Des principes de l’économie politique et de l’impôt


classiques.uqac.ca

https://i2.wp.com/classiques.uqac.ca/classiques/ricardo_david/principes_eco_pol/Principes_eco_pol_L40.gifhttps://i0.wp.com/ekladata.com/qisrHSNKPySDgMAZ8ewyo1ixchA.jpg

Auteur:  Ricardo David

Ouvrage: Des principes de l’économie politique et de l’impôt

Année: 1817

Traduit de l’Anglais en 1847 par Francisco Solano Constancio et Alcide Fonteyraud, à partir de la 3e édition anglaise de 1821.

 

 

Préface de l’auteur

Les produits de la terre, c’est-à-dire tout ce que l’on retire de sa surface par les efforts combinés
du travail, des machines et des capitaux, se partage entre les trois classes suivantes de
la communauté ; savoir : les propriétaires fonciers, – les possesseurs des fonds ou des capitaux
nécessaires pour la culture de la terre, – les travailleurs qui la cultivent.
Chacune de ces classes aura cependant, selon l’état de la civilisation, une part très différente
du produit total de la terre sous le nom de rente, de profits du capital et de salaires,
et cette part dépendra, à chaque époque, de la fertilité des terres, de l’accroissement du capital
et de la population, du talent, de l’habileté de cultivateurs, enfin des instruments employés dans l’agriculture.
Déterminer les lois qui règlent cette distribution, voilà le principal problème en économie
politique. Et cependant, quoique Turgot, Stuart, Smith, Say, Sismondi et d’autres auteurs
aient répandu beaucoup de lumière sur cette science, leurs écrits ne renferment rien de bien
satisfaisant sur la marche naturelle des rentes, des profits et des salaires.
En 1815, la véritable doctrine de la rente fut publiée à la fois par M. Malthus, dans un écrit
intitulé : Recherches sur la nature et le progrès de la rente, et par un membre du collège de
l’Université d’Oxford dans son Essai sur l’emploi du capital en agriculture. Sans une connaissance
profonde de cette doctrine, il est impossible de concevoir les effets de l’accroissement
de la richesse sur les profits et les salaires, ou de suivre d’une manière satisfaisante les

effets des impôts sur les différentes classes de la société, surtout lorsque les choses imposées
sont des produits immédiats de la terre. Adam Smith, et les autres écrivains distingués dont
j’ai fait mention, n’ayant pas envisagé avec justesse le principe de la rente, ont, ce me semble,
négligé beaucoup de vérités importantes, dont on ne peut acquérir la connaissance qu’après avoir approfondi la nature de la rente.
Pour combler ce vide, il faudrait, je le sais, avoir un talent bien supérieur au mien ; mais,
après avoir médité profondément sur cette matière, après avoir profité de tout ce qu’ont écrit
les auteurs distingués déjà cités, et après le grand nombre de faits précieux que l’expérience
des dernières années a fournis à la génération actuelle, j’ose espérer qu’on ne me taxera pas de
présomption si je publie mon opinion sur les principes qui règlent les profits et les salaires, et
sur l’influence des impôts. Si l’on reconnaissait que ces principes, qui me paraissent vrais, le
sont en effet, ce serait alors à d’autres écrivains plus habiles que moi à développer toutes les conséquences qui en découlent.
En combattant des opinions reçues, j’ai cru devoir plus particulièrement examiner certains
passages des ouvrages d’Adam Smith qui ne s’accordent pas avec ma manière de voir ;
j’espère néanmoins qu’on ne me soupçonnera pas pour cela de ne point partager avec tous
ceux qui reconnaissent l’importance de l’Économie politique, l’admiration si justement due à
l’ouvrage profond de cet auteur célèbre.
La même remarque est applicable aux excellents écrits de M. Say, qui a été le premier ou
un des premiers parmi les écrivains du continent à savoir apprécier et appliquer les principes
de Smith, et qui, non-seulement, a fait plus que tous les auteurs étrangers pour inculquer aux
nations de l’Europe les principes d’un système aussi lumineux qu’utile, mais encore a réussi à
disposer cette science dans un ordre plus méthodique et plus instructif en l’enrichissait en
même temps de recherches originales, exactes et profondes 1. Le cas que je fais des écrits de
M. Say ne m’a cependant pas empêché d’examiner avec la franchise que les intérêts de la
science exigent les passages de son Traité d’Économie politique qui ne s’accordent pas avec mes opinions.


1 Le chapitre XV, liv. I, des Débouchés, renferme surtout quelques principes très importants, que cet écrivain
distingué a, je crois, développés le premier. (Note de l’Auteur)


 

 

 

AVERTISSEMENT
POUR LA TROISIÈME ÉDITION.
parue en 1821.

Je me suis efforcé, dans cette édition, d’expliquer plus nettement que dans les précédentes
mon opinion sur le problème important et difficile de la valeur : j’ai donc fait quelques
additions au premier chapitre. J’ai aussi introduit un nouveau chapitre sur la question des
machines, recherchant ainsi l’effet que des perfectionnements mécaniques produisent sur la
situation des différentes classes de la société. Dans le chapitre consacré aux propriétés
distinctives de la valeur et des richesses, j’ai interrogé et examiné les doctrines de M. Say sur
ce sujet, doctrines qu’il a d’ailleurs corrigées dans la quatrième édition de son ouvrage. Dans
le dernier chapitre, je me suis appliqué à faire ressortir plus nettement que jamais ce principe
qui veut qu’un pays soit apte à payer des impôts additionnels en argent, alors même que
l’ensemble de la valeur pécuniaire de ses marchandises vient à baisser, soit par une
diminution dans la quantité de travail nécessaire pour produire le blé indigène, soit par la
possibilité d’obtenir une portion du blé qu’il consomme à des prix moins élevés au dehors, et
cela, au moyen de l’exportation de ses produits fabriqués. Cette considération a un intérêt
immense, car elle s’allie directement au système de la libre importation des blés étrangers,
fait capital, surtout dans les pays qui plient sous le faix d’une dette nationale énorme. J’ai
essayé de montrer que la faculté d’acquitter des impôts ne dépend ni de la valeur vénale de l’ensemble des marchandises, ni du revenu net en argent des capitalistes et des propriétaires,
mais de la valeur en argent du revenu de chacun, comparée à la valeur en argent des objets qu’il consomme habituellement.
26 mars 1821.

 

 

Chapitre I.
DE LA VALEUR.

Section I.

La valeur d’une marchandise, ou la quantité de toute autre marchandise contre laquelle elle s’échange, dépend de la quantité relative de travail nécessaire pour la produire et non de la rémunération plus ou moins forte accordée à l’ouvrier.
Adam Smith a remarqué que le mot Valeur a deux significations différentes, et exprime, tantôt l’utilité d’un objet quelconque, tantôt la faculté que cet objet transmet à celui qui le possède, d’acheter d’autres marchandises. Dans un cas la valeur prend le nom de valeur en usage ou d’utilité : dans l’autre celui de valeur en échange. « Les choses, dit encore Adam Smith, qui ont le plus de valeur d’utilité n’ont souvent que fort peu ou point de valeur échangeable ; tandis que celles qui ont le plus de faveur échangeable ont fort peu ou point de valeur d’utilité. » L’eau et l’air, dont l’utilité est si grande, et qui sont même indispensables à l’existence de l’homme, ne peuvent cependant, dans les cas ordinaires, être donnés en échange pour d’autres objets. L’or, au contraire, si peu utile en comparaison de l’air ou de l’eau, peut être échange contre une grande quantité de marchandises 1.
Ce n’est donc pas l’utilité qui est la mesure de la valeur échangeable, quoiqu’elle lui soit absolument essentielle. Si un objet n’était d’aucune utilités, ou, en d’autres termes, si nous ne pouvions le faire servir à nos jouissances, ou en tirer quelque avantage, il ne posséderait aucune valeur échangeable, quelle que fit d’ailleurs sa rareté, ou quantité de travail nécessaire pour l’acquérir.
Les choses, une fois qu’elles sont reconnues utiles par elles-mêmes, tirent leur valeur échangeable de deux sources, de leur rareté, et de la quantité de travail nécessaire pour les acquérir.
Il y a des choses dont la valeur ne dépend que de leur rareté. Nul travail ne pouvant en augmenter la quantité, leur valeur ne peut baisser par suite d’une plus grande abondance. Tels sont les tableaux précieux, les statues, les livres et les médailles rares, les vins d’une qualité exquise, qu’on ne peut tirer que de certains terroirs très-peu étendus, et dont il n’y a par conséquent qu’une quantité très-bornée, enfin, une foule d’autres objets de même nature, dont la valeur est entièrement indépendante de la quantité de travail qui a été nécessaire à leur


1La distinction que fait ici M. Ricardo, d’après Adam Smith, entre la valeur d’utilité et la valeur échangeable, est fondamentale en économie politique. Peut-être aurait-il dû remarquer que cette dernière, la valeur échangeable, est celle dont Smith s’est exclusivement occupé dans tout son ouvrage, et que c’est en cela que consiste le grand pas qu’il a fait faire à l’économie politique, à la science de toutes, peut-être, qui influe plus directement sur le sort des hommes. En effet, la Valeur, cette qualité abstraite par laquelle les choses devien-nent des Richesses, ou des portions de richesses, était une qualité vague et arbitraire que chacun élevait ou abaissait à son gré, selon l’estime que chacun faisait de sa chose ; mais du moment qu’on a remarqué qu’il fallait que cette valeur fût reconnue et avouée pour qu’elle devînt une richesse réelle, la science a eu dès lors une base fixe : La valeur courante ou échangeable des choses, ce qu’on appelle leur prix courant, lorsque l’évaluation en est faite dans la monnaie du pays. En raisonnant sur cette valeur, sur ce qui la crée, sur ce qui l’altère, on n’a plus raisonné sur des abstractions, pas plus que deux héritiers, après avoir fait l’inventaire d’une succession, ne se partagent des abstractions.
Je ne saurais m’empêcher de remarquer ici le cette nécessité de fixer la valeur des choses par la valeur qu’on peut obtenir en retour de ces mêmes choses, dans l’échange qu’on voudrait en faire, a détourné la plupart des écrivains du véritable objet des recherches économiques. On a considéré l’échange comme le fondement de la richesse sociale, tandis qu’il n’y ajoute effectivement rien. Deux valeurs qu’on échange entre elles, un boisseau de froment et une paire de ciseaux, ont été préalablement formées avant de s’échanger ; la richesse qui réside en elles existe préalablement à tout échange ; et, bien que les échanges jouent un grande rôle dans l’économie sociale, bien qu’ils soient indispensables pour que les produits parviennent jusqu’à leurs consommateur, ce n’est point dans les échanges mêmes que consiste la production ou la consommation des richesses. Il y a beaucoup de richesses produites, et même distribuées sans échange effectif. Lorsqu’un gros cultivateur du Kentuky distribue à sa famille et à ses serviteurs le froment de ses terres et la viande de ses troupeaux ; lorsqu’il fait filer et tisser dans sa maison, pour son usage, les laines ou le coton de sa récolte, et qu’il distile même des pêches pour faire sa boisson, lui et les siens produisent et consomment des richesses qui n’ont point subi d’échange.
La valeur échangeable d’une chose, même lorsque l’échange ne s’effectue pas, sa valeur vénale, c’est-à-dire la valeur qu’elle aurait dans le cas où l’on jugerait à propos de la vendre, suffit donc, même sans qu’au-cune vente ait lieu , pour constituer la richesse. C’est ainsi qu’un négociant connaît sa richesse par l’inven-taire qu’il fait de son fonds, même sans avoir l’intention de le vendre. J.-B. Say


production première. Cette valeur dépend uniquement de la fortune, des goûts et du caprice de ceux qui ont envie de posséder de tels objets.
Ils ne forment cependant qu’une très-petite partie des marchandises qu’on échange journellement. Le plus grand nombre des objets que l’on désire posséder étant le fruit de l’industrie, on peut les multiplier, non-seulement dans un pays, mais dans plusieurs, à un degré auquel il est presque impossible d’assigner des bornes, toutes les fois qu’on voudra y consacrer l’industrie nécessaire pour les créer.
Quand donc nous parlons des marchandises, de leur valeur échangeable, et des principes qui règlent leurs prix relatifs, nous n’avons en vue que celles de ces marchandises dont la quantité peut s’accroître par l’industrie de l’homme, dont la production est encouragée par la concurrence, et n’est contrariée par aucune entrave.
Dans l’enfance des sociétés la valeur échangeable des choses, ou la règle qui fixe la quantité que l’on doit donner d’un objet pour un autre, ne dépend que de la quantité comparative de travail qui a été employée à la production de chacun d’eux.

« Le prix réel de chaque chose, dit Adam Smith, ce qu’elle coûte réellement à la personne qui a besoin de l’acquérir, est l’équivalent de la peine et de l’embarras qu’il a fallu pour l’acquérir. Ce que chaque chose vaut réellement pour celui qui l’a acquise, et qui cherche à en disposer, ou à l’échanger pour quelque autre objet, c’est la peine et l’embarras que cette chose peut lui épargner, et qu’elle a le pouvoir de rejeter sur d’autres personnes. Le travail a été le premier prix, la monnaie primitive avec labelle tout a été payé 1. » Et dans un autre endroit il ajoute : « Dans cet état grossier des sociétés naissantes, qui précède l’accumulation des capitaux, et l’appropriation des terres, le rapport entre la quantité de travail nécessaire pour acquérir chaque objet parait la seule donnée qui puisse conduire à poser une règle pour l’échange des uns contre les autres. Par exemple, si dans une nation de chasseurs il en coûte ordinaire-ment deux fois autant de travail pour tuer un castor que pour tuer un daim, on donnera naturellement deux daims pour un castor, ou, en d’autres termes, un castor vaudra deux daims. Il est tout simple que ce qui est d’ordinaire le produit de deux journées ou de deux heures de travail, vaille le double de ce qui n’exige ordinaire-ment qu’un jour ou une heure de travail 2. »

Il importe essentiellement en économie politique de savoir si telle est en réalité la base de la valeur échangeable de toutes les choses, excepté de celles que l’industrie des hommes ne


1Smith, et après lui, tous les écrivains anglais, confondent les mots travail et industrie. D’après l’analyse des travaux productifs qui fait partie de mon Traité d’Économie politique, on voit que les travaux productifs sont ceux du savant qui étudie les lois de la nature, de l’entrepreneur d’industrie qui les applique à la satisfaction des besoins de l’homme, et de l’ouvrier qui exécute le travail manuel qui résulte de l’indication des deux premier. Le mot travail exprime imparfaitement toutes ces opérations, dont quelques-unes renferment des résultats de ce qu’il y a de plus relevé dans l’intelligence humaine. C’et à leur ensemble qu’il convient de donner le nom d’industrie, pour réserver le nom de travail aux opérations qui sont plus dépourvues de combinaisons. L’analyse des divers opérations de l’industrie et d’autant plus nécessaire, qu’elles obtiennent, dans la distribution des valeurs produites par leur moyen, des rétributions très-diverses. J.-B. Say

2Livre I, chap. 16, p. 65, édit. Guillaumin


peut multiplier à volonté ; car il n’est point de source d’où aient découlé autant d’erreurs, autant d’opinions diverses, que du sens vague et peu précis qu’on attache au mot valeur.
Si c’est la quantité de travail fixée dans une chose, qui règle sa valeur échangeable, il s’ensuit que toute augmentation dans la quantité de ce travail doit nécessairement augmenter la valeur de l’objet auquel il a été employé ; et de même que toute diminution du même travail doit en diminuer le prix 1.
Adam Smith , après avoir défini avec tant de précision la source primitive de toute valeur échangeable, aurait dû, pour être conséquent, soutenir que tous les objets acquéraient plus ou moins de valeur selon que leur production coûtait plus ou moins de travail. Il a pourtant créé lui-même une autre mesure de la valeur, et il parle de choses qui ont plus ou moins de valeur selon qu’on peut les échanger contre plus ou moins de cette mesure. Tantôt il dit que c’est la valeur du blé, et tantôt il assure que c’est celle du travail ; non pas du travail dépensé dans la production d’une chose, mais de celui que cette chose peut acheter ; – comme si c’étaient là deux expressions équivalentes, et comme si parce que le travail d’un homme est devenu deux fois plus productif, et qu’il peut créer une quantité double d’un objet quelconque, il s’ensuivait qu’il doit obtenir en échange une double rétribution.
Si cela était vrai, si la rétribution du travailleur était toujours proportionnée à sa produc-tion, il serait en effet exact de dire que la quantité de travail fixée dans la production d’une chose, et la quantité de travail que cet objet peut acheter, sont égales ; et l’une ou l’autre indifféremment pourrait servir de mesure exacte pour les fluctuations des autres objets: Mais ces deux quantités ne sont point égales : la première est en effet très-souvent une mesure fixe qui indique exactement la variation des prix des autres objets ; la seconde, au contraire, éprouve autant de variations que les marchandises ou denrées avec lesquelles on peut la com-parer. C’est ainsi qu’Adam Smith, après avoir, avec beaucoup de sagacité, démontré combien une mesure variable, telle que l’or et l’argent, était insuffisante pour servir à déterminer le


1M. Ricardo me semble à tort ne considérer ici qu’un des éléments de la valeur des choses, c’est-à-dire le travail, ou, pour parler plus exactement, l’étendue des sacrifices qu’il faut faire pour les produire. Il néglige le premier élément, le véritable fondement de la valeur, l’utilité. C’est l’utilité qui occasionne la demande qu’on fait d’une chose. D’un autre côté, le sacrifice qu’il faut faire pour qu’elle soit produite, en d’autres mots, ses frais de production font sa rareté, bornent la quantité de cette chose qui s’offre à l’échange. Sa valeur s’élève d’autant plus qu’elle est plus demandée et moins offerte, et s’élève d’autant moins qu’elle est moins demandée et plus offerte. Ce principe est fondamental en économie politique ; il est confirmé par une expérience constante ; il est expliqué par le raisonnement. (Voyez mon Traité d’Economie politique , liv. II, chap. I.) Ce ne sont donc pas tes frais de production seuls, ce que M. Ricardo, d’après Smith, appelle le prix naturel d’une chose, qui règle sa valeur échangeable, son prix courant, si l’on veut exprimer cette valeur en monnaie. Lorsque les frais de production augmentent, pour que la valeur échangeable augmentât aussi, if faudrait que le rapport de l’offre et de la demande restât le même ; il faudrait que la demande augmentât aussi ; et il est de fait qu’elle diminue ; il est impossible, toutes ces circonstances étant d’ailleurs les mêmes, qu’elle ne diminue pas. La valeur échangeable ne peut donc pas monter comme les frais de production. C’est pour avoir perdu de vue ce fait constant, et par conséquent ce principe fondamental, que M. Ricardo a été entraîné, je crois, dans quelques erreurs, que je prendrai la liberté de relever dans l’intérêt de la science, et sans m’écarter des égards que mérite l’auteur par ses qualités personnelles autant que par ses talents. J.-B. Say.


prix variable des autres objets, a lui-même adopté une mesure tout aussi variable, en choisissant pour cela le blé ou le travail 1.
L’or et l’argent sont sans doute sujets à des fluctuations de valeur par la découverte de mines nouvelles et plus riches, mais ces découvertes sont rares, et leurs effets, quoique importants, se bornent à des époques d’une durée comparativement courte. Leur valeur peut aussi éprouver des variations par l’effet des améliorations introduites dans l’exploitation des mines et dans les machines qui y sont employées, ces améliorations produisant avec le même travail plus de métal. Enfin l’épuisement graduel des mines qui fournissent les métaux précieux, peut encore déterminer certaines fluctuations sur les marchés. Mais est-il une seule de ces causes de fluctuation à laquelle le blé ne soit également sujet ? Sa valeur ne varie-t-elle pas par les améliorations dans l’agriculture, dans les instruments aratoires, par le perfectionnement des machines, ainsi que par la découverte de nouveaux terrains fertiles, qui, livrés à la culture dans d’autres pays, ne peuvent manquer d’influer sur le prix des grains dans tout marché où l’importation sera libre ? D’ailleurs, le blé n’est-il pas sujet à hausser, par les prohibitions, par l’accroissement des richesses et de la population, et par la difficulté plus grande d’extraire un plus fort approvisionnement de blé des mauvais terrains dont la culture exige beaucoup plus de travail 2 ?
La valeur du travail n’est-elle pas également variable ; et n’est-elle pas modifiée, ainsi que toutes choses, par le rapport entre l’offre et la demande, rapport qui varie sans cesse avec la situation du pays ? n’est-elle pas encore affectée par le prix variable des subsistances et des objets de première nécessité, à l’achat desquels l’ouvrier dépense son salaire?
Dans un même pays, pour produire une quantité déterminée d’aliments ou d’objets de première nécessité, il faut peut-être dans un temps le double du travail qui aurait suffi dans une autre époque éloignée ; et il se peut néanmoins que les salaires des ouvriers ne soient que fort peu diminués. Si l’ouvrier recevait pour ses gages, à la première époque, une certaine quantité de nourriture et de denrées, il n’aurait probablement pu subsister si on la lui avait diminuée. Les substances alimentaires et les objets de première nécessité auraient, dans ce cas, haussé de cent pour cent, en estimant leur valeur par la quantité de travail nécessaire à


1La vérité est que la valeur des choses étant une qualité essentiellement variable d’un temps à un autre, d’un lieu à un autre, la valeur d’une chose (fût-ce celle du travail) ne peut servir de mesure à la valeur d’une autre chose, si ce n’est pour un temps et pour un lieu donnés. C’est pour cela que, pour chaque lieu, il y a, tous les jours, un nouveau prix courant des marchandises, et un nouveau cours du change (qui n’est que le prix courant des diverses monnaies). Une mesure invariable des valeurs est une pure chimère, parce qu’on ne peut mesurer les valeurs que par des valeurs, c’est-à-dire par une quantité essentiellement variable. Il n’en résulte pas que la valeur soit chimérique ; elle ne l’est pas plus que la chaleur des corps qui ne peut pas se fixer davantage. J.-B. Say
2M. Ricardo ne tient nul compte de la raison qui a été donnée pourquoi la valeur du blé a du être plus invariable que celle de toute autre marchandise. La population dans tout pays s’élevant et s’abaissant toujours en proportion des subsistances, le rapport entre la quantité de blé produite (quelle qu’on la suppose), et la quantité demandée, restant la même, la valeur échangeable a dû rester la même aussi. Le blé est un produit qui, par sa présence, crée ses consommateurs, et qui par son absence les détruit. On n’en peut pas dire autant de l’or. J.-B. Say


leur production, tandis que cette valeur aurait à peine augmenté si on l’eût mesurée par la quantité de travail contre laquelle s’échangeraient ces substances.
On peut faire la même remarque à l’égard de deux ou de plusieurs pays. L’on sait qu’en Amérique et en Pologne, sur les dernières terres mises en culture, le travail d’une année donne plus de blé qu’en Angleterre. Or, en supposant que toutes les autres denrées soient dans les trois pays à aussi bon marché, ne serait-ce pas une grande erreur de conclure que la quantité de blé payée à l’ouvrier doit être dans chaque pays proportionnée à la facilité de la production.
Si la chaussure et les vêtements de l’ouvrier pouvaient être fabriqués par des procédés nouveaux et perfectionnés, et exiger seulement le quart du travail que leur fabrication demande actuellement, ils devraient baisser probablement de soixante-quinze pour cent ; mais loin de pouvoir dire que par là l’ouvrier au. lieu d’un habit et d’une paire de souliers, en aura quatre, il est au contraire certain que son salaire, réglé par les effets de la concurrence et par l’accroissement de la population, se proportionnerait à la nouvelle valeur des denrées à acheter. Si de semblables perfectionnements s’étendaient à tous les objets de consommation de l’ouvrier, son aisance se trouverait probablement augmentée, quoique la valeur échangeable de ces objets, comparée à celle des objets dont la fabrication n’aurait éprouvé aucun perfectionnement remarquable , se trouvât considérablement réduite, et qu’on les obtint par une quantité bien moindre de travail.
Il n’est donc pas exact de dire avec Adam Smith ; « que puisque le même travail peut quelquefois acheter une plus grande, et quelquefois une plus petite quantité de marchandises, c’est la valeur des marchandises qui change, et non celle du travail. » Et par conséquent, « que la valeur du travail étant la seule qui soit invariable, elle seule peut servir de mesure fonda-mentale et exacte au moyen de laquelle on puisse en tout temps et en tout lieu estimer et comparer la valeur de toutes les denrées ou marchandises. » Il est cependant exact de dire, ainsi que Smith l’avait avancé auparavant, « que les quantités proportionnelles de travail nécessaires pour obtenir chaque objet, paraissant offrir la seule donnée qui puisse conduire à poser une règle pour l’échange des uns contre les autres ; » ou, en d’autres mots, que c’est la quantité comparative de denrées que le travail peut produire, qui détermine leur valeur relative présente ou passé, d non les quantités comparatives de denrées qu’on donne à l’ouvrier en échange, ou en paiement de son travail.
Deux marchandises varient, je suppose, dans leur valeur relative, et nous désirons savoir celle qui a subi cette variation, cette transformation. En comparant l’une d’elles avec des souliers, des bas, des chapeaux, du fer, du sucre et toutes les autres marchandises, on trouve que sa valeur échangeable est restée la même ; en comparant l’autre avec les mêmes objets nous trouvons, au contraire, que sa valeur échangeable a varié ; cela seul nous autorise suffisamment à dire que la variation porte sur cette marchandise déterminée et non sur tous les autres objets avec lesquels on l’a comparée. Si, en pénétrant plus avant dans toutes les circonstances relatives à la production de ces différents objets, nous reconnaissons qu’il faut la même quantité de travail et de capital pour produire des souliers, des bas, des chapeaux, du fer, du sucre, etc. ; mais que la production de telle marchandise désignée est devenue moins

coûteuse et moins lente, la probabilité se change en certitude. On peut dire alors hardiment que a variation de valeur retombe uniquement sur cette marchandise, et on découvre ainsi la cause de cette variation.
Si je trouve qu’une once d’or s’échange pour une quantité moindre de marchandise, et que, cependant, la découverte de mines nouvelles et plus fertiles ou l’emploi de machines plus parfaites permet d’obtenir une quantité déterminée d’or avec moins de travail, je suis autorisé à dire que les causes des variations de la valeur de l’or, relativement à celle des autres marchandises, sont, à la fois, une économie de main d’œuvre et un travail plus facile, plus rapide. De même, si le travail venait à baisser considérablement de valeur relativement aux autres objets, si l’on reconnaissait que cette baisse vient d’une abondance extrême de blé, de sucre, de bas, abondance résultant de moyens de production plus actifs, il serait exact de dire que le blé et les autres objets nécessaires à l’existence ont perdu de leur valeur par suite d’une diminution dans la quantité de travail consacré à les produire, et que ce que l’ouvrier gagne en se procurant plus facilement les moyens d’existence, il le perd par la baisse que subit bientôt le prix de son travail. « Non, non, s’écrient aussitôt Adam Smith et M. Malthus : vous aviez sans doute raison de dire, en parlant de l’or, que ses fluctuations se traduisent en réalité par un abaissement de valeur, parce que ni le blé ni le travail n’avaient encore varié ; et de plus, commet l’or achèterait une moins grande quantité de denrées, on pouvait en conclure hardi-ment que toutes les denrées étaient restées invariables, et que l’or seul avait changé. Mais, lorsque le blé et le travail, – les deux choses que nous avons adoptées comme mesure des valeurs, malgré toutes les variations auxquelles nous les reconnaissons assujetties, – lorsque, dis-je, le blé et le travail baissent, on aurait tort d’en tirer les mêmes conclusions : pour être dans le vrai, il faudrait dire alors que le travail et le blé sont restés stationnaires en face du renchérissement des autres choses.
Or, c’est précisément contre ce langage que je proteste. Je crois que la cause des variations survenues entre le blé et les autres objets, se trouve, comme pour l’or, dans une économie de main d’œuvre : aussi suis-je logiquement entraîné à considérer ces variations comme le résultat d’une baisse dans la valeur du travail et du blé, et non comme un renchérissement des choses contre lesquelles on les échange. Supposons que je loue pour une semaine le travail d’un ouvrier, et qu’au lieu de dix schillings je lui en donne seulement huit ; si, d’ailleurs, il n’est survenu aucune variation dans la valeur de l’argent, il se pourra que cet ouvrier obtienne avec son salaire réduit plus d’aliments et de vêtements qu’auparavant : mais ceci, il faut l’attribuer à un abaissement dans la valeur des objets de consommation de l’ouvrier, et non, comme l’ont avancé Adam Smith et M. Malthus, à une hausse réelle dans la valeur de son salaire. Et pourtant, c’est pour avoir caractérisé ce fait, en disant qu’il constitue, au fond, une baisse dans la valeur du travail, qu’on m’accuse d’avoir adopté un langage nouveau, inusité, et qu’on ne saurait concilier avec les véritables principes de la science. Quant à moi, je crois que les termes inusités sont précisément ceux dont se servent mes adversaires.
Admettons qu’un ouvrier reçoive par semaine un boisseau de blé à une époque où le prix du blé est de 80 sch. par quarter (2 h. 90 l), et que le prix descendant à 40 sch., on lui en donne un boisseau et un quart. Admettons encore qu’il consomme chaque semaine, dans sa famille, un demi-boisseau de blé, et qu’il échange le surplus contre d’autres objets, tels que le combustible, le savon, la chandelle, le thé, le sucre, le sel, etc., etc. ; si les trois quarts de boisseau qui lui resteront dans ce cas ne peuvent lui procurer autant de jouissances et de bien-être que le demi-boisseau dont il disposait autrement, dira-t-on encore que son travail a haussé de valeur ? Adam Smith insiste sur cette hausse, parce que son criterium est le blé, et que l’ouvrier reçoit plus de blé par semaine : mais Adam Smith eût dû y voir, au contraire, une baisse, « parce que la valeur d’une chose dépend de la faculté que transmet cette chose d’acheter les autres marchandises, » et que, dans l’hypothèse supposée, le travail a perdu de cette faculté.

 

 

Section II.

PDF

iCi