas pourri dans la terre.
Ramalho Ortigao (Dernières banderilles)

 

I
INTRODUCTION
POUR SORTIR DE L’IMPASSE…

Pour sortir de impasse, il faut sortir de la démocratie …
L’ISSUE de la dernière guerre a été marquée par ce que l’on
appelé la victoire des démocraties.
L’histoire, surtout l’histoire moderne, nous enseigne qu’un
régime politique a rarement survécu à la défaite militaire. À plus
forte raison devait-il en être ainsi après cette guerre, puisque
l’objectif déclaré des croisés de la démocratie était précisément
de détruire le nazisme et le fascisme abhorrés. Et il ne fallait pas
seulement les détruire dans leurs oeuvres et dans leurs réalisations
concrètes. il fallait les détruire dans leurs fondements et dans leurs
principes. il fallait en extirper jusqu’au dernier germe, éliminer
toute possibilité de résurrection future. il fallait qu’il fût établi,
une fois pour toutes, que tout, absolument tout, dans ces régimes,
dans ces idéologies, était pernicieux, criminel, condamnable. Et
non seulement dans ces régimes et dans ces idéologies;, mais dans tous
les régimes et dans toutes les idéologies;, présents;, passés et futurs;, qui
ne se réclameraient pas de la démocratie. Car il fallait désormais que
personne n’osât mettre en doute l’excellence de la démocratie, au
risque d’encourir les foudres de la conscience universelle.
Ainsi, alors qu’un peu partout, dans notre vieille Europe, les
esprits les plus sains, les plus éclairés, les plus honnêtes, s’accordent
pour reconnaître que rien ne va plus, pour constater la décadence
généralisée, et apparemment inévitable (le fameux « sens de
l’histoire »!) de l’intelligence, des institutions et des moeurs,
voire l’agonie de plus en plus rapide de notre Civilisation, rares
sont ceux, cependant, qui ont l’idée, ou le courage, d’en tirer les
dernières conséquences. Comme des poissons qui, pris dans une

nasse, tournent en rond sans en trouver l’ issue, on préconise des
remèdes dans le cadre du systeme partout en vigueur, la démocratie,
sans s’apercevoir, ou sans vouloir avouer, que c’est le système qui
est mauvais, et que … pour sortir de l’impasse, il faut sortir de la
démocratie.»
La critique fondamentale de la Démocratie a déjà été faite,
à plusieurs reprises, par les représentants les plus autorisés de la
pensée européenne. Et il ne semble pas que leurs arguments aient
jamais été réfutés. On continue à proclamer l’excellence de la
Démocratie. On aurait du mal à la prouver, en théorie, et, encore
moins, dans la pratique !
Comment expliquer, alors, que les peuples, aujourd’hui,
croient encore à la Démocratie, ou tout au moins la tolèrent ?
Sans doute parce que les peuples écoutent, naturellement, avec
complaisance, ceux qui les convainquent qu’ils sont plus que ce
qu’ils sont et leur promettent plus qu’ils ne peuvent avoir, et que
les peuples résistent mal aux invitations constantes à la facilité.
(C’est pourquoi il est vrai qu’il existe en démocratie- mais en
démocratie seulement – un  » sens de l’ histoire  » : le sens de la
facilité, le sens de la décadence).
Sans doute aussi parce que les arguments antidémocratiques,
qui s’adressent davantage à l’intelligence et au bon sens
qu’aux passions des hommes (au contraire de la propagande
démocratique), n’ont pu encore pénétrer dans les masses.
A cela, il faut ajouter la gigantesque campagne de falsification,
d’intoxication, de mensonge, déclenchée à la suite de la deuxième
guerre mondiale par les démocraties victorieuses. Et, même quand
elle n’a pas réussi à convaincre, cette propagande est parvenue à
inculquer dans les esprits les mieux formés la sainte terreur du
«qu’en dira-t-on?» (voire des représailles !). Tel est le pouvoir
de la propagande démocratique qu’elle est parvenue à faire de

la Démocratie un dogme inviolable, formulant un nouveau
précepte de morale impérative, un nouveau commandement : de
la Démocratie ne médiras, sous peine des pires châtiments …»

Dans les pages qui suivent, nous proposant d’instruire- le
plus succinctement et le plus clairement possible -le « proces de
la Démocratie», nous analyserons successivement :
– En une première partie, les principes idéologiques, ce que
l’on appelle «les immortels principes de 89 » : Liberté. Égalité, Fraternité;
– en une seconde partie, les institutions fondées sur ces
mêmes principes : le suffrage universel, les partis, le parlement, le
gouvernement, le chef de l’État;
– enfin, considérant que la nation est, et sera toujours, le cadre
le plus favorable, non seulement à la vie des sociétés, mais encore
à la sauvegarde et au développement des cultures humaines,
dans la richesse de leur variété, que nous devons nous efforcer
de maintenir à tout prix, contre toutes les forces et les tentatives
de nivellement, jugeant la Démocratie sous l’angle de l’intérêt
national, nous conclurons que la Démocratie est contraire à la
fois aux intérêts légitimes des citoyens et aux intérêts supérieurs
de la Nation.

 

II
LES IMMORTELS PRINCIPES
LIBERTÉ, LIBERTÉ CHÉRIE …

Témoignages
«Au milieu de la perturbation générale, des dangers qui
menacent la vie et les biens, 1 ‘égoïsme sacrifiera sans dispute la
liberté. Car la liberté, si belle soit-elle, n’est dans la vie qu’une
simple circonstance : 1 ‘ordre est la condition essentielle,
intrinsèque, de 1 ‘existence ; la garantie du travail et du pain.
~pourra calculer le nombre de libertés que nous sacrifierons
à l’ordre, le jour où le désordre, conférant à tous le droit au
gouvernement, menacera de nous supprimer le droit au dîner … »
«La liberté est, comme l ‘argent, une valeur purement
conventionnelle et abstraite, sans autre utilité que de nous
permettre de satisfaire un certain nombre d’aspirations. Et si
l’on dressait la liste des buts pour lesquels chacun aspire à la
liberté, on obtiendrait l’inventaire le plus complet de toutes les
vertus et de tous les vices, de toutes les générosités et de toutes les
rancoeurs dont l’humanité est capable.»
Ramalho Ortigao,
écrivain portugais (1836-191S)
(Les Banderilles)

«Le système démocratique admet que la raison guide les
masses populaires, quand la vérité est que celles-ci obéissent plus
généralement à la passion. Or toute fiction s’expie, parce que la
vérité se venge.
« C’est pourquoi la démocratie, si belle en théorie, peut,
dans la pratique, conduire à d’insignes horreurs. »
Alain

«Les promesses des idéalistes ont toujours abouti à des
réalités exactement inverses. Les mots magiques de leurs livres,
les inscriptions qu’ils mettent sur leurs banderoles, les slogans
qu’ils impriment sur leurs affiches, ont un effet diabolique :
ils rendent aussitôt impossible pour très longtemps ce qu’ils
réclament avec tant d’insistance( … )
«Ce phénomène a commencé au temps de Jean-Jacques
Rousseau, dont l’âme sensible a finalement suscité Robespierre,
et, depuis, on nous en répète 1 ‘exhibition à intervalles réguliers.
On vous annonce « le pain, la paix, la liberté » : cela signifie que
vous verrez successivement la vie chère, la guerre et les camps de
concentration. On affiche la représentation de la Défense de la
Personne Humaine : ce vaudeville se termine par une purée de
60 000 Japonais réalisée en 14 secondes ! … »
Maurice Bardèche
(Lettre a François Mauriac)

 

LES IMMORTELS PRINCIPES

Tout régime, s’il se destine aux sociétés humaines,
doit tenir compte de cette réalité première: l’homme,
l’homme tel qu’il est, avec ses vertus, ses imperfections, ses
faiblesses, et non pas l’homme tel qu’il devrait être et tel que l’a
idéalisé Rousseau : intrinsèquement parfait et bon.
L’homme, être doté d’une âme et d’un corps, est, par nature,
imparfait et, par nature, imperfectible.
S’il est vrai que l’humanité progresse matériellement, on
ne constate pas, au contraire, au long des millénaires de son
existence, le moindre progrès moral. On pourrait même se

demander si le progrès moral ne serait pas en raison inverse du
progrès matériel ! C’est un fait, par exemple, que de nombreuses
inventions ont été utilisées à des fins de guerre, avant de servir
à des fins de paix (la poudre, l’avion, l’énergie atomique). Les
moyens de communication qui, dit-on, rapprochent les hommes,
leur permettent aussi de s’exterminer plus facilement. Chaque
découverte, chaque invention, si elle est utilisée pour le bien,
est aussi, et souvent davantage, utilisée pour le mal. Si elle est
un instrument entre les mains des bons, elle l’est également
entre les mains des méchants. Et personne n’osera affirmer que
le nombre des premiers augmente au cours des siècles, et que le
nombre des seconds diminue, ni que ce que l’ on pourrait appeler
la moyenne de vertu de l’humanité s’élève graduellement. Il est
indéniable qu’il y a eu, en des ères très reculées, des sociétés
beaucoup plus vertueuses que la nôtre, bien que matériellement
beaucoup plus arriérées. Pour le chrétien croyant, la venue du
Christ sur la Terre a racheté l’homme du péché originel, ceci
sur le plan métaphysique. Mais sur le plan moral, sur le plan de
la vie quotidienne et des relations humaines, deux mille ans de
christianisme n’ont pas amélioré l ‘humanité d’un iota. il ne serait
pas difficile à un historien de prouver que les deux mille ans qui
ont suivi l ‘avènement du Christ ont été, au moins, aussi remplis
de crimes, de vices, de guerres, d’atrocités, de bassesses, que les
deux milles ans qui l’ont précédé !
J’ ouvre ici une parenthèse. il résulte de ce qui précède que
nos bonnes consciences démocratiques sont mal venues de se
répandre en récriminations indignées contre les excès, les crimes
et les atrocités commis par leurs adversaires (tandis qu’elles
excusent parfaitement ceux qui sont commis au nom de la
Démocratie!), parce que ceci, dit-on, est impardonnable «en
plein XXe  siècle, ! » …
Au début de ce siècle, l’ Angleterre (modèle de démocratie)
trouve bon d’exterminer les Boers pour étendre sa domination

sur le Transvaal. Mais, quelque trente ans plus tard, pour avoir
osé conquérir l’Abyssinie, l’Italie (fasciste) est mise hors la loi, au
nom du XXe siècle et de la Civilisation! Les atrocités commises
sous la Révolution françaises, avec les moyens de l’époque
(guillotine, noyades de Nantes, massacres de septembre, etc.),
puis, dans toute l’Europe, par les armées napoléoniennes, sont
aussi impardonnables que celles qui ont été commises, dans les
deux camps, durant la dernière guerre, avec, grâce au progrès,
des moyens perfectionnés (camps de concentration, bombe
atomique, etc.).
Donc les hommes, dans leur ensemble (je ne dis pas, bien sûr,
individuellement), ne sont ni parfaits, ni bons, ni perfectibles.
On en conclut d’ores et déjà que s’il est un régime inapplicable
aux hommes, c’est bien la Démocratie, régime essentiellement
fondé sur la bonté intrinsèque, sur la vertu de l’humanité
(cf Rousseau, Montesquieu), comme le prouvent les «immortels
principe de 89 », synthétisés eux-mêmes dans la fameuse et
sacro-sainte trilogie : Liberté Égalité Fraternité.
Cependant, même si l’on admet que la Liberté, l’Égalité, la
Fraternité – considérées non pas comme des objectifs concrets,
accessibles, mais comme des idéaux « auxquels on tend sans y
prétendre» (comme dit je ne sais plus quel philosophe), c’est-à-dire
dont on s’efforce de se rapprocher, sans avoir la prétention d’y
parvenir doivent constituer l’aspiration suprême des société
humaines, nous montrerons que, précisément, la Démocratie ne
garantit ni la Liberté, ni l’Égalité, ni la Fraternité.

 

LIBERTÉ, LIBERTÉ CHÉRIE …
« Ô Liberté, que de crimes on commet en ton nom ! >>, s’écriait
Mme., Roland, sur l’échafaud. Et ceci se passait, déjà, en 1793:
qu’aurait-elle dit si elle avait vécu à notre époque ! …
n n’empêche que, depuis le jour où nos ancêtres ont pris la

Bastille, la Liberté est incontestablement la grande divinité du
culte démocratique. Démocratie et Liberté sont deux concepts
indissolublement liés dans l’esprit du commun des mortels.
Qu’importe si, après avoir pris la Bastille et libéré la demi-douzaine
de condamnés de droit commun (1) qui s’y trouvaient encore, les
champions de la Liberté se sont empressés de remplir les autres
prisons de milliers de citoyens, coupables de ne pas penser comme
eux!
Ainsi, dès le début, le binôme Démocratie-Liberté porte la
marque de l’imposture. Marque inévitable, car l’expression La
Liberté (Liberté avec un grandL) est en elle-même une imposture,
une abstraction vide de tout sens et de tout-contenu, un os jeté en
pâture aux masses aveugles qui, en son nom, périodiquement, se
font tuer et s’entre-tuent.
Qu’est-ce, en fin de compte, que la Liberté ? Posez la question à
brûle-pourpoint à un homme de la rue, à un ouvrier, à un paysan,
ils seront fort embarrassés de vous répondre. Les plus dégourdis
vous diront peut-être, après quelque hésitation: «La Liberté .. .
euh … c’est la liberté de dire ceci; c’est la liberté de faire cela» .. .
En fait, la Liberté n’existe pas: il n’y a que des libertés, d’ailleurs
souvent divergentes ou contradictoires, c’est-à-dire que l’exercice
de certaines libertés s’oppose automatiquement à l’exercice des
autres.
Mais, vous diront les théoriciens de la Démocratie, il est
évident que, lorsque nous parlons de Liberté, nous employons
ce terme collectif pour désigner un ensemble de libertés que
l’on appelle libertés politiques ou civiques. Ou mieux: quand
nous parlons de la Liberté, nous désignons la liberté que
nous considérons effectivement comme la liberté essentielle,


1.Quatre faussaires qui s’empressèrent de disparaitre sans demander leur
reste ; un sadique, qui fut acclamé par la foule et qui en profita pour faire un
discours à la gloire de la Liberté ; et deux fous, qui furent immédiatement
enfermés à Charenton … (Cf Pierre Gaxotte : la Révolution Française.)



fondamentale : la liberté de pensée, ou liberté d’opinion, d’où
découlent successivement, comme autant de corollaires, les autres
libertés: la liberté d’expression de la pensée; la liberté de faire
partager aux autres notre pensée ou notre opinion ; la liberté de
réunion et d’association.
Effectivement, ce sont là les libertés que nos démocrates
considèrent:
1) comme l’apanage exclusif de la Démocratie;
2) comme une nécessité vitale et répondant, en tant que telle,
aux aspirations suprêmes des peuples ;
3) comme une condition indispensable à l’épanouissement
de la culture et de la civilisation.
Or nous verrons que ces trois points sont hautement
contestables.

 

LIBERTÉ DE PENSÉE

suite PDF