PILLEURS D’ÉTAT


https://s2.qwant.com/thumbr/0x0/c/7/7cea8d93feff6777884fb93690706cfaa7d764e7371bdb42dea439ca32d6d5/110156721.jpeg?u=http%3A%2F%2Fp0.storage.canalblog.com%2F07%2F82%2F1080897%2F110156721.jpeg&q=0&b=1&p=0&a=1  https://s2.qwant.com/thumbr/0x0/4/0/17f4373a487aa75efa342cac3f1f872c47e087907f98076c25a10264150cb7/110156719.jpeg?u=http%3A%2F%2Fp0.storage.canalblog.com%2F03%2F52%2F1080897%2F110156719.jpeg&q=0&b=1&p=0&a=1

Ouvrage: Pilleurs d’État

Auteur: Pascot Philippe

Année: 2015

 

 

4ème de couverture

« On ne le dira jamais assez, tous les parlementaires ne sont pas
pourris. C’est même une minorité d’entre eux, mais force est de
constater qu’ils profitent d’une mansuétude complice de la majorité
de leurs collègues. »
Philippe Pascot a côtoyé les élus de tout bord pendant près de 25
ans. Il recense dans cet ouvrage les abus légaux dans lesquels tombe
la classe politique française : salaire exorbitant, exonération d’impôts,
retraite douillette, cumuls, emplois fictifs, déclarations d’intérêts et
d’activités bidons et tant d’autres petits arrangements entre amis.
Derrière une volonté affichée de transparence et de « moralisation »
de la sphère politique, nos élus entretiennent leurs propres intérêts au
travers de lois de plus en plus incompréhensibles, quand nous,
simples citoyens, devons nous serrer la ceinture.
Sans parti pris, l’auteur rend compte de ce pillage d’État et du
système qui le permet.
Adjoint au maire d’Évry Manuel Valls, ancien conseiller régional,
chevalier des Arts et des Lettres, Philippe Pascot milite pour une
réelle transparence de l’exercice politique.
Il est l’auteur avec Graziella Riou Harchaoui de Délits D’élus,
tome 1, 400 politiques aux prises avec la justice (Max Milo, 2014).

 

Citation

« Un peuple de moutons finit par engendrer un gouvernement de
loups ! »
Agatha CHRISTIE

« Tout ce qui est d’intérêt public doit être public. »
Edwy PLENEL

Avant-propos d’échafaud
En l’an demain, quand l’eau aura un peu coulé sous
les ponts et que les médias regarderont ailleurs…
L’aube vient juste de se lever dans la cour et je sais qu’aujourd’hui,
sans bien le comprendre encore, est un jour bizarre pour moi. Je
regarde autour de moi et, petit à petit, se dessinent beaucoup de
présences que je commence à reconnaître. Je constate en balayant
l’ensemble de l’horizon qu’ils sont quasiment tous venus. Pas de peur,
pas de question, je savais qu’un jour cela arriverait.
Ils sont là, dans la cour, l’oeil déjà rivé sur l’outil chronophage mais
indispensable à leur survie quotidienne : le portable haut de gamme et
rutilant. Malgré l’heure matinale pas un seul n’est en débraillé.
Le premier que je distingue à travers mes yeux maintenant bien
ouverts, c’est Jean-Luc Mélenchon. Comme d’habitude, dans une
attitude faussement désinvolte mais éminemment calculée, il essaye de
se mettre devant. Il me fait signe d’avancer d’un geste de la main, l’air
agacé comme l’élu teigneux et vindicatif que j’ai connu du temps où il
formait un trio inséparable avec Julien Dray et Marie-
Noelle Lienemann. Jean-Luc, c’est un type très tolérant sur le
papier ou dans les médias ; Mélenchon, c’est celui qui entrait dans des
colères noires dès qu’on le contredisait. Déjà à l’époque, il cajolait
d’une main pendant qu’il bastonnait de l’autre. Une fois, j’ai eu
l’outrecuidance de présenter des candidats contre lui. Pendant un bout de temps, lors des meetings, il a refusé de s’asseoir à côté de moi.
Tiens, elle est là aussi, Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice
parachutée à Paris après un passage par Hénin-Beaumont. À l’époque
où je la fréquentais, elle était maire d’Athis-Mons. En ce temps-là,
pour faire plaisir à la politique de tonton Mitterrand, elle embauchait
à outrance des demandeurs d’emploi en contrats aidés sur sa
commune. Souvent, on en trouvait en train de buller toute la journée
derrière les fourrés. Sacrée bonne femme que la Marie-Noëlle, qui
n’avait pas sa langue que dans sa poche.
Où est le troisième ? Ah il est là Julien Dray, l’air débonnaire, les
mains dans les poches et le menton enfoncé dans le col de son
manteau. Il a pris encore un peu de poids depuis notre première
rencontre il y a presque trente ans. C’était dans une télé locale, et ce
jour-là je lui ai offert une peluche pour ses enfants. Je crois que ça l’a
marqué, il m’en a parlé vingt ans après. Il a moins aimé les quelques
fois où, lors de ses voeux dans la ville de Sainte-Geneviève-des-Bois,
je lui offrais régulièrement une montre en plastique. Il me fait un petit
signe amical de la tête, je lui renvoie son bonjour d’un hochement de
tête.
Je fais un pas et j’aperçois Jacques Guyard, le Grand Jacques, un
des premiers députés-maires et ministres que j’ai rencontrés. Lui, il
riait toujours, un rire fort et massif qui emportait inéluctablement votre
adhésion. Un grand bonhomme ce Jacques, capable de vous entuber
jusqu’au bout en souriant et en s’arrangeant pour que vous lui disiez,
en plus, merci. Un homme politique comme on n’en fait plus, tout en
classe et en grâce. À côté de lui il y a son vieux copain,
Xavier Dugoin, l’homme du rapport Xavière Tibéri, ancien président
du conseil général de l’Essonne. Toujours la même allure altière, un
homme profondément humain et roublard à la fois. Xavier est capable
de rebondir même quand il est au fond de la piscine, et Dieu sait s’il a
connu le fond de la piscine. Il a, comme Jacques, un côté sympathique que ne possèdent plus beaucoup d’hommes et de femmes politiques
d’aujourd’hui. Il me fait un petit clin d’oeil complice et s’éloigne.
Mine de rien, cela me fait plaisir de voir tout ce beau monde réuni
dans cette cour et semblant être venu spécialement pour une fête ou
une inauguration. Je ne pensais pas en connaître autant de tous ces
hommes et toutes ces femmes que j’ai rencontrés ou avec lesquels j’ai
travaillé ces dernières années. C’est que mes yeux commencent à
s’habituer à la lumière du jour et je distingue maintenant même ceux
qui sont au fond, par timidité ou parce que les autres, plus téméraires
ou carnassiers se sont mis devant. J’en reconnais beaucoup, et
plusieurs visages me sautent aux yeux. Il y a Nicole Guedj, ancienne
ministre et amie très proche de Jacques Chirac. En la voyant, je me
remémore le travail fait. Grâce à moi, elle ne fume plus et a même
réussi à se passer du chewing-gum dont elle était devenue addict.
Toujours aussi élégante, elle me regarde, un petit sourire triste sur les
lèvres. Il y a aussi le très hautain Roger Karoutchi. Lui ne pouvait
pas s’empêcher de me côtoyer avec l’air profondément condescendant
de celui qui sait tout. Je l’ai vu adresser « presque » le même regard à
ses assistants. Pourquoi les choisissait-il l’air si jeune, si éphèbes ?
Pour mieux les dominer peut-être ?
Je suis content car j’aperçois Jean-Vincent Placé. Il me doit son
début de carrière en politique ; « Agnès », femme de ministre, m’avait
appelé pour me demander s’il fallait mettre ou non ce trublion sur la
liste municipale des Ulis. C’est ainsi qu’il est devenu conseiller
municipal même si, honnêtement, il a plutôt brillé par son absence.
Quand je pense qu’il était tout maigre et timide quand je l’ai connu
simple assistant dans un autre parti. Il souffle dans ses deux mains
qu’il a remontées sur son visage, l’air de faussement s’ennuyer,
comme d’habitude, mais ses petits yeux perçants sondent, regardent,
soupèsent tout ce qui l’entoure. Je commence à me demander pourquoi
ils sont tous là : une manif ? Un colloque ? Paradoxalement et confusément je sais que c’est logique, comme dans l’ordre des choses.
Devant moi, il y a une sorte de haie d’hommes et de femmes
politiques qui ont jalonné mon parcours. Marine Le Pen est là,
entourée de Dominique Joly et de Marie-Christine Arnautu que j’ai
bien connue. Derrière eux, un peu en retrait je reconnais
Micheline Bruna, femme discrète et très sympathique. C’était la
secrétaire particulière de Jean-Marie (le père) et nous avions
sympathisé car j’étais le seul élu, hors de son parti, qui lui faisait la
bise pour lui dire bonjour, mais je n’ai jamais – contrairement à
d’autres qui la snobaient ostensiblement – négocié d’accord secret
avec son parti. Elle m’envoie avec Marie-Christine un petit baiser
pendant que j’avance. Je vais encore me faire des ennemis.
Je commence à avoir un peu froid et je me rends compte que je suis
en simple chemise blanche. Je tourne la tête et je vois Serge Dassault
entouré de son aréopage de conseillers. Je suis vraiment content
d’avoir réussi à lui soutirer plus de 100 000 francs de l’époque au
profit d’une association qui luttait contre la leucémie et dont je
m’occupais avec une femme en or : Mme Boucher dite « Maman
Boubou ». C’était l’époque où il voulait être maire de Corbeil.
J’aurais pu lui en soutirer un peu plus si, un jour où il devait nous
remettre un nouveau chèque pour développer la banque de donneurs
de moelle osseuse, quelqu’un ne lui avait pas susurré à l’oreille que
j’appartenais à un parti politique concurrent du sien. Je le revois
encore remettre le chèque dans sa poche et nous prier de sortir
immédiatement, sans ménagement. Pas très élégant de sa part mais le
personnage a-t-il jamais été élégant ? Juste riche, il ne pouvait pas
être les deux.
J’ai encore un peu plus froid. Un petit vent me glace le cou et me fait
frissonner. Ce qui me reste de mon col n’est pas fermé et flotte sur
mon cou offert. Il faudra vraiment que je fasse plus attention à mon
apparence. J’avance encore un peu, à pas lents et mesurés, et je vois Christiane Taubira, toujours pimpante, le sourire carnassier, prête à
mordre si on essaye de l’agresser. Un sacré caractère que n’a pas
supporté longtemps le chauffeur que je lui avais trouvé pour ses
déplacements à Paris. Mais une sacrée bonne femme qui ne s’en laisse
pas compter et qui sait, contrairement à d’autres politiques, ne pas
lâcher même si le vent de la popularité est contraire. J’ai toujours bien
aimé cette femme, je ne sais pas si son affection à mon égard était du
calcul ou de la sincérité.
Un petit groupe me regarde passer, il y a François Lamy en grande
discussion avec Jérôme Guedj, président du conseil général de
l’Essonne, battu lors des départementales de mars 2015, ex-député et
fervent défenseur du mandat unique tant que lui n’en a pas eu
plusieurs, Olivier Thomas, maire de Marcoussis, ancien ennemi de
Guedj devenu son ami, Carlos Da Silva député suppléant de
Manuel Valls ; ils regardent en parlant à voix basse le vieux sénateur
Michel Berson qui est là, debout et encore vaillant. Ce même
Michel Berson qui, grâce au petit paquet de voix que je représentais à
l’époque, est devenu sénateur malgré la traîtrise de son propre parti.
Je prends conscience d’un seul coup que presque tous les élus que j’ai
connus durant mon passage en politique sont là. Les petits et les
grands élus se sont réunis ce matin dans cette cour aux pavés gris.
J’entrevois au milieu d’un groupe qui s’agite, le brave et sympathique
Michel Pouzol, ex-Rmiste devenu député et dont le principal fait
d’armes est d’en avoir fait un livre. Il y a aussi Francois-
Joseph Roux, l’homme par qui l’affaire Tron a commencé. Du coin de
son oeil malicieux, ce roi de la moustache apparente, éminence grise,
Corse et franc-maçon, regarde sans rien dire. Il n’est pas loin
d’ailleurs le député-maire Georges Tron, l’homme qui aimait trop
caresser les chevilles des femmes. Déjà il y a une bonne vingtaine
d’années, quelques-unes de mes amies, femmes et journalistes, ne se
rendaient à des rendez-vous professionnels avec lui qu’en prenant bien soin de mettre des bottines hautes sous un pantalon bien fermé,
tant son incoercible besoin de toucher pouvait devenir envahissant.
Quand j’y repense, parmi cette foule politique, j’en ai froissé plus
d’un et malmené quelques autres. Certains ont même perdu des
élections par ma faute. En 2001, toute une agglomération de cinq
villes est passée dans l’autre camp politique parce que je n’avais pas
accepté le non-respect de la parole donnée et des accords politiques
signés. Être incontrôlable a été, pour les autres, mon plus grand défaut
en politique. En dehors du moule et refusant d’être dans le sérail, je
n’en ai toujours fait qu’à ma tête, refusant de ne pas comprendre ce
pourquoi je votais. Je ne voulais jamais signer un parapheur sans
savoir ce qui était écrit dedans : je bloquais le système, me disait-on.
Impardonnable : j’ai refusé des places, des mandats en or, juste pour
ne pas trahir un ami. On m’a pris pour un ovni, un malade qui ne
comprend rien à la politique. Je n’ai pas accepté non plus les pots-devin
que l’on m’a proposés quelquefois et je comprends que cela en ait
choqué quelques-uns. J’ai toujours préféré inviter à déjeuner le
personnel plutôt que les chefs de service. Beaucoup d’entre eux m’en
ont voulu, d’une colère sourde et vengeresse, d’oser remettre en cause
la sacro-sainte prérogative due à leur rang : être l’interface
obligatoire et incontournable de tout message d’action politique en
direction du personnel. Pardon donc à tous ces chefs de service qui
me regardent aujourd’hui du coin de l’oeil tandis que je passe devant
eux. Ils affichent chacun l’expression parfaite et calculée de celui qui
se veut compatissant et amical mais qui en réalité vous méprise.
Je m’avance un peu. En tournant la tête vers la gauche, j’aperçois
Michel Abhervé. Il a du mal à marcher mais est toujours droit dans sa
tête. C’est un homme de conviction que ses camarades ont éjecté à
cause de sa trop grande droiture. Juste derrière lui se tient le brave
Thierry Lafont qui fut tout étonné de devenir maire de sa ville de
Lisses, simplement à cause d’une triangulaire dont j’étais responsable pour m’être maintenu dans un deuxième tour d’élections municipales.
Il y a aussi celui qui fut pour moi un grand maire, mais trop peu de
temps, de la ville de Courcouronnes : Bernard Bragard. Mal
conseillé et trop en avance sur son temps, cette ancienne plume de
Max Gallo avait aussi eu le courage de dénoncer dans un livre les
turpitudes de Jacques Médecin (le déjà lointain maire mafieux de
Nice). Un contrat d’élimination sur sa tête, Bernard avait dû s’exfiltrer
un an aux États-Unis. Descendu en flèche par son propre camp,
assassiné par ses amis politiques, il a dû céder sa place de maire à un
petit jeune d’un parti radicalement opposé, Stéphane Baudet, qui a
su, depuis, allier jeunesse et sagesse dans une ville difficile. Il est là
d’ailleurs Stéphane, entouré de son aréopage de groupies amoureuses.
Il me donne une petite tape dans le dos quand je passe devant lui
comme pour me dire courage. Un sacré petit gars que j’ai vu grandir et
devenir un vrai politique sans jamais renier son passé ou ses origines.
Une graine de ministre dans un gouvernement futur.
Mais qu’est-ce que j’ai bien pu faire pour mériter toutes ces
marques d’attention des uns et des autres ? J’ai de plus en plus froid
quand je sens que quelqu’un me pousse un peu rudement dans le dos
comme pour me faire avancer plus vite. Je me retourne et, avec
surprise, reconnais le sénateur Jean-Michel Baylet. Il m’en a toujours
voulu du putsch que nous avions failli réussir contre lui avec
Michel Dary, député, et Michel Scarbonchi, député européen, mon
Corse préféré. Au dernier moment, Émile Zucarelli nous a laissés
tomber pendant que Thierry Braillard (devenu ministre depuis)
négociait en douce une vice-présidence au sein du parti dirigé par
Jean-Michel Baylet en échange de sa soumission immédiate. Il me l’a
fait payer cher durant plusieurs années, et aujourd’hui encore il a l’air
content de me pousser de sa grosse main qu’il appuie sur mon épaule.
Quand je pense qu’il trouvait toujours le moyen de nous faire venir en
congrès de militants au plus près de l’habitation d’une de ses « nombreuses courtisanes » ! Tiens, à ce propos, je vois Sylvia Pinel
en grande discussion avec Jean-Paul Huchon. Celle-là, elle est
devenue députée et ministre uniquement à cause de sa situation très
rapprochée du Jean-Michel cité un peu plus haut. Mon Jean-
Paul Huchon, lui, est toujours jovial et sympathique avec tout le
monde. Pendant six mois à la Région, il m’a appelé Christophe en
séance publique et je lui répondais en l’appelant « Jean-Pierre ». Cela
nous faisait marrer tous les deux mais pas son entourage, surtout sa
directrice de la communication, « Patricia », qui avait tendance à ne
pas aimer que l’on soit impertinent avec « son » Jean-Paul-à-elle-toute-
seule. Tiens, la dame Michèle Saban est là, elle aussi. Drôle de
bonne femme, tout en finesse. La première et dernière fois où elle m’a
invité à déjeuner, elle n’a pas compris que je refuse poliment de lui
servir d’agent de renseignement au sein de mon groupe politique. Elle
me regarde passer, l’oeil dur de celle qui tient enfin sa revanche.
J’en ai croisé un paquet de cette gent politique, de ses faux amis qui
ne le sont qu’en fonction du poids que vous pesez ou de votre carnet
d’adresses. J’ai aussi rencontré, côtoyé, des ministres
sympathiques comme par exemple Jacques Dondoux (que Dieu, Allah
ou Bouddha ait son âme), que j’adorais avec son petit sac plastique de
supermarché en guise de mallette. D’ailleurs, tous les membres du
protocole en étaient horrifiés et faisaient la chasse aux paparazzi qui
cherchaient tous à faire la photo du ministre, son petit sac plastique à
la main. Des souvenirs me remontent à l’esprit. Je revois mon premier
élu de poids qui fut d’abord mon patron avant que je devienne son
principal opposant : Henri Marcille, conseiller général, député, maire
pendant plus de quarante-cinq ans de Bondoufle, sa commune. Je l’ai
aimé et respecté cet homme autant qu’il a dû me détester quand je me
suis mis en travers de son chemin. Il m’avait embauché comme
directeur de la maison de quartier, tenue à l’époque par quelques
malfrats dont il n’arrivait pas à se débarrasser. Après avoir remis de l’ordre et du contenu dans la ville, nous nous sommes séparés en
raison de sa vision passéiste de la culture et de mon envie de voir les
choses bouger pour les jeunes et les habitants. Mais Henri était quand
même un sacré politicard comme on n’en fait plus. J’ai encore le
souvenir des quelques fois où il m’a collé contre un mur à la sortie
d’une séance de conseil municipal au cours de laquelle je l’avais
fortement titillé. Les habitants nous appelaient « Don Camillo » (pour
moi) et « Peppone » (pour Henri). C’était un homme politique qui,
contrairement et inversement à ceux d’aujourd’hui, n’avait pas
beaucoup de diplômes mais beaucoup de bon sens.
Je me rappelle aussi du ministre Bernard Tapie qui signa 300 à 400
autographes en dix minutes lors d’une manifestation que j’avais
organisée pour lui à Évry. En partant, alors que je le raccompagnais à
sa voiture, je lui transmets le bonjour de l’abbé Pierre avec qui
j’avais bossé quelque temps auparavant. Il me regarde quelques
instants, interloqué, et me souffle, vexé, avant de s’engouffrer dans sa
voiture : « Mais moi aussi je le connais. » Je l’ai revu il y a quelque
temps dans son hôtel particulier rue des Saints-Pères. On devait jouer
le rôle de deux flics pour une caméra cachée. Il s’est dégonflé
quelques jours après la rencontre. Je le cherche des yeux dans la
foule, mais je ne le vois pas. Il n’est sûrement pas là, sinon on ne
verrait que lui.
Thierry Mandon est là aussi, je fais mine de lui serrer la main mais
je m’aperçois avec étonnement que je ne peux pas, mes mains
semblent attachées dans mon dos. Quelques souvenirs de boîte de nuit
avec ce ministre de la simplification me remontent maintenant à
l’esprit. Justement à cette époque lointaine, tout était simple avec lui.
Il ne se tient pas loin de Manuel Valls dont j’ai été l’adjoint durant
quelques années à la mairie d’Évry. Il était sympa, au début. Puis à
mesure de son ascension, sa parole s’est durcie, son attitude a changé.
Il riait de moins en moins, hurlait de plus en plus. Plus il prenait de la hauteur dans sa tête, plus mon estime pour lui descendait. J’ai vu la
cohorte de plus en plus nombreuse de courtisans et « d’aides de
camp » qui petit à petit l’ont séparé des vraies gens. Puis un jour où
nous étions dans l’ascenseur tous les deux, je lui ai demandé ce qu’il
voulait faire en politique, il m’a répondu : « Comme l’ascenseur ».
Nous montions au dernier étage. J’ai préféré descendre avant et le
laisser à la solitude de celui qui cherche à être aimé. Je n’ai pas aimé
ce que j’ai vu derrière la façade lisse du bon communicant qu’il est.
Un jour, il m’a écrit qu’il m’aimait (un moment de faiblesse de sa part
sans doute), je ne sais pas où j’ai foutu ce petit bout de papier, Bof !
De toute manière, les petits bouts de papier avec les hommes
politiques, cela n’a jamais valu grand-chose. Il y a, à ses côtés,
l’éternel factotum, garde du corps, gardien du temple,
Christian Gravel, l’homme avec qui j’aurais pu, j’aurais dû être ami.
Toujours aussi interrogatif le Manu ! Il me regarde à nouveau au fond
des yeux, cherche, soupèse, calcule en une fraction de seconde s’il
peut savoir comment me prendre, me manipuler comme il sait si bien
faire pour acheter sa conscience. Mais il n’y arrive pas avec moi,
comme d’habitude.
Dommage, il aurait pu faire un bon président de la République. Pas
sûr qu’il n’en fasse pas un mauvais. Un de plus.
Quand Manuel s’écarte pour rejoindre son petit groupe de
courtisans, je vois devant moi, comme seule possibilité d’avancer, des
marches en bois que je dois monter et qui mènent vers un ciel bleu qui
sera aussi le bout de mon chemin. Je viens de comprendre que ce qui
m’attend en haut ne va pas être agréable. À vrai dire, je ne suis
toujours pas étonné, même pas en colère. Je savais qu’un jour, il
faudrait que je paye cash l’addition du dérangement causé à
« l’establishment ». La machine finit toujours par broyer le petit grain
de sable qui l’empêche de tourner. Mon grain de sable a tenu durant
plus de trente ans, un beau record dont je peux m’enorgueillir sans rougir.
Il faut maintenant que je monte ces marches dignement comme il sied
au saltimbanque iconoclaste que je suis.
Je jette un dernier regard circulaire autour de moi. Il y a dans la
cour, en plus des élus, des fonctionnaires, des chargés de mission, des
chefs de cabinet, des « secrétaires particulières », tous des faux-culs
de première. Ils sont derrière les élus – au fond, comme il se doit.
Tout ce petit monde que j’ai vu s’agiter autour de leur dieu et maître,
obéissant au doigt et à l’oeil, anticipant même pour les plus aguerris le
moindre désir de leur seigneur « l’élu ». Qu’ils soient « alimentaires »
ou convaincus, j’en ai vu très peu dire à leurs gourous qu’ils se
trompaient ou qu’ils dépassaient la ligne jaune. Je ne suis pas dupe, ils
ne sont pas là pour moi mais parce que c’est l’endroit où il faut être
pour ne pas perdre son job.
Je suis en bas du podium et, tout à côté des marches, j’aperçois deux
vieux briscards de la politique que j’appréciais beaucoup pour leur
non-conformisme d’élus, leur prise de position décalée et sincère aux
services des autres. Des mecs hors norme eux aussi, que l’on a
régulièrement essayé d’assassiner : Chritian Schoettl, maire de
Janvry et conseiller général, et Paul Loridant, sénateur et ex-maire
des Ulis.
Je monte les marches de l’escalier, une à une, lentement, appréciant
chaque pas, embrassant du regard la foule d’hommes et de femmes
politiques qui sont là dans cette cour de la République et que je ne
peux tous citer. Un salut à Anne Hidalgo, toujours courtoise et simple
comme quand elle venait dans la commission que je présidais à la
Région. Un petit coucou à Robert Hue, toujours jovial et barbu ;
Laurent Fabius est là, son petit sourire diplomatique au coin des
lèvres. À mesure que je monte les marches, je vois les regards de
cette multitude d’hommes et de femmes qui s’abaissent vers le sol,
honteux d’avoir participé à l’hallali mais conscients de l’avoir fait pour ce qu’ils pensent être le bien de la nation ou pour que l’ordre soit
respecté. Après tout, c’est ma faute, pensent-ils sans doute tous et
toutes. Je n’avais pas à remuer l’eau d’apparence si claire du
fonctionnement de la politique française et de ceux qui la font. Le
peuple n’a pas besoin de savoir ce qui se passe sous les dorures et les
oripeaux du drapeau. Le peuple n’est pas assez intelligent pour
comprendre que ceux qui font les lois ne peuvent quand même pas se
les appliquer. Il faut que ceux qui sont en bas restent en bas et que
ceux qui sont en haut continuent à rester en haut.
Je fais encore un pas, tout va très vite, d’un seul coup tout bascule, il
n’y aura pas de… Le couperet tombe… Je voulais juste… Clac !

 

Rappel
Tout mis en examen ou non condamné définitivement a le droit d’être
présumé innocent tant qu’il n’est pas déclaré coupable, conformément
à la loi, par un tribunal indépendant et impartial à l’issue d’un procès
public et équitable. Mon but est juste d’informer le lecteur, qui est
aussi un électeur, pour qu’il puisse en toute responsabilité participer
éventuellement à l’assainissement de la classe politique que, par
ailleurs, il décrie de plus en plus chaque jour.
Ce rappel n’a logiquement pas lieu d’être car ce livre traite des abus
– et des systèmes mis en place qui les favorisent grandement –, et non
des délits d’élus.
Néanmoins, je trouve parfois très ténue la frontière entre le délit et
l’abus dont l’élu peut être coutumier…

Introduction

Les abus d’élus se ramassent à la pelle
J’ai découvert avec effarement qu’en dehors des délits référencés
dans le Code pénal et justifiant d’une procédure judiciaire – délits qui
m’ont permis de coécrire un premier tome il y a quelque temps1 –, il y
a aussi, avant, après ou concomitamment aux délits dont les élus se
rendent coupables, une multitude d’abus commis joyeusement dans une
opacité savamment distillée et auto entretenue, toutes tendances
politiques confondues.
Ces abus, privilèges, passe-droits, avantages, selon le nom qu’on
peut leur donner, me laissent pantois et désespéré sur le genre humain.
Le pire, c’est que la plupart de ces « abus » sont revêtus d’une légalité
de façade permettant aux élus d’échapper à toute poursuite pénale et
de se draper en conséquence dans une innocence de circonstance qui
m’enveloppe de beaucoup plus qu’un doute sur l’éthique et la probité
de ceux qui en profitent.
La liste, les détails ou les noms que vous allez découvrir dans les
pages qui suivent ne sont, j’en suis maintenant persuadé, que le dessus
de l’iceberg du monde politique d’aujourd’hui. Bien sûr, il y a, çà et
là, quelques taches sombres en surface. Mais, nous dit-on, ce ne sont
que des petites salissures qui ne remettent pas en cause la vision
majestueuse et respectable de ce bloc de glace que forment la
politique et ses élus. Toutefois la blancheur, ou la transparence apparente, disparaît rapidement dès que l’on essaie, pour comprendre
ou savoir, de descendre en dessous de la surface visible par tout un
chacun.
Il faut creuser, recreuser patiemment l’iceberg pour réussir à
entrevoir ce que cache le vernis superbe que l’on voulait bien nous
montrer. Et plus l’on creuse, plus l’étonnement, l’incrédulité et la
colère vous étreignent, tant tout ce que l’on découvre comme
avantages, privilèges et abus souille la devise républicaine inscrite au
fronton de nos édifices publics : liberté, égalité, fraternité. Car peuton
parler de liberté quand des élus chargés de la défendre la bafouent
régulièrement dès lors qu’il s’agit de divulguer les privilèges qu’ils se
sont autoattribués ? Parle-t-on d’égalité quand on découvre qu’ils
profitent allégrement de passe-droits réservés uniquement à leur
« caste » d’élus ? Et est-ce vraiment de la fraternité que de les voir
abuser régulièrement de privilèges qu’ils refusent avec force à tous
les autres ?
Tous les faits rapportés dans cet ouvrage sont malheureusement
réels, même si parfois le lecteur se surprendra à douter, tant le passe droit
ou l’avantage acquis par l’élu paraît irréel par rapport aux
valeurs simples qu’ils sont censés défendre ou qu’ils nous demandent
de respecter. J’ai moi-même, lors de la découverte de certains
« abus », dû m’y reprendre à trois ou quatre vérifications pour être
bien sûr que ce que j’écrivais ne tenait pas du fantasme populaire ou
de la rumeur malveillante.
Dans un sondage mis en ligne par Transparency France et réalisé
entre le 2 octobre et le 2 novembre 2014, à une des questions posées
dans le cadre d’un engagement citoyen prioritaire, 62 % des avis
exprimés souhaitaient que les élus locaux soient exemplaires. Même si
les élus « profiteurs » ne sont qu’une minorité, et ceux « profiteurs
jusqu’à l’os » une minorité de la minorité (mais couverte et protégée
par la majorité), l’impression globale qui en résulte pour la population n’est qu’un dégoût profond et grandissant pour le monde de
la politique et de ses élus.
Il ne s’agit pas à travers ce livre, comme on nous en a accusés
quelquefois depuis la parution de Délits d’élus, de favoriser les
extrêmes en reprenant la sempiternelle et galvaudée expression du
« tous pourris ». Cette expression tient lieu, d’ailleurs, de message
politique fourre-tout pour quelques partis politiques en mal de
reconnaissance. Elle sert aussi d’excuses (bien pratiques) pour
d’autres qui n’ont, en réalité, que l’aspiration de remplacer ceux
qu’ils dénoncent.
Il ne s’agit pas non plus d’accentuer le rejet de toute la classe
politique, ou comme je l’ai déjà entendu, de précipiter les électeurs
dans les bras des extrémistes, voire de mettre (et j’en tremble
encore…) en péril la démocratie en osant interroger la probité d’une
frange d’élus.
Mais force est de constater que des élus, loin de se serrer la
ceinture, comme chacun d’entre nous est appelé à le faire (et pour
quelques années encore selon les déclarations d’un de nos Premiers
ministres faites récemment au journal espagnol El Mundo…),
bénéficient dans bien des cas et dans beaucoup de domaines de
« traitements privilégiés » qui font qu’ils doivent discrètement
rajouter, eux, des trous à leur ceinture déjà bien longue.
Il faut aussi savoir que ces abus, avantages, privilèges et autres, sont
souvent la conséquence d’un système de fonctionnement politique qui
les engendre et les facilite.
Les élus sont donc coupables des abus et responsables du système.
Pas facile dans ces cas-là de crier à l’innocence.
J’ai donc ramassé des abus d’élus à la pelle et, très honnêtement, à
la relecture de mes découvertes, au vu du système mis en place qui les
engendre et/ou les favorise, dans le brouillard savamment entretenu,
au regard de la désinformation parfois orchestrée, il y a vraiment des coups de pelle qui se perdent…


1. Graziella Riou Harchaoui et Philippe Pascot, Délits d’élus : 400 politiques aux
prises avec la justice, tome 1, Paris, Max Milo, 2014.


 

PREMIÈRE PARTIE : Un système qui produit
des abus… et inversement

1- L’ABSTENTION : AU SERVICE D’UN SYSTÈME POLITIQUE
INÉGALITAIRE
Un système qui arrange surtout les élus

Régulièrement on aborde le sujet, des chiffres et des courbes
viennent nous interpeller par écrans interposés. Puis, l’élection
passée, le soufflé et la culpabilisation du devoir non accompli
retombent vite et l’on se donne toutes les excuses, éculées mais
tenaces, pour se justifier.
D’un côté, les abstentionnistes qui sont persuadés que voter, « de
toute manière, cela ne sert à rien » parce qu’« à quoi bon, ils sont tous
pareils » ; de l’autre, les votants, qui accusent les non-votants de
plomber la démocratie, persuadés qu’il faut s’exprimer même si on
sait que cela ne changera pas grand-chose et que le choix est parfois
limité, voire identique.
Au milieu, il y a l’élu pour qui l’abstention n’est pas un travers mais une chance. Moins il y a de monde, plus c’est facile d’être élu et
surtout réélu.
Laisser l’abstention se répandre et gagner un terrain de plus en plus
important à mesure des élections, c’est donc, à terme, favoriser
l’émergence de deux catégories d’individus qui ne pourront que
s’éloigner les uns des autres et creuser le fossé, toujours plus profond,
de ceux qui seront en bas dans la pénombre (les classes populaires) et
ceux qui seront en haut à la lumière (les élites). À titre d’exemple,
aujourd’hui 82 % des sénateurs et députés sont des cadres ou exercent
des professions intellectuelles alors que cette catégorie ne représente
que 13 % de la population active.
Par ailleurs, peut-on sérieusement dire qu’un élu, s’il peut susurrer
qu’il est élu démocratiquement, est légitime et représentatif quand, à
quelques exceptions près, il est élu avec une moyenne de moins de
trois électeurs pour dix inscrits ?

Où s’arrêta l’abstention ?
Toutes les études le montrent : l’abstention est toujours plus forte en
France depuis 1958, et ce, pour toutes les élections (à une ou deux
près en soixante ans de vote). Et ceux qui ne vont pas voter, nombre
qui va en augmentant, appartiennent aux classes populaires. Les
catégories défavorisées ne se reconnaissent pas dans la classe
politique censée les représenter ; comme leurs intérêts ne sont pas pris
en compte, elles ne votent plus, et comme elles ne votent plus, leurs
intérêts sont de moins en moins pris en compte par les élus.
Si on ne met pas un coup d’arrêt brutal à ce fleuve abstentionniste au
débit de plus en plus grand, on renforcera un peu plus à chaque
élection la dichotomie entre l’élu et la population qu’il représente.
Il y aura ceux qui iront encore voter, certes de moins en moins
nombreux, mais qui voteront de plus en plus pour des candidats à leur
image (la couleur politique ne jouera plus qu’à la marge pour le choix du candidat) et de l’autre, les classes populaires (de plus en plus
nombreuses) qui ne se reconnaîtront pas (et de moins en moins) dans
ces « élites » de plus en plus éloignées de leur préoccupations
quotidiennes. Aujourd’hui, 52 % des Français sont employés ou
ouvriers, contre 3 % des députés2 ; et l’écart ne peut que s’agrandir.
Par voie de conséquence et n’ayant d’autre choix que l’abstention,
les classes populaires iront de moins en moins voter (pour qui ?
pourquoi ?, « bonnet blanc et blanc bonnet ! », « peste ou choléra ! »)
et le piège se refermera de plus en plus fort autour du cou de la
représentativité réelle des élus de la République.
Cette distorsion qui ne pourra que s’accentuer entraînera une
incompréhension de fait entre l’élu et une majorité grandissante des
citoyens (dont l’élu pourtant s’évertuera à dire qu’il en tire sa
légitimité).
Si on prend quelques-unes des dernières élections qui se sont
déroulées en France il y a quelques mois, ce n’est plus une sonnette
d’alarme qu’il faut tirer mais la sirène des pompiers qu’il faut
actionner, voire déclencher le plan ORSEC tant les faits constatés
deviennent un déni de la démocratie.
Ainsi, au premier tour d’une élection législative partielle dans
l’Aube (décembre 2014), il y a eu 75 % d’abstention : sur 65 758
inscrits il n’y a eu que 24,63 % de votants pour huit candidats en lice.
Le candidat arrivé en tête a obtenu 40,76 % des voix, soit 6 601 voix.
Si on rapporte ce chiffre au nombre d’électeurs, cela signifie que le
candidat ayant eu le plus de voix lors de ce premier tour a recueilli en
termes de légitimité et de représentativité le vote de un électeur sur
dix. Le deuxième, lui, dépasse tout juste le demi-électeur sur dix.
De même à l’élection partielle de la 21e circonscription du Nord qui
s’est déroulée en juin 2014 : au premier tour, neuf candidats et
74,16 % d’abstention. Pire, au deuxième tour, et malgré « l’appel
républicain » habituel, il y a eu 76,21 % d’abstention. La légitimité du nouveau député Laurent Degallaix, dont tous les médias ont proclamé
l’élection avec un score de 72,14 % des voix, ne représente en réalité
que l’expression d’un peu plus d’un électeur et demi sur dix.
Si l’on considère les dernières élections municipales, dans les 30
plus grandes villes de France en nombre d’habitants3 (donc,
logiquement, le plus grand nombre d’électeurs inscrits sur les listes
électorales), on s’aperçoit que dans seulement quatre villes les listes
arrivées en tête des suffrages sont élues avec un peu plus de trois
électeurs sur dix : Bordeaux (33,12 %), Toulon (30,33 %), Angers
(31,67 %) et Saint-Denis (33,55 %). Quand on sait que les élections
municipales sont les élections où le taux d’abstention est le plus
faible, je vous laisse imaginer la représentativité réelle des autres élus
de la République… sans compter que le taux de votants n’est jamais
qu’une moyenne nationale.
Si l’on prend les villes au cas par cas, on se rend bien compte que la
légitimité des élus est contestable. Ainsi, Roubaix, Villiers-le-Bel,
Vaux-en-Velin et Évry font partie des municipalités qui ne représentent
même pas 20 % de la population dont les élus sont censés être les
représentants, tandis qu’il n’y a même pas trois électeurs sur dix
inscrits qui ont voté à Toulouse, Nantes, Rennes, Reims, Saint-Étienne,
Dijon, Brest, Clermont-Ferrand, Amiens, Aix-en-Provence, Limoges,
Nîmes, Tours, Besançon, Lille, Le Havre, Metz, Le Mans, Grenoble,
Nice ou Villeurbanne.
Pourquoi ne pas inscrire tous les résultats électoraux en pourcentage
de votes exprimés (les votants) mais accompagnés du pourcentage en
vote des inscrits ?
Une proposition simple à mettre en place ne nécessitant aucune loi,
juste une volonté des politiques pour renforcer la légitimité de leur
élection.
Ne pas tenir compte de cette situation qu’on retrouve sur l’ensemble
du territoire, c’est comme être un médecin (l’élu) qui laisse une gangrène (l’abstention) s’étendre sur tout le corps du patient (les
électeurs). Le médecin sait que le patient va mourir s’il ne coupe pas
le bras mais il laisse faire. Après tout, il y aura d’autres patients, et lui
sera toujours médecin…

Un jeu gagnant pour les élus « roublards »
Si vous savez cajoler l’électeur qui a voté pour vous, le brosser
dans le sens du poil, vous êtes quasiment sûr d’être réélu à vie. Après
tout, il n’y a que quelques mains à serrer (une sur dix), des chocolats à
offrir, un bon repas au club des anciens. Mieux encore : on peut imiter
la mairie de Puteaux et acheter pour 220 000 euros d’aspirateurs de
marque, soit entre 3 000 et 3 500 appareils, que l’on offre ensuite
gracieusement aux seniors de la ville ; ou bien une cafetière à
dosettes. De quoi récupérer un certain nombre de voix aux
municipales4… Ailleurs, on distribue des logements ou des emplois
communaux, on verrouille un petit groupe d’individus de son parti
d’une poigne de fer. On ajoute à tout cela un peu de gouaille et de
repartie et tant pis si on ne satisfait pas la quasi-majorité des
électeurs ; ils n’iront pas voter.
Un bonheur pour une réélection !

 

II – L’ABSTENTION DES PARLEMENTAIRES :PLUS
IMPORTANTE QUE CELLE DES ÉLECTEURS !

Ou l’art de ne pas être là, tout en faisant croire
qu’on y est !

suite… PDF