La légende du Roi endormi par Pierre-Yves Lenoble


lelibrepenseur.org

http://i1.wp.com/www.lelibrepenseur.org/wp-content/uploads/2017/10/La-l%C3%A9gende-du-Roi-endormi-par-Pierre-Yves-Lenoble-llp.jpg?resize=610%2C304

« Aux approches du Jugement, la Terre sera glacée de crainte. Le Roi viendra du Ciel juger l’univers. Alors bons et méchants verront le Tout-Puissant accompagné de ses Saints. Il jugera les âmes revêtues de leur corps et la Terre n’aura plus ni beauté ni verdure. Les hommes effrayés laisseront à l’abandon leurs trésors et ce qu’ils avaient de plus précieux. (…) Les rois comparaîtront tous devant le Tribunal du Juge souverain et les cieux verseront un fleuve de feu et de souffre » (Oracle de la Sibylle Érythrée, cité par saint Augustin dans La cité de Dieu).

Des temps les plus immémoriaux jusqu’à notre époque contemporaine, l’ensemble des traditions humaines qui se sont succédées sur terre font état d’un grand souverain ― historique ou légendaire ― qui n’aurait pas connu la mort, seulement une occultation, et qui serait actuellement caché sous une montagne (ou dans quelque endroit inaccessible) dans une sorte de semi-sommeil, attendant patiemment son retour triomphal en ce monde à la Fin des Temps pour rétablir l’ordre et l’harmonie.

Nous nous proposons donc dans cet article de donner diverses illustrations du célèbre mythe du « Roi des Derniers Jours », et surtout, de mieux entrevoir l’universalité et la profondeur de son symbolisme.

Remarquons tout d’abord que tous les peuples sémitiques et indo-européens ont attendu ou attendent encore un puissant roi eschatologique, rédempteur de l’humanité corrompue. C’est à ce « Grand Réparateur » par exemple que Virgile fait référence dans sa quatrième Églogue lorsqu’il adresse cette prière : « Chaste Lucine, favorise la naissance de l’enfant qui vient annoncer au monde la fin du siècle de fer et le retour de l’âge d’or », de même, c’est lui que tous les chrétiens supplient, en récitant le Pater Noster, lorsqu’ils demandent « que ton règne vienne ».

On sait aussi que la tradition hébraïque, s’appuyant sur les grandioses visions des divers prophètes bibliques, a toujours spéculé autour du retour ici-bas du Messie (Mashia’h en hébreu, terme qui signifie « Oint », traduit en grec par Christos), décrit comme un grand roi, descendant de la tribu royale de Juda, qui doit apparaître sur terre entouré de gloire pour soumettre sous son sceptre tous les peuples, instaurer la paix universelle et rétablir les conditions béatifiques du Paradis terrestre.

Pour le Christianisme et l’Islam, c’est la « Parousie » (soit la « Venue », l’« Arrivée »), le « deuxième avènement du Christ » ou le « retour du Fils de Marie », précédé du Paraclet ou du Mahdi, qui viendra juger les hommes, séparer les bons des mauvais et clôturer le cycle adamique dans la concorde générale.

Dans l’Apocalypse de Jean (IXX, 11-13), il est figuré comme un guerrier impitoyable (on l’a surnommé de façon caractéristique « Christ-Roi » ou « Lion de Juda ») livrant victorieusement bataille contre l’Antéchrist et ses forces ténébreuses : « Puis je vis le ciel ouvert, et voici, parut un cheval blanc. Celui qui le montait s’appelle Fidèle et Véritable, et il juge et combat avec justice. Ses yeux étaient comme une flamme de feu ; sur sa tête étaient plusieurs diadèmes ; il avait un nom écrit, que personne ne connaît, si ce n’est lui-même ; et il était revêtu d’un vêtement teint de sang. Son nom est la Parole de Dieu ».

Dans le même registre, il faut observer que la cosmologie de l’hindouisme évoque elle-aussi un guerrier messianique à-venir, tout à fait similaire au Messie johannique ; il s’agit du Kalkî-avatâra (le « destructeur des impurs »), le dernier avatar du dieu Vishnou, qui doit descendre sur terre à la fin de notre cycle historique (le kali-yuga : l’âge des ténèbres) : exactement comme chez Jean, les textes hindous disent que Kalkî combattra moult entités démoniaques (notamment les deux démons Koka et Vikoka qui sont les stricts équivalents des hordes bibliques de Gog et Magog), protégera les justes et les pieux, montera un cheval blanc, portera une épée flamboyante, stoppera le chaos général pour restaurer le Dharma (l’Ordre cosmique) et inaugurera un nouvel âge d’or.


En d’autres termes, tout homme, au moment de son décès, est amené à vivre intérieurement sa propre apocalypse personnelle (littéralement le « dévoilement », soit la levée du voile que constitue notre moi psychosomatique périssable) et son propre Jugement Dernier…

suite…  la-legende-du-roi-endormi-par-pierre-yves-lenoble/