Le secret de l’Abondance & de la Prospérité


pdfarchive.info

https://i2.wp.com/www.thelawofattraction.org/wp-content/uploads/2013/05/Wallace-Wattles-2.jpghttps://i0.wp.com/numeribook.com/thm/lawattraction/images/coverrichesse.jpg

Ouvrage: Le secret de l’Abondance & de la Prospérité

Auteur: Wattles D. Wallace

Année: 1910

 

 

Avant – Propos
Ce livre a été publié en 1910. Il était radical alors et il l’est encore. C’est un livre puissant et l’étudier peut changer profondément votre vie ainsi que celles de milliers d’autres.
La traduction de ce livre écrit en langage parfois archaïque n’a pas été facile. Nous avons essayé de reproduire la pensée de M. Wattles le plus fidèlement possible.
Vous y trouverez certains soulignés pour aider à la compréhension du texte. M. Wattles a écrit ce livre dans le style de son temps, utilisant fréquemment le genre masculin pour représenter le genre humain.
Mais il a été bien clair dans ses écrits quand à l’utilisation des principes qui s’appliquent également aussi bien à l’homme qu’à la femme.
Avec un titre aussi prometteur et intriguant, nous sommes tous pressés de vouloir connaître ce secret qui nous rendra prospères. Il faut d’abord s’habituer au style d’écriture du temps- début des années 1900… et il faudra peut être relire les premiers chapitres et certaines expressions plusieurs fois afin de bien comprendre la puissance de cette loi.
Il faut continuer la lecture (même si l’on n’a pas tout compris au début) et on verra que l’auteur donne l’explication plus loin. Chaque chapitre est habilement construit sur ce qu’il présente dans les chapitres précédents.
C’est du matériel inconnu pour plusieurs d’entre nous. Voilà pourquoi il est essentiel de garder l’esprit ouvert et poursuivre sa lecture jusqu’à la fin.
Même si certains passages du livre sont difficiles à croire lors d’une première lecture, acceptez la notion, qu’il est possible que cette loi fonctionne.
Vous verrez que, si vous commencez à mettre ces principes en pratique, qu’en peu de temps des bénéfices ne tarderont pas à se manifester.
Cette loi a fonctionné pour des millions de personnes. Elle fera de même pour vous si vous avez la foi et un esprit de gratitude envers la Source de toutes créations.

Les hasards n’existent pas et vous verrez les choses commencer à changer en votre faveur. Vous rencontrerez de nouvelles personnes qui vous apporteront de nouvelles occasions de prospérer dans tous les domaines de la vie.
PROSPÉRITÉ dans le livre signifie « avoir tout ce qui est nécessaire pour être heureux — sans avoir à se soucier de l’argent qu’il faut pour acheter les choses dont on a besoin pour vivre confortablement. »
Vivre la prospérité veut aussi dire connaître la santé et la sérénité dans notre vie tout en ayant une vie abondante, pleine et satisfaisante.
Quel que soit le motif qui vous inspire, vous serez comblé par des réponses qui vous enrichiront l’existence.
Vous avez déjà en vous ce qu’il faut pour réussir et réaliser vos rêves.
Pour changer votre vie, changez votre façon de penser.
On dit que quand l’étudiant est prêt, le Maître arrive. Et ceci est vrai quand vous commencez à penser et agir d’une Certaine Façon.
En lisant ce livre de Wallace D. Wattles, vous vous retrouverez en bonne compagnie avec les pères du Penser Nouveau :
Ralph Waldo Emerson, Phineas Parkhurst Quimby, Mrs Mary Baker Eddy, ThomasTroward, Horatio W. Dresser, Emma Curtis Hopkins, Dr Emilie Cady, Charles et Myrtle Filmore, et Ernest Holmes, fondateur et doyen de l’Institut of Religious Science, pour ne nommer que ceux-là.
Ernest Holmes (1880-1960) est l’auteur de La Science du Mental; La Pratique de la Science du Mental; Des Paroles qui Guérissent encore aujourd’hui; Cours de perfectionnement de la Science du Mental.
Le livre « La Science pour Devenir Prospère » ne reflète qu’une faible partie de cette extraordinaire Science du Mental.
Notes du traducteur :
Lorsque M. Wattles nous dit de visionner l’objet que l’on désire obtenir, il est important de ressentir l’émotion que l’on aurait si l’on était déjà propriétaire de l’objet en question et que l’on pourrait y toucher. Il faut nous voir utilisant cette chose, ressentant le plaisir que l’on a de l’avoir, la fierté, la satisfaction, etc.

Il ne faut pas se contenter de visualiser l’objet; il faut vivre intensément la possession de l’objet et ressentir de la gratitude envers la Source pour nous l’avoir donné.
Ensuite, il faut faire comme si l’objet désiré était en route vers notre foyer…
Comme si l’on venait de passer une commande. On ne s’inquiète pas de savoir si elle va arriver ou non. On a confiance et on n’y pense plus.
Comme le jardinier qui vient de semer des graines dans son jardin. Il sait ce qu’il a semé et il sait ce qu’il va récolter. D’ici là, il va continuer de prendre soin de son jardin et jamais il ne doutera qu’un jour il récoltera les fruits de son labeur.
En se visionnant comme étant celui qui EST en possession de l’objet et de ses désirs, on AGIRA en conséquence et on AURA cette chose. La formule magique pour réaliser ses rêves : ÊTRE — AGIR -AVOIR.
« Les dépôts de la Nature regorgent de bonnes choses, mais ses magasins restent fermés à l’ignorant. Quand nous apprendrons à avoir foi en l’Univers, nous serons heureux, bien portants et prospères.
Nous devons apprendre à nous placer sous le gouvernement Divin et à accepter le fait que la Table de la Nature est toujours garnie. Il n’y a jamais eu de famine cosmique. »
La Science du Mental, Ernest Holmes, page 22

 

 

Préface
Ce livre est pratique, pas philosophique.
C’est un manuel pratique et non pas un traité fondé sur des théories.
Il est dédié aux hommes et femmes dont la nécessité la plus pressante est l’argent et la prospérité.
Ils souhaitent devenir prospères d’abord et philosopher ensuite.
Il est pour ceux qui n’ont, jusqu’ici, trouvé ni le temps, ni les moyens, ni l’occasion d’approfondir l’étude de la métaphysique.
Cependant, ils veulent des résultats maintenant et sont disposés à utiliser les conclusions des travaux de la science comme point de départ, sans passer par le processus par lequel ces conclusions ont été tirées.
On s’attend à ce que le lecteur souscrive aux affirmations fondamentales présentées, comme il le ferait pour les énoncés sur la loi régissant la loi fondamentale de l’électricité si elles étaient promulguées par un Marconi ou un Edison.
En prenant ces affirmations comme un acquis, il prouvera leur validité en les mettant en pratique sans crainte ni hésitation.
Chaque homme ou femme qui adoptera cette attitude obtiendra un succès certain ; car la science ci-dessus appliquée est une science exacte, et l’échec est impossible.
Cependant, au bénéfice de ceux qui souhaitent étudier les théories philosophiques de cette science et asseoir ainsi une base logique pour ces affirmations, je citerai ici certaines autorités dans le domaine.
La théorie moniste de l’univers — la théorie qu’Un est Tout, et que
Tout est Un; que cette Substance Unique se manifeste elle-même dans tous les éléments du monde matériel — est d’origine Hindoue.
Elle s’est graduellement imposée dans la pensée du monde occidental pendant les dernières deux cents années.

C’est la base de toutes les philosophies orientales ainsi que celles de Descartes, de Spinoza, de Leibnitz, de Schopenhauer, de Hegel et d’Emerson.
Il est conseillé au lecteur qui désirerait approfondir les bases philosophiques de lire Hegel et Emerson en particulier.
En écrivant ce livre, j’ai sacrifié toutes autres considérations pour l’efficacité et la simplicité du style, de sorte que tous puissent comprendre.
Le plan d’action établi ici l’a été selon les conclusions de la philosophie; il a été entièrement testé et a passé le test suprême de la mise en pratique.
Ce plan fonctionne !
Si vous souhaitez savoir quelles conclusions en ont été tirées, lisez les écrits des auteurs mentionnés ci-dessus.
Si vous souhaitez récolter les fruits de leurs philosophies dans la pratique réelle, lisez ce livre et faites exactement ce qu’il vous indique de faire.

 

CHAPITRE 1

Le Droit à la Prospérité
Quoiqu’on dise pour faire l’éloge de la pauvreté, les faits prouvent qu’il n’est pas possible de vivre une vie vraiment complète ou réussie à moins d’être prospère.
Personne ne peut s’élever à la plus grande dimension possible de son Être et du développement de ses talents ou de son âme à moins qu’il n’ait abondance de ressources; car pour s’épanouir pleinement il doit pouvoir jouir de l’usage de beaucoup de choses.
Il ne peut pas avoir ces choses à moins d’avoir l’argent nécessaire à leur achat.
L’individu développe son esprit, son âme et son corps en se servant de ces biens.
La société est ainsi organisée de telle façon qu’il doit avoir de l’argent pour devenir propriétaire des biens; donc, la base de tout progrès humain s’appuie sur la connaissance et la maîtrise de la science de l’enrichissement et de la prospérité.
L’objectif de toute vie est son développement; et tout ce qui vit a un droit inaliénable à tout le développement qu’il est capable d’atteindre.
Le droit de l’individu à la Vie signifie son droit d’avoir l’utilisation libre et sans restriction de toutes les choses qui peuvent être nécessaires à son plein épanouissement mental, spirituel, et physique; ou, en d’autres termes, son droit d’être prospère et vivre dans l’abondance et la prospérité.
Dans ce livre, je ne parlerai pas de prospérité d’une manière figurative; être vraiment prospère ne signifie pas être satisfait ou se contenter de peu.
Personne ne doit être satisfait de peu s’il est capable de plus.
Le but de la nature est l’évolution et le développement de la Vie; chaque individu devrait avoir tout ce qui peut contribuer à la puissance; à l’élégance, à la beauté et la prospérité de la Vie.
Se satisfaire de moins va à l’encontre de la Vie et de l’Évolution, cela est stupide.

Celui qui possède tout ce qu’il veut pour vivre une vie pleine et entière est prospère.
L’individu qui n’a pas suffisamment d’argent ne peut avoir tout ce qu’il veut. La Vie a tellement évolué et est devenue si complexe, que même l’homme le plus ordinaire a besoin d’une prospérité certaine afin de vivre aisément.
Chaque personne veut naturellement devenir tout ce qui lui est possible de devenir; ce désir de réaliser son potentiel inné est inhérent à la nature humaine; nous ne pouvons nous empêcher de vouloir être tout que nous pouvons être.
Le succès dans la vie consiste à devenir ce que vous voulez être et vous ne le serez qu’en utilisant des biens.
Vous devrez être suffisamment prospère pour les acheter et pouvoir les utiliser librement.
Comprendre les enseignements de la science de la prospérité est donc la plus essentiel de toutes les connaissances.
Il n’y a rien mal à vouloir devenir prospère. Vouloir la prospérité est réellement le désir d’avoir une vie plus prospère, plus entière et plus abondante.
Ce désir est normal et digne d’éloges.
Celui qui ne désire pas vivre plus abondamment est anormal.
Ainsi donc, celui qui ne désire pas avoir l’argent nécessaire pour acheter tout ce qu’il veut et connaître la prospérité, est anormal.
Il y a trois motifs pour lesquels nous vivons;
Nous vivons pour l’esprit,
Nous vivons pour l’âme.
Nous vivons pour le corps,
Aucun n’est meilleur ou plus sain que l’autre; tous sont aussi importants, et aucun des trois — corps, esprit, ou âme — ne peut être vécu entièrement si l’un des autres ne vit pas pleinement dans son expression.

Il n’est pas bien ou noble de vivre seulement pour le corps et de nier l’esprit ou l’âme.
C’est une erreur de vivre pour l’intellect et nier le corps ou l’âme.
Nous sommes tous au courant des lourdes conséquences de vivre seulement pour le corps et de nier l’esprit et l’âme.
Nous voyons bien dès lors que la vraie vie signifie l’expression complète de tout ce que chacun peut exprimer par le corps, l’âme et l’esprit.
Quoi qui puisse être dit, personne ne peut être vraiment heureux ou satisfait à moins que son corps vive entièrement chaque fonction et qu’il en soit de même en ce qui concerne son esprit et son âme.
Partout où il y une possibilité inexprimée, ou une fonction non exécutée, il y à un désir insatisfait.
Le désir est une possibilité cherchant à s’exprimer, ou une fonction cherchant à s’exécuter.
Nul ne peut vivre pleinement dans son corps sans une bonne nourriture, des vêtements confortables, un logement confortable et sans être libéré d’un travail dur et excessif.
Le repos et les loisirs sont également nécessaires à la vie physique.
Son esprit ne pourra se développer et s’épanouir entièrement sans livres et du temps disponible pour les étudier, sans occasion de voyages et d’observation, ou sans compagnie intellectuelle.
Pour que son esprit vive entièrement, il doit avoir des loisirs intellectuels et il doit s’entourer de tous les objets qu’il est capable d’utiliser et d’apprécier.
Pour que notre âme vivre pleinement, nous avons besoin d’amour et l’expression de l’amour est rare ou du moins beaucoup plus difficile en présence de la pauvreté.
Le plus grand bonheur qu’une personne puisse vivre se trouve dans l’amour qu’il donne à ceux qu’il aime.
L’amour trouve son expression la plus naturelle et la plus spontanée dans le don.
Celui qui n’a rien à donner ne peut pas exercer son rôle en tant que conjoint, parent, citoyen, ou en tant qu’humain.

C’est dans l’utilisation des choses matérielles que l’homme vit pleinement son corps, développe son esprit, et voit son âme s’épanouir.
Il est donc d’une importance capitale pour lui-même qu’il soit prospère.
Il est parfaitement normal que vous désiriez être prospère.
Si vous êtes un homme normal, vous ne pouvez vous en empêcher.
Il est tout à fait normal que vous apportiez toute votre attention à l’étude des principes enseignés par la Science de la Prospérité parce que c’est la plus noble et la plus nécessaire de toutes les études.
Si vous négligez cette étude, vous manquez à votre devoir envers vous-même, l’Univers et l’humanité, car vous ne pouvez rendre à l’Univers et à l’humanité un plus grand service qu’en donnant le meilleur de vous-même.

 

CHAPITRE 2

La Prospérité est une Science
Il y a une Science pour devenir prospère, et c’est une science exacte, comme l’algèbre ou l’arithmétique.
Il y a certaines lois qui régissent le processus d’acquisition de prospérité.
Une fois que ces lois sont apprises et appliquées par n’importe quel individu, il deviendra prospère avec une certitude mathématique.
La Prospérité et la possession d’argent et de biens est le résultat d’une certaine façon de penser et de faire les choses ; ceux qui font les choses de cette Façon, que ce soit intentionnellement ou accidentellement, deviennent prospères; tandis que ceux qui ne font pas les choses de cette Certaine Façon, peu importe qu’ils aient travaillé dur ou qu’ils soient capables et compétents, restent pauvres.
C’est une loi naturelle qui veut que les mêmes causes produisent toujours les mêmes effets; et, en conséquence, n’importe quel homme qui apprend à faire les choses de cette Certaine Façon deviendra infailliblement prospère.
La vérité de l’affirmation ci-dessus est démontrée par les faits suivants :
Devenir prospère n’est pas une question d’environnement, car, si c’était le cas, toutes les personnes d’une rue, d’un quartier, d’une ville ou d’un pays deviendraient prospères.
Les personnes d’une ville seraient toutes prospères, alors que celles d’autres villes seraient toutes pauvres; ou les habitants d’un état crouleraient sous la prospérité, alors que ceux d’un état voisin seraient dans la pauvreté.
Mais partout nous voyons des prospères et des pauvres vivant côte à côte, dans le même environnement, et souvent engagés dans les mêmes vocations et exerçant les mêmes métiers.
Quand deux hommes sont dans la même localité, et dans les mêmes affaires, et que l’un devient prospère tandis que l’autre reste pauvre, cela démontre que devenir prospère n’est pas, principalement, une question d’environnement.

Certains environnements peuvent être plus favorables que d’autres, mais quand deux hommes dans les mêmes affaires sont dans le même voisinage, et que l’un devient prospère tandis que l’autre échoue, cela démontre que devenir prospère est bien le résultat d’avoir fait les choses d’une Certaine Façon.
De plus, la capacité de penser et de faire les choses d’une Certaine Façon n’est pas du seulement à la possession de talent, car beaucoup de gens qui ont de grands talents demeurent pauvres, tandis que d’autres qui ont très peu de talent deviennent prospères.
En étudiant les gens qui sont devenus prospères, nous constatons qu’ils sont dans la moyenne de leur groupe en tous points, n’ayant pas de talent et de capacités plus grands que les autres. Il est évident qu’ils ne deviennent pas prospères parce qu’ils possèdent des talents et des capacités que d’autres hommes n’ont pas, mais parce qu’ils arrivent à faire les choses d’une Certaine Façon.
Devenir prospère n’est pas non plus le résultat d’économie, ou d’« épargne ».
Beaucoup de personnes très économes sont pauvres, alors que d’autres généreuses deviennent souvent prospères.
Pas plus que devenir prospère n’est dû au fait de faire des choses que d’autres ne font pas : car deux hommes dans les mêmes affaires font souvent presque exactement les mêmes choses et l’un devient prospère tandis que l’autre reste pauvre ou fait faillite.
Devant tous ces faits, nous devons arriver à la conclusion que devenir prospère est le résultat de penser et de faire les choses d’une Certaine Façon.
Si devenir prospère est le résultat de faire les choses d’une Certaine Façon et si les mêmes causes produisent toujours les mêmes effets, alors tout homme qui peut faire les choses de cette façon peut devenir prospère et la question entière est ramenée au niveau du domaine des sciences exactes.
La question survient alors de savoir si penser et agir d’une Certaine Façon peut être si difficile que seulement certains pourraient la suivre.
Cela ne peut être vrai, comme nous l’avons vu, même quand l’aptitude naturelle est impliquée.

Des gens doués deviennent prospères et des gens bien moins doués deviennent prospères; des gens intellectuellement brillants deviennent prospères et des gens stupides deviennent prospères; des gens très forts physiquement deviennent prospères et des gens très faibles et maladifs deviennent prospères.
Une certaine aptitude à penser et comprendre est, bien sur, essentielle; mais en autant que l’aptitude naturelle soit concernée, tout homme qui peut lire et comprendre ces mots peut certainement devenir prospère.
Aussi, nous avons vu que ce n’est pas une question d’environnement.
La localisation compte pour quelque chose; on ne pourrait pas aller au coeur du Sahara et s’attendre à faire des affaires avec succès en étant isolé de tout et de tout le monde.
Devenir prospère implique la nécessité de commercer ou rendre service à ses semblables et d’être là ou il y a des gens avec qui traiter.
Si ces gens sont enclins à traiter des affaires de la façon qui vous convient, tout est pour le mieux. Mais l’influence de l’environnement s’arrête là.
Si quiconque dans votre ville ou votre état peut devenir prospère, alors vous le pouvez aussi.
Encore une fois, ce n’est pas une question du choix d’une affaire ou d’une profession particulière.
Des gens deviennent prospères dans toutes les affaires et dans toutes les professions; tandis que leurs voisins immédiats dans le même métier restent pauvres.
Il est vrai que vous réussirez mieux dans des affaires que vous aimez et qui utilisent vos talents naturels, vous ferez mieux dans un commerce qui fait appel à l’exercice de ces talents.
Également, vous ferez mieux dans une affaire qui est appropriée à votre localité; une boutique de crèmes glacées aura de meilleurs résultats dans un climat chaud qu’au Groenland et une pêcherie de saumons aura un meilleur succès dans le NORD-OUEST qu’en Floride où il n’y a pas de saumons.

Mais, mis à part ces limitations générales, devenir prospère ne dépend pas de votre engagement dans une affaire particulière, mais de votre apprentissage à faire les choses d’une Certaine Façon.
Si vous êtes en ce moment dans les affaires et que n’importe quelle autre personne dans votre localité devient prospère dans les mêmes affaires, alors que vous ne devenez pas prospère, c’est parce que vous ne faites pas les choses de la même manière que cette autre personne les fait.
Personne n’est empêché de devenir prospère par manque de capital.
Il est vrai que, lorsque vous accumulez du capital l’augmentation de celui-ci devient plus facile et rapide.
Celui qui a un capital important est déjà prospère et n’a pas à considérer comment le devenir mais comment le rester.
Peu importe à quel point vous pouvez être pauvre, si vous commencez à faire les choses d’une Certaine Façon vous allez commencer à devenir prospère et vous allez commencer à avoir du capital.
La constitution et l’obtention d’un capital est un élément de la prospérité et c’est un résultat qui suit invariablement le fait de faire les choses d’une Certaine Façon.
Vous pouvez être l’homme le plus pauvre du continent et être profondément endetté; vous pouvez n’avoir ni amis, relations ou ressources; mais si vous commencez à faire les choses d’une Certaine Façon, vous devez infailliblement commencer à devenir prospère, car les mêmes causes doivent produire les mêmes effets.
Si vous n’avez pas de capital, vous pouvez obtenir du capital.
Si vous êtes dans une activité commerciale inadéquate, vous pouvez changer pour une affaire qui vous convient mieux.
Si vous faites des affaires au mauvais endroit, vous pouvez choisir un autre endroit qui convient le mieux.
Rien ni personne ne vous oblige à demeurer à l’endroit où vous êtes ni à poursuivre ce que vous faites.
Ainsi, vous pouvez faire tout cela en commençant dans votre entreprise actuelle et à l’endroit où vous êtes en ce moment, penser et faire les choses… de cette Certaine Façon… celle qui apporte le succès.

 

 

CHAPITRE 3

Les Opportunités sont-elles Monopolisées ?
AUCUN homme n’est bloqué dans un état de pauvreté parce que les opportunités d’en sortir sont hors de sa portée ou parce que d’autres ont monopolisé la prospérité et la richesse et ont mis une barrière autour d’elle.
Certaines occasions d’affaires peuvent certes être hors de votre portée, mais il y a d’autres voies qui vous sont ouvertes.
Il serait probablement difficile que vous obteniez le contrôle de n’importe lequel des grands systèmes de production d’énergie, de transport ferroviaire. Ces domaines sont quasiment monopolisés.
Mais d’autres secteurs d’activité en sont encore à leurs balbutiements et offrent de nombreuses opportunités pour une entreprise.
Qu’il s’agisse de l’Internet, des Nouvelles Technologies, des Services aux entreprises ou aux personnes, il y a de nombreuses opportunités et de nouvelles voient sans cesse le jour.
Ces domaines d’activités peuvent potentiellement employer des centaines de milliers de personnes et faire de vous une personne riche et prospère.
Pourquoi ne pas tourner votre attention vers le commerce électronique sur Internet, les énergies renouvelables, les services ?
Il est tout à fait vrai, que si vous êtes un ouvrier employé par un groupe dans l’industrie de l’acier, vous avez très peu de chances de devenir le propriétaire de l’usine pour laquelle vous travaillez.
Il est également vrai que si vous commencez à agir d’une Certaine Façon, vous pourrez bientôt quitter votre emploi dans l’aciérie.
Vous pourriez acheter une ferme et vous lancez dans les affaires comme producteur de produits alimentaires bio.
Il y aura de grandes occasions pour les hommes qui vivront sur de petites parcelles de terre et qui les cultiveront de façon biologique ; de tels hommes deviendront certainement prospères.

Vous pouvez dire qu’il vous est impossible d’acquérir des terres, mais je vais vous prouver que ce n’est pas impossible et que vous pouvez certainement obtenir une ferme si vous voulez penser et travailler d’une Certaine Façon.
À des périodes différentes, les vagues d’occasions d’affaires se déplacent dans des directions différentes, selon les besoins globaux et des étapes particulières de l’évolution sociale qui a été atteinte.
Souvenez vous la naissance du gramophone, puis du disque microsillon vinyle, puis des cassettes audio, puis du CD, puis du DVD, du MP3, autant d’opportunités d’affaires prospères dans le domaine de la « musique loisir ».
Aujourd’hui, de nombreuses opportunités voient le jour dans le secteur de la Distribution des produits et services car la production de ses produits et services est parfaitement réglée, parfois au bout du monde.
Il y a de formidables occasions de prospérité pour les personnes capables de distribuer des produits auprès des clients finaux.
Qu’il s’agisse de commerce Internet, de réseaux de distribution, l’avenir est à ces « distributeurs » qui sont indispensables à toutes les entreprises.
Distributeurs réguliers et professionnels ou ponctuels et particuliers.
Il y a abondance d’occasions pour l’homme qui suivra la vague plutôt que de nager à contre-courant.
Ainsi, les ouvriers d’usine, en tant qu’individus ou en tant que groupe, ne sont pas privés d’occasions.
Les ouvriers « ne sont pas affaiblis » par leurs maîtres; ils ne pas sont « enchaînés sur place » par la combinaison des groupes et du capital.
En tant que classe, ils en sont là où ils sont parce qu’ils ne font pas les choses d’une Certaine Façon.
Si les ouvriers choisissaient de le faire, ils pourraient élire des hommes de leur propre classe pour agir, et passer des lois favorisant le développement de telles industries coopératives; et en quelques années, ils pourraient prendre possession d’une bonne part du paysage industriel.

La classe ouvrière peut devenir la classe dirigeante dès qu’elle commencera à faire les choses d’une Certaine Façon; la loi de la prospérité est la même pour elle que pour toutes les autres.
Elle doit l’apprendre ou elle restera, là où elle est, aussi longtemps qu’elle continuera à faire comme elle le fait.
L’ouvrier individuel, cependant, n’est pas enchaîné par l’ignorance ou la pauvreté mentale de son groupe; il peut suivre la vague des opportunités vers la prospérité et ce livre lui indiquera comment.
Personne n’est maintenu dans la pauvreté par un manque de prospérité; il y en a plus qu’assez pour tous.
Un palais aussi grand que le capitole à Washington pourrait être construit pour chaque famille sur terre avec les matériaux de construction extraits des seuls États-Unis.
Avec une culture adaptée, ce pays produirait assez de laine, de coton, de toile et de soie pour vêtir plus finement chaque personne dans le monde que Salomon l’a été dans toute sa gloire; en même temps qu’assez de nourriture pour les alimenter tous luxueusement.
La matière première visible est pratiquement inépuisable; et la matière première invisible EST vraiment inépuisable.
Tout ce que vous voyez sur terre est fait à partir d’une seule Substance Originelle, de laquelle proviennent toutes les choses.
Cette théorie s’est d’ailleurs parfaitement vérifiée avec l’aide des sciences modernes puisqu’il est aujourd’hui prouvé qu’au niveau infinitésimal chaque atome, chaque cellule n’est que de l’ÉNERGIE.
Constamment, de nouvelles formes sont créées. Les plus anciennes se dissolvent, mais toutes sont des formes créées par l’Univers.
« Dans la nature, rien ne se perd, tout se transforme » LAVOISIER
Il n’y a aucune limite à l’approvisionnement de Substance Sans Forme, ou Substance Originelle.
L’univers est fait de celle-ci; mais toute la matière première n’a pas été employée dans la fabrication de l’univers.
Les interstices, les espaces sous, dans, et entre les formes de l’univers visible sont imprégnés et remplis de Substance Originelle; de Substance Originelle (sans forme); de la matière première de toute chose.
Dix mille fois autant que ce qui a été créé pourrait encore être créé, et même encore après, nous ne devrions pas avoir épuisé l’approvisionnement en matière première universelle.
Personne, donc, n’est pauvre parce que la nature est pauvre ou parce qu’il n’y a pas assez de richesse autour de lui.
La Nature est un entrepôt inépuisable ; l’approvisionnement ne sera jamais à court.
La Substance Originelle est vivante, pleine d’énergie créatrice, et produit constamment plus.
Quand l’approvisionnement en matériaux de construction sera épuisé, il en sera produit de nouveaux; quand le sol sera épuisé de sorte que la nourriture et les matériaux pour l’habillement ne pousseront plus sur le sol, il sera renouvelé ou plus de sols seront créés.
Quand tout l’or et l’argent auront été extraits de la terre, si l’homme est toujours dans une étape du développement social tel qu’il a besoin d’or et d’argent, davantage d’or et d’argent seront produits à partir de la Substance Originelle.
La Substance Originelle répond aux besoins de l’homme; elle ne le laissera pas dans le besoin.
Ceci est vrai pour l’homme pris collectivement.
L’humanité dans son ensemble est toujours abondamment prospère, et si les individus sont pauvres, c’est parce qu’ils ne suivent pas cette Certaine Façon de faire les choses qui rend l’homme pris individuellement, prospère.
La Substance Originelle est intelligente; c’est une Substance qui pense.
Elle est vivante et elle est toujours poussée à créer encore plus de vie et d’abondance.
C’est l’impulsion naturelle et inhérente de la vie de chercher à s’accroître.

C’est dans la nature de l’intelligence de vouloir s’agrandir et dans celle de la conscience de chercher à étendre ses frontières et à s’exprimer encore plus.
L’univers des formes a été fait par la Substance Originelle Vivante, se donnant forme elle-même afin de s’exprimer plus pleinement.
L’univers est une grande Présence Vivante, se déplaçant toujours vers l’abondance.
La nature est formée pour la croissance de la vie; le motif qui la pousse vers l’amélioration de la vie.
Pour cette cause, tout ce qui peut probablement faire avancer la vie est généreusement fourni; il ne peut y avoir de manque à moins que l’Univers ne se contredise et entache de nullité ses propres travaux.
Vous n’êtes pas maintenu dans la pauvreté par manque de prospérité; c’est un fait que je démontrerai un peu plus loin par le fait même que les ressources d’Approvisionnement Originel sont aux ordres de l’homme qui agira et pensera d’une Certaine Façon.

 

CHAPITRE 4

Le Premier Principe de
La Science de la Prospérité

suite… PDF