Olivier, sapeur-pompier et père de trois enfants…


revolutionpermanente.fr

VIDEO. « Ramenez les douilles, faut pas qu’on voie !  » La Bac après avoir tiré sur Olivier en pleine tête

C’est dans une vidéo qui suit la Bac par l’arrière que l’on entend leur conversation, au moment où ils chargeaient les manifestants rue Sainte Catherine. Un homme est à terre, la tête en sang : c’est Olivier, victime d’un tir de Flash-Ball en pleine tête, et placé depuis dimanche en coma artificiel. Mais ce qu’on entend dans la vidéo est particulièrement révoltant :  » ramenez les douilles, faut pas qu’on voit ! » dit un agent de la Bac après ces tirs qui ont sévèrement blessé Olivier. Petra Lou

Crédit photo : Georges Gobet / AFP

Ce samedi 12 à Bordeaux, Olivier, sapeur-pompier et père de trois enfants, était venu manifester avec sa femme pour le neuvième acte des Gilets Jaunes. Parmi les images des victimes de la répression à Bordeaux, la sienne a particulièrement marqué les esprits. Visé par un tir de Flash-Ball en pleine tête, on le voit dans les vidéos tomber à terre le visage ensanglanté. Depuis dimanche, Olivier a été placé, après son hospitalisation, en coma artificiel.-

Vidéo : « Ils savent pas que c’est nous ! Nous on sait pas ! »

Une vidéo, qui suivait par l’arrière le déploiement de la BAC dans les ruelles où Olivier s’est fait viser à la tête par un Flash-Ball, avant qu’il ne reçoive en plus une grenade, parvient à enregistrer quelques bribes des conversations entre les baqueux. Celui qui semble être le chef de brigade, quelques secondes après qu’Olivier soit tombé à terre, s’énerve et s’exclame en répondant aux autres baqueux : « Ils savent pas que c’est nous ! Nous on sait pas ! ». On voit dans la vidéo la réaction assez surprenante de la part de la BAC, qui, entre eux, tentent de justifier l’injustifiable : « Chef ! Il y en a qui sont passés par là, d’autres par là » comme si la dispersion des manifestants était la cause du tir sur Olivier. Par la fenêtre de l’Apple Store, rue Sainte Catherine, les baqueux qui ne s’approchent pas de l’homme à terre le visage en sang, observent de loin la scène. On entend un ordre de la part du chef de la brigade « ramenez les douilles, faut pas qu’on voit ! ». La BAC cherche-t-elle à dissimuler des preuves de leurs tirs au Flash-Ball et grenades ? On le rappelle, elles ont causé à Olivier une hémorragie cérébrale, obligeant les médecins à le placer en coma artificiel.

Depuis lundi, chaque soir, des centaines de Gilets Jaunes se rassemblent en soutien sur un rond-point illuminé de bougies, devant l’hôpital de Pellegrin où Olivier se trouve en ce moment.
Le nombre de victimes de la répression policière, depuis le début du mouvement des Gilets Jaunes, ne cesse d’augmenter. Partout en France la police, lourdement armée, réprime et mutile les manifestants comme à Strasbourg où, durant ce même samedi, un jeune de 15 ans, qui ne participait même pas aux manifestations, fut hospitalisé après un tir de flash-ball en plein visage.
Comme Olivier et Lilian, nombreuses sont les victimes de cette répression ultra-violente : face à Macron et ses sbires, qui mutilent et défigurent à vie, organisons-nous contre la répression !

Participez à la cagnotte pour Olivier et sa famille ici

Pour nous transmettre vos témoignages concernant la répression des Gilets Jaunes, ou pour nous faire part des mobilisations ayant lieu dans votre région, nous transmettre récits, photos et vidéos, écrivez-nous par mail à
siterevolutionpermanente@gmail.com