Neutrino Power


histoireebook.com

  Résultat de recherche d'images pour "Meyl Konstantin"
Auteur : Meyl Konstantin
Ouvrage : Neutrino power Avec de nouvelles connaissances sur les contextes physiques, géographiques et cosmologiques
Année : 2018

Traduction Dr vet. Hervé Janecek

Avant-Propos
C’est Nikola Tesla qui a été le premier à décrire les
propriétés des neutrinos. Il voulait même avoir mesuré
la particule.

Il écrivit dans le New York Times: rr ••• jusqu’à ce que
j’obtins en 1898 les preuves mathématiques et
expérimentales, que le soleil et des objets célestes
semblables, émettent un rayonnement riche en énergie,
qui se compose de particules incroyablement petites et qui
possèdent une vitesse qui est passablement plus élevée
que celle de la lumière. La puissance de pénétration de ce
rayonnement est si grande, qu’il peut traverser des
milliers de kilomètres de matière solide, sans que sa
vitesse soit réduite de manière significative.>>

Avec ces capacités de pénétration élevées, Tesla a décrit
une propriété particulière que seul le rayonnement
neutrinique possède. C’est pourquoi Nikola tesla peut
être considéré comme le découvreur des neutrinos.

En 1936, Pauli a introduit le neutrino comme une
particule sans masse et sans charge, mais porteuse
d’énergie, afin d’équilibrer le bilan énergétique de la
désintégration beta.

D’après les connaissances d’aujourd’hui, le neutrino
constitue un rayonnement partout présent en grande
quantité dans le cosmos, dont l’existence n’est plus mise
en doute depuis l’attribution en 2002 du Prix Nobel de
Physique à deux chercheurs dans ce domaine des
neutrinos. Des recherches récentes menées au sein du
détecteur du Kamiokandé au Japon ou bien au Lac
Baikal ont mené à un bouleversement de la pensée à
leur sujet.

1. Questions fondamentales à propos de la
construction de la terre
Nous commençons avec la terre comme exemple et nous
nous posons la question: pourquoi la terre est-elle si
chaude à l’intérieur? Pourquoi est-ce de plus en plus
chaud lorsque nous allons toujours plus profond? Estce
que cette tendance persiste au fur et à mesure que
nous nous enfonçons? Il doit y avoir une source d’énergie
présente en profondeur, que nous devons chercher.

1.1 Croissance de la Terre d’un point de vue géographique!
Si l’on recule dans le temps, la terre doit avoir été
autrefois bien plus chaude qu’elle ne l’est aujourd’hui,
ce qui signifie que la vie a été impossible en ces temps
reculés; or ceci est contredit par toutes les connaissances
à notre disposition. Lorsque la terre était âgée de
quelques millions d’années, les découvertes de fossiles,
montrent que la température à sa surface était en fait à
des niveaux voisins de ceux d’aujourd’hui. Il y a là un
problème que nous devons résoudre.
Une autre question concerne la croissance de la terre.
Cette question est ignorée par la Science ou alors elle
fait l’objet de discussions très controversées dans les
cercles de la géophysique. Si la Terre est en croissance
toutefois, alors il faut répondre à la question de savoir
d’où vient l’énergie et en quoi elle peut avoir un effet?
Est-ce une énergie de l’univers ou bien vient-elle de la
terre elle-même?
Nous devrions également préciser si cette question a
quelque chose à voir avec ce qui précède. Cet ouvrage
est intitulé Neutrinopower, ce qui est déjà une
anticipation sur le résultat de notre enquête, mais que
nous nous devons dans tous les cas de justifier.

En ce qui concerne l’expansion de la terre, il y a des
preuves venant de la géographie, de la géologie et aussi
de la Physique. Le point le plus important vient à mon
sens de la physique.

1.2 Preuves géographiques
Commençons par les preuves géographiques: et là, il
n’est pas possible de ne pas faire référence à Otto
Hilgenberg, qui a été le premier à y penser. Sa fille m’a
donné son livre de 1933. Il est considéré comme un
élève de A. Wegener, qui eut l’idée en premier de la
dérive des continents.
Son père Otto Hilgenberg a adopté le point de vue
suivant: Pour faire dériver les plaques continentales, il
doit y avoir une force énorme. Lorsque la Terre croît et
que le diamètre et le volume de la Terre augmentent, le
rayon de courbure de la croûte terrestre change. Il en
résulte des failles et des fissures caractéristiques.
En conséquence, la plaque eurasienne a dû se plisser en
une chaîne de montagnes au milieu, mieux connue sous
le nom de montagnes de l’Oural. Un autre exemple est la
fosse du Rhin supérieur, qui s’est créée lorsque les
masses qui s’étaient soulevées, se sont effondrées.
Lors de l’érection des Alpes et de l’Himalaya, ce sont ces
mêmes forces qui en ont été responsables, ce a eu pour
conséquences la création de fissures, de crevasses et de
déformations. S’y ajoutent les forces de poussée et de
cisaillement, comme le montre la figure 1.2 selon
Hilgenberg. Ce qui a pour conséquence que souvent se
produisent des tremblements de terre.

Regardons à cet effet le fond marin de l’Atlantique,
comme l’avait fait Wegener à l’époque, sauf qu’il ne
disposait pas d’une carte aussi parfaite du fond marin
que celles que nous avons actuellement.
Il avait comparé le littoral de l’Amérique du Nord jusqu’à
celui de l’Amérique du Sud avec celui de l’Europe et de
l’Afrique et il avait découvert qu’ils s’emboîtaient comme
un jeu de puzzle. Wegener est arrivé à la conclusion qu’à
un moment donné, il y a quelques 200 millions
d’années, ils avaient pu former une masse de terre
unique et cohérente.
En effet, et cela a été parfaitement confirmé, si l’on
regarde la ligne du plateau continental au lieu de la
ligne de bordure cotière, c’est bien la ligne où le
plancher maritime s’enfonce dans la mer profonde.

Les images d’aujourd’hui montrent une « fermeture
éclair » sur le fond marin avec une ligne centrale
prononcée indiquant l’endroit où la croûte se déchire.
Actuellement, les plaques continentales de l’Amérique et
de l’Europe s’écartent d’environ 10 cm par an.
Les géographes supposent que les plaques continentales
doivent être submergées et fondues dans la même
mesure par ailleurs. Cela devrait donc se faire dans le
Pacifique. Mais les cartes marines d’aujourd’hui
montrent exactement le contraire (Fig. 1.4). Les mêmes
formations de fissures se trouvent au fond du Pacifique
et dans l’océan Atlantique. Cela signifie que l’Amérique
s’éloigne aussi de l’Australie et de l’Asie de la même
manière qu’elle s’éloigne de l’Europe, sans pour autant
être écrasée ou fondue.

On parle alors de subduction, ce qui sous-entend le
passage de l’une sous l’autre des deux plaques
continentales. En fait, il nous faut pour comprendre
observer les phénomènes importants, qui ont cours à
une profondeur de peut-être 500 km.
À mon avis, la subduction est avant tout une hypothèse
destinée à empêcher les personnes de penser que la
Terre est en train de croître. La question qui se pose
donc est de savoir si ce postulat est correct.

1.3 La carte du monde de la NASA
La NASA a dessiné une carte de la Terre sur ce sujet et a
introduit à la fois la subduction (en bleu) et la dérive (en
rouge) des continents. Il suffit de soustraire l’un de
l’autre, et l’on parvient au résultat que la Terre à
l’équateur croît d’environ 19 cm par an.

Les zones de fissures caractéristiques pour cela se
trouvent également autour de l’Antarctique. On peut en
conclure que le 7e continent s’éloigne lentement, tandis
que la plus grande masse terrestre habitable reste en
retrait principalement dans l’hémisphère nord, l’Eurasie
et l’Amérique du Nord formant un fermoir autour du
pôle Nord.
Par ailleurs, on peut observer comment la zone de faille
s’étend sur la Terre, formant par exemple la faille de San
Andreas. Les tremblements de terre peuvent se produire
ici plus fréquemment dès lors que la Terre dérive des
deux côtés.

Un exemple récent est le tsunami de 2004 qui a entraîné
de sévères destructions en Indonésie et en Thaïlande.
Ici, une fissure de 1000 km de long s’est formée sur le
fond marin, dans laquelle l’eau s’est engoufrée.
Il ne s’est rien passé au début. Et là-bas, les enfants des
touristes ramassaient les coquillages dans la zone
littorale qui avait ainsi été découverte. Mais ensuite la
vague est revenue, causant de terribles dévastations.
Prenons l’exemple aussi du grave tremblement de terre
de Kobe, au Japon, en 1995, au cours duquel des ponts
en béton se sont effondrés. Mais lorsqu’on a voulu
remettre les pièces du pont, il manquait un mètre. Ici, la
brèche avait traversé la ville.
Cela montre que la Terre continue encore de se déchirer
par secousses. C’est donc un fait que la Terre grandit. Il
peut y avoir deux raisons à cela: soit la densité diminue,
soit la masse de la Terre augmente. Les deux points de
vue sont débattus par des experts en géophysique, mais
un seul peut être juste.


Littérature:

1. K. Meyl: Conférence sur la Neutrino-Power, Bregenz, le 10.09.2005


2. L’expansion de la Terre grâce au rayonnement
des neutrinos2 ?

suite PDF