LA GEOPOLITIQUE


 

  https://i1.wp.com/s1.lprs1.fr/images/2018/06/17/7776918_0d1f7cf0-7197-11e8-8d53-c15012cf61b0-1_1000x625.jpg
Auteur : Boniface Pascal
Ouvrage : La géopolitique 43 fiches thématiques et documentées pour comprendre l’actualité Nouvelle édition augmentée et mise à jour
Année : 2017

 

 

INTRODUCTION
La géopolitique envahit les rayons des librairies, des bibliothèques,
les écrans de télévision, les pages de journaux et les ondes. Elle
semble désormais être partout. Tout devient géopolitique. À côté
des rivalités des grandes puissances, terreau traditionnel de la discipline,
on débat également sur celles des matières premières, des
nouvelles technologies de l’information et de la communication,
de l’espace extra-atmosphérique, des zones polaires, des compétitions
sportives mondialisées, des séries télévisées, du tourisme,
des émotions, mais aussi des luttes syndicales, des religions,
des émeutes, de la faim, de la banlieue ou de la recomposition
interne des partis politiques. Le terme de géopolitique, autrefois
banni pour cause de trop grande proximité idéologique avec le
nazisme, est désormais partout, y compris dans des aspects de la
vie quotidienne.
L’inflation du recours au terme « géopolitique » n’est-elle pas
excessive ? N’est-elle pas un risque de banalisation de la matière ?
N’y a-t-il pas un snobisme consistant à rebaptiser de façon médiatiquement
plus présentable et intellectuellement plus noble le
terme de « relations internationales » ?

 

La géopolitique avant la géopolitique
Les premières références de nombreux auteurs ont fait de la
géopolitique, avant même que le concept ne soit développé, l’idée
que l’environnement géographique pouvait déterminer la nature
de l’homme et les politiques à suivre à des racines anciennes.
L’étude de l’impact du milieu géographique de l’environnement
sur la politique des peuples et des nations est ancienne.

Aristote, vingt-trois siècles avant que le terme de « géopolitique »
n’apparaisse, émettait des théories qui se rattachaient à cette
discipline. Il estimait que l’environnement naturel avait un impact
sur le caractère humain des citoyens et sur les nécessités militaires
et économiques d’un État idéal. Pour lui, le climat et le caractère
national étaient très liés, l’hétérogénéité d’un territoire nourrissait
l’hétérogénéité parmi la population et empêchait l’unité et la paix
dans le pays. L’environnement géographique favorisait les activités
humaines et la façon de subsister. Il estimait qu’un État qui
pouvait se permettre une autarcie bénéficiait d’une protection non
seulement contre une attaque militaire mais également contre des
influences indésirables. Les idées révolutionnaires de l’extérieur
pouvaient déstabiliser un régime. Jean Bodin développa également
des théories climatiques dans son ouvrage La République. À
l’image des architectes qui essayent d’adapter leur construction aux
matériaux disponibles et aux sites sur lesquels ils construisent, les
responsables politiques devaient également s’adapter au caractère
humain modelé par l’environnement. La faillite des grands États
s’expliquait par le fait de ne s’être pas adaptés à ces traits.
Montesquieu estime qu’un climat chaud favorise le despotisme et
l’esclavage alors qu’un climat froid privilégie la démocratie et la
liberté. Il considère aussi que les paysages ouverts qui sont riches
grâce à l’agriculture sont sous la menace des envahisseurs ; la
monarchie s’y établit donc pour en protéger la richesse. Les régions
de montagne plus pauvres ne suscitent pas l’envie d’envahisseurs,
la seule richesse est la démocratie.
À partir de la fin du XIXe siècle, notamment avec Alexander von
Humboldt et Carl Ritter en Allemagne, la géographie cesse d’être
une simple description du monde pour devenir une réflexion sur la
façon dont les sociétés s’insèrent dans l’espace.
Après avoir présenté les différentes tentatives de définition de la
géopolitique, et ses auteurs classiques, nous étudierons les prin cipales
questions géopolitiques contemporaines en quatre parties: les
défis géopolitiques, les principaux conflits et crises, les tendances
structurelles et dix questionnements.

 

PARTIE 1
QU’EST-CE QUE , LA GEOPOLITIQUE ?

Suite… PDF