Les SAOUD – ENNEMIS de l’INTERIEUR


https://i2.wp.com/www.centpapiers.com/wp-content/uploads/ibn_saoud-377x330.jpg

ACTE 1

La secte wahhabite dévoilé par un grand cheikh de l’université d’Égypte.

—————————————————-

ACTE 2

La déviance salafo-wahhabite :

les origines

salafo-wahabiteArticle initialement publié le 14 JUILLET, 2013 sur

http://elmutasawwuf.unblog.fr/

A nom de Dieu, Le Clément, Le Très Miséricordieux

Omniprésent sur le web de part des milliers de sites internet et sur les écrans de télévision via les chaînes de télévision du Qatar, de l’Arabie Saoudite, du Yémen, …l’idéologie salafo-wahhabite tisse sa toile et rien ne semble pouvoir l’arrêter. Mouvement qui a en son sein des « courants » qui vont d’une position pacifiste jusqu’à un positionnement ultra violent. Retour sur un mouvement et une  « doctrine » qui prend ces racines dans une alliance entre un prédicateur, un homme politique, des puissances occidentales et qui ne doit sa survie qu’aux pétrodollars….

Muhammad Ibn ‘Abd al Whahhâb et Muhammad ibn Saoud, les deux faces du salafo-wahhabisme. La première est la face religieuse, la seconde est politique.

Muhammad Ibn Abd Al Wahhâb est né en 1703 près à Ouyayna de Riyad. Il étudia le madhab (école) hanbalite auprès de son père Sulayman Ibn Ali, celui ci désapprouva le fait que par la suite Muhammad Ibn Abd Al Wahhâb n’étudia pas le fiqh auprès des chouyoukh et des érudits reconnues du Najd. Plus tard le frère de Muhammad Ibn ‘Abd Al Whahhâb, Sulayman Ibn Abd Al Wahhâb combattra les déviances théologie du wahhabisme et donc les positions de son propre frère. Il relate dans son livre « Al-Sawa’iq Al-Ilahiyyah » en page 5, à propos des adeptes du wahhabisme :

«Et aujourd’hui nous voilà affligés par ceux qui s’associent au Coran et à la Sunna (la tradition du prophète), qui prétendent élaborer des règles à partir de ces sources, alors qu’ils font fi des avis divergents des savants et refusent le dialogue avec ces hommes de science. Mais le pire, c’est qu’ils imposent aux autres leurs propres règles, qualifiant quiconque ne suivant pas leur voie de mécréant.»

Il continue ailleurs dans un autre de ces ouvrages nommé « Al-Ra’d ala al-Wahabia »: « Actuellement, les gens sont harcelés par quelqu’un qui prétend suivre le saint Coran et la Sunna et qui ose déduire [directement] de leurs enseignements en ne prêtant aucune attention à quelque opposition que ce soit. Parce que quiconque s’oppose à lui, il l’appelle un hérétique bien qu’il ne possède lui-même aucune des qualifications des mujtahidîn – et, je le jure par Allah, pas même un dixième de l’une de ces qualifications. Néanmoins, ses enseignements ont attiré beaucoup de simples d’esprit. À Allah nous appartenons et à Lui nous reviendrons. »

Son frère est même allé jusqu’à réfuter complètement la doctrine « hétérodoxe » du wahhabisme dans un ouvrage nommé  « Fassl Al Khitab fil rad âla Muhammad Ibn Abd Al Wahhab (le Discours tranchant dans la réfutation de Muhammad Ibn Abd Al Wahhab) ».

Pour faire simple Muhammad Ibn Abd Al Wahhâb prétendait que les divergences d’opinions entre les savants [des 4 écoles de jurisprudence sunnite] n’étaient pas une miséricorde pour les croyants, mais une calamité, laquelle conduisait à des déductions détestables. Il rejetait toutes les opinons et règles des Imams de Ahlu-Sunnah hormis celles de Ibn Taymiyyah et son étudiant Ibn Al Qayyim, dont il considérait le travail presque comme sacré et infaillible…Et sa prédication commença après le décès de celui qui fut son enseignant au début : son père…Simple hasard ou volonté manifeste afin que son « travail » ne soit condamné par son professeur (et de surcroît père) en sciences islamique ? Lorsqu’on sait tout le poids traditionnel que revêt l’autorisation d’enseigner que reçoit l’étudiant de la part de son professeur et maître dans les sciences islamique le hasard ne peut avoir sa place à ce niveau là….

Le prophète de l’Islam (paix et salut sur lui) avait dit après avoir béni toutes les régions excepté le plateau du Nadjd: « Du Nadjd se lèvera la corne du Satan » [1]

Le prophète (paix et salut sur lui) avait dit: il sortira de Nadjd des gens qui ne comprenne du Coran que l’extérieur, le sens du Coran ne parvient pas à leur cœur…..Ceci pour faire allusion au Khawârij [2]. Ce sera de cet endroit là que le wahhabisme se répandra…

Muhammad Ibn ‘Abd al Whahhâb, se fait connaître par une prédication marquée par le puritanisme, l’intolérance et une interprétation littérale du Coran. Ses propos sont repris dans un traité, intitulé  » KitâbAl-Tawhîd « (Traité de l’unicité Divine) et lorsque quelqu’un se dresse pour lui dire que ces interprétations du Coran et de la Sunna ne sont pas justes sa réponse est de le traité de mécréant celui ci et tout ceux qui ne sont pas d’accord avec ces interprétations (au demeurant proprement anti-traditionnelle).

[1] Rapporté dans le Sahîh al-Bukhârî : Hadîth 558 (p 108) le livre de la prière pour obtenir la pluie dans « le sommaire du sahih al-bukhârî » Tome I, par L’Imam Zein Ed-Dine Ahmed ibn Abdul-Latif A-Zoubaidi.

[2] Rapporté par Al- Bukhârî dans son chapitre sur les sectes égarées. Les Khawârij sont apparus suite au différent entre ‘Ali (que dieu l’agrée) et Mu‘âwiya (que Dieu l’agrée) …Ils ont décidé de tuer ‘Ali et Mu‘âwiya. Les Khawârij ont été qualifiés par le Prophète (paix et salut sur lui) comme étant des gens qui faisaient beaucoup d’actes cultuels -même beaucoup plus que les compagnons eux même-, mais que suite au fait qu’ils interprétaient le Coran au premier degré, leurs cœurs étaient fermés et le Coran n’atteignait pas leurs coeurs: ‘Ali (que Dieu l’agrée) les a combattu pendant toute la période de sa Khilâfa car ils représentaient une vrai menace pour la foi et leur interprétation des textes étaient superficielles et très dangereuses…Ils étaient derrière l’assassinat et la mutilation de plusieurs de grands compagnons : car les Khawârij considéraient ceux qui n’étaient pas d’accord avec eux, comme des mécréants…

Alors que Muhammad Ibn ‘Abd al Whahhâb n’est clairement pas soutenus par les savants religieux d’Arabie notamment car il prône le fait qu’un musulman Muqallid n’a pas suivre une des quatre écoles (madhâhib), qu’il permet à tout Muqallid d’accéder à l’effort juridique (Ijtihâd) sans considération des normes et règles émises par les savants des quatre doctrines et autres (ce qui est très dangereux), qu’il renie le tawassul ( alors que plus de dix sept preuves découlant du Coran et de la Sunna à propos des mérites de la supplication de Dieu par la faveur du Messager ou des saints vivants ou morts ont étaient apportés par les plus grands savants),que sa prétention lui fasse dire qu’ils sont « le groupe sauvé » et que tous ceux qui ne sont pas en accord avec lui et ces disciples sont des égarés ou du moins pas conformes aux « traces des salafs » et surtout qu’il accuse les soufis, les ash‘arites et beaucoup de musulmans, de mécréance (kufr) et d’hérésie Muhammad Ibn ‘Abd al Whahhâb va trouver grâce au yeux de Muhammad ibn Saoud.

Muhammad ibn Saoud est né aux alentours 1705 (certains dissent plutôt 1710), il est issue de La tribu des Banu Hanifa, tribu chrétienne implantée au ve siècle dans le centre de l’Arabie et convertie à l’islam après avoir été vaincue en 634 par Ibn al-Walid. Aprés avoir donné protection a Muhammad Ibn Abd al Whahhâb, les deux hommes scellent alors une alliance dans laquelle Ibn Saoud donne protection a Ibn Abd al Wahhab et en “échange” celui ci légitime religieusement la domination des Saoud sur les tribus arabes voisines. Leur alliance sera concrétisée par le mariage du fils d’ibn Saoud avec la fille d’ibn Abd al Wahhab. Cette alliance faisant du wahhabisme non plus un simple mouvement religieux, mais un mouvement politique, comme c’est toujours le cas aujourd’hui

Ce prosélytisme militant mène progressivement à l’unification politico-religieuse de l’Arabie central. Le califat (seule autorité légitime dans l’islam traditionnel) ottoman de l’époque s’inquiète rapidement de l’ampleur du mouvement, de la remise en cause de l’islam traditionnel et de la menace qu’il fait peser sur son pouvoir. À la suite du pillage et de la profanation des villes saintes de Kerbala (1801), de La Mecque et de Médine (1803-1806) [3] par les adeptes wahhabite, le sultan Mahmud II ordonna au Khédive (vice-roi) d’Égypte Mohammed ‘Ali Pacha d’envoyer une armée en Arabie pour détruire cette doctrine hérétique qui menacée l’unité de la Oumma et l’islam traditionnel.

Cimetière de la Macque, Gennat al-Mu'alla, avant sa destruction par les wahabites. En 1925, peut après avoir conquis le Hedjaz, le pouvoir saoudien fit entièrement raser les cimetières de Médine (al Baqi') et de la Mecque.

[3] Les plus importantes destructions de sites ont commencé en 1806 lorsque l’armée wahhabite a occupé Médine. Les armées wahhabites ont rasé le Baqi’, ou cimetière qui contenait les restes des figures centrales de l’Islam des débuts. Les mosquées ont également été visées et la tombe du prophète Mouhammad faillit être démolie. Entre 500 et 600 mausolées et d’autres structures de l’Islam des origines ont été demolie. Il a été estimé que 95 % des bâtiments âgés de plus de 1000 ans ont été rasés durant les 20 dernières années.

Thomas Edward Lawrence, alias Lawrence d’Arabie, agent du Foreign Office britannique

L’Empire britannique, qui au milieu du XIXème siècle contrôlait de grandes parties de l’Asie, notamment l’Inde, eut besoin de sécuriser ses routes commerciales vers l’Europe. Les Britanniques conclurent donc des accords avec les chefs des tribus occupant les territoires situés le long des côtes de la mer Rouge, de la mer d’Oman et du golfe Persique : armes et or furent allègrement distribués, de même que des promesses de protection militaire ; en échange ces tribus devaient empêcher les autres puissances coloniales (en particulier l’Empire ottoman) d’approcher ces terres. C’est donc dans ce cadre là (et certainement aussi en vue d’un affaiblissement du califat) que les Britanniques offrit leurs services aux hérétiques wahhabite. Apres diverses tentatives qui échoueront mais aidé,financé et armé par les Britanniques,les descendants de Muhammad Ibn Saoud et de Muhammad Ibn Abd al Wahhab arriveront a leurs fins : contrôlé toute l’Arabie et y déclare la déviance wahhabite comme “doctrine officielle”, dans leur délire mégalomane les Ibn Saoud iront jusqu’à rajouter leur nom derrière le mot Arabie…

Accord Quincy

Les salafo-wahhabites prétendent revenir par leurs pratiques et « doctrine » a « l’islam des origines »…En guise de conclusions nous citerons cette parole de René Abd al Wahid-Yahya Guénon :

C’est une habitude constante de tous les schismes et de toutes les hérésies de quelque ordre que ce soit, de se présenter comme un retour à la puretés des origines.

source : http://elmutasawwuf.unblog.fr/

—————————————————-

ACTE 3

LA FAMILLE DES AL-SAOUD –  MENSONGES ET DESTRUCTIONS

Un historique succinct et révélateur des origines de la famille des Al-Saoud, de ses prises de position et de son animosité viscérale contre l’Islam, contre le Prophète de l’Islam (p), les membres de sa Famille (p) et contre tous les vestiges religieux chers aux cœurs des Musulmans. Cette vidéo révèle également le rôle qu’a joué cette famille dans les divers génocides perpétrés contre la communauté musulmane, tout en octroyant généreusement des milliards de dollars à l’administration américaine qui finance Israël !

Vidéo:  http://youtu.be/jEPyON04YgI

—————————————————-

ACTE 4

Analyse du Dr Jibril Al-Haddâd du très controversé Livret Kitab Tawhid de Muhammad Ibn Abdel Wahab

domestication des tribus arabes

INHFR – Un livret intitulé Kitâb al-Tawhîd al-Ladhî Huwa Haqqullâh ‘alâ al-‘Abîd a été rédigé par le fondateur de la secte anthropomorphiste du wahabisme. Très controversé à cause d’erreurs dogmatiques et tout genre d’hérésie qu’il renferme et véhicule, ce livret fera l’objet de plusieurs répliques de la part des scientifiques, juristes et différents savants notamment sunnites venant des 4 écoles Islamiques. Les financements saoudiens et la propagande acharnée et aveugle des disciples de la secte wahhabite, vont donner à ce livret, une référence, qu’il est loin de mériter en matière de tawhîd, vu les égarements et détournements faits des textes divins et prophétiques.

Et c’est ainsi que la quasi totalité des librairies, peu regardantes des propagandes qu’elles distribuent, mais également les sites d’internet tel que les sites de soi disant information islamique, ont participé et participent encore à cet immense égarement et détournement fallacieux et maléfique qui est fait des textes divins et prophétiques, et qui coute la vie à des milliers et des milliers de vies de musulmans, et ce depuis le début de cette idéologie et à ce jour encore.

Les père et frère de Ibn Abdel wahab eux-mêmes, tous deux savants et juges musulmans, ainsi que plusieurs autres savants de son époque, avaient pourtant mis en garde Muhammad Ibn Abdel Wahab contre cette idéologie maléfique, dont l’ancêtre des Al Saoud va s’en servir pour soumettre les territoires musulmans d’Arabie, en versant le sang de milliers de musulmans, hommes, femmes et enfants.

Le Sheikh Ahmad Ibn Zain Ibn Ahmad Dahlan Al Makki (né à la Mecque en 1231 H – et mort à Médine en 1304 H), Savant Juriste Sunnite, Shafiite, Historien,  Moufti des savants de la Mecque, connu par l’appellation de Sheikh Al Islam et auteur de plusieurs livres, rapportera dans son livre « La Sédition des Wahabites », le désaveu du Père, du frère et de plusieurs savants de l’époque de Ibn Abdel Wahab, et dira :

« Le père d’Ibn Abdel-Wahab était un homme vertueux et un savant, et il en fut de même pour son frère le Sheikh Sulaiman Ibn Abd El-Wahab. Son père, et son frère ainsi que ses enseignants pressentirent très vite qu’il allait devenir une source d’égarement et de déviation, de ce qu’ils le virent et l’entendirent faire ainsi que les position rebelles qu’il prenait à l’encontre de beaucoup de sujets. Ils ne cessèrent de le mettre en garde contre ce comportement et alertèrent les gens, qu’ils mirent également en garde contre lui. Allâh confirma leur vision, lorsque Mohammad Ibn Abdel-Wahab propagea ses égarements et sa théorie absurde et dévastatrice, par laquelle il égara beaucoup d’ignorants, et fut en contradiction avec les hommes de la science.

Il en arriva ainsi à apostasier les croyants, le Takfir et prétendit que le fait de se recueillir sur la Tombe du Prophète, saws, et demander son intercession, ou se rendre sur la tombe des autres Prophètes, des Saints et des gens vertueux, était de l’associationnisme, un Shirk. »

Sheikh Dahlan Shafii - Désaveu du Père et du frère de Ibn Abdel Wahab

Et le Sheikh Ahmad Ibn Zain Ibn Ahmad Dahlan Al Makk rapportera également les horribles massacres commis par cette secte sur les populations, ainsi que les déviances dogmatiques innovantes que son fondateur a introduit en Islam au nom d’un Tawhid détourné. Des déviances rapportées comme celle-ci :

« Et parmi leurs égarements, ils interdisaient aux gens de demander la Shafaa, l’intercession du prophète alaihi salat wa salam, alors que les hadiths du Prophète alaihi salat wa salam, sur son intercession en faveur de sa communauté sont nombreux et ont été rapportés par plusieurs compagnons, intercession qui sera majoritairement réservée pour l’absolution des grands péchés. Les wahabites interdisaient aussi aux gens de lire le Livre Dalail-Al-Khairat [les méthodes d’obtention des bienfaits], qui se caractérisent par la récitation de la prière sur le Prophète alaihi salat wa salam, à répéter plusieurs fois, et qui rentre dans les descriptifs de la pureté du Prophète alaihi salat wa salam. Ils (les wahabites) disaient que ceci (demander l’intercession du Prophète) était un shirk , et interdisaient à quiconque, dans les mosquées, de réciter la prière sur le Prophète après l’appel à la prière, à tel point qu’un homme pieux, et aveugle, était Mouazzine (faisait l’appel à la prière) a continué à réciter les prières sur le Prophète alaihi salat wa salam après les appels à la prière, alors que les Mouazzines en avaient été  interdits de le faire, ils l’emmenèrent alors jusqu’à Mohammed Ibn Abdel wahab, et ce dernier donna l’ordre qu’on le tue, et il fut mis à mort. Si je devais écrire tout ce qu’ils (les wahabites) faisaient je remplirai certes des livres, et des pages entières, mais cela suffit, et Allah subhanah wa Taala est parfaitement connaisseur de ce qu’ils ont fait. »

Fitnat Al Wahabiya 2

Les mêmes déclarations de mise en garde seront rapportées par plusieurs autres savants, dont un autre savant Sunnite, cette fois-ci Hanbalite, Imam de la Mecque à l’époque du règne d’Asharif Al Hussein Ibn Ali Al Hashemi sur le Hijaz, le Sheikh Mohamed Ibn Abdellah Ibn Hamid Al Amiriye Anajdiye (né en 1236 hégir et mort à Taif en 1295 hégir), dans son livre « Assou-Houb Al-wabila Ala Dara-Ihe Al Hanabila » – pages 275 à 277.

Il rapportera les déclarations suivantes dans son livre, sur la biographie du Sheikh Abdel Wahab, père de Muhammad Ibn Abdel Wahab le fondateur du wahabisme, et sur le mal que propageait ce dernier :

« Il a étudié la jurisprudence auprès de son père, l’auteur du célèbre livre Al-Mançak, ainsi qu’auprès d’autres professeurs, et acquis de la science. Il a rédigé des ouvrages bien écrits traitant de certaines questions juridiques. Il est mort en l’an 1153 de l’Hégire.

Et il est le père de Muhammad [Ibn ‘Abdi l-Wahhab], le fondateur du mouvement dont les étincelles se sont répandues dans tous les horizons, mais il y a une grande différence entre eux. Muhammad n’a déclaré sa prédication qu’après la mort de son père.

Certains de ceux que j’ai rencontré m’ont informé d’après les gens de science qui vivaient à la même époque que ce Chaykh ‘Abdel Wahab, était en colère après son fils Muhammad, pour la raison qu’il ne voulait pas s’occuper à apprendre le Fiqh (jurisprudence) comme ses aïeuls, et il pressentait que quelque chose de maléfique allait survenir de lui, alors il disait aux gens: « Qu’est-ce que vous allez voir comme mal de la part de Muhammad ! » et il s’est passé ce qui s’est passé conformément à la prédestination de Allah.

Egalement, son [autre] fils Soulayman, le frère de Muhammad [Ibn Abdel Wahab], était lui aussi opposé à sa prédication. Et il l’a réfuté de la meilleur façon, par des versets coraniques et traditions (du Prophète), car celui qu’il réfutait (Muhammad Ibn Abdel Wahab) n’acceptait rien d’autre, et ne faisait attention à la parole d’aucun Savant, que ce soit celle des anciens ou des contemporains, quel qu’il soit, à l’exception de celle de Ibn Taymiyah et de son élève Ibn Al-Qayyim, car il considérait leurs paroles comme étant des textes sujet à aucune discussion. Et il se contentait de cela parmi les gens, même si leurs propos étaient autres que ce qu’il comprenait.

Ensuite, le Chaykh Soulayman (Ibn Abdel Wahab) a rapporté sa réfutation à l’encontre de son frère dans « Faslou l-Khitab fi r-radd ‘ala Muhammad Ibn Abdel Wahab » (le Discours tranchant dans la réfutation de Muhammad Ibn Abdel Wahab).

Et Allah l’a préservé de son mal et de sa ruse [provenant de Muhammad Ibn Abdel Wahab], malgré cette terrible tyrannie qui a horrifié même les habitants des contrées lointaines. Car ce qu’il (Muhammad Ibn Abdel Wahab) faisait quand quelqu’un le contredisait ou le réfutait et qu’il se trouvait dans l’incapacité de le tuer au grand jour, il lui envoyait quelqu’un pour le tuer dans son lit ou au marché, de nuit, parce qu’il considérait mécréant quiconque était en désaccord avec lui et rendait licite son assassinat.

Il a été rapporté qu’un fou dans un village était connu par frapper quiconque lui faisait face, même s’il était armé. Alors Muhammad [Ibn Abdel Wahab] à ordonné qu’on donne une épée à ce fou et qu’on l’introduise dans la Mosquée où son frère le Chaykh Soulayman s’y trouverait seul, alors on le fît entrer, et quand le Chaykh Soulayman l’a vu il a eu peur de lui. Mais le fou jeta son épée et se mit à dire : « Ô Soulayman n’ait crainte, tu fais partie des gens protégé », en le répétant plusieurs fois.  Il n’y a aucun doute que ceci était une Karamah (prodige)… ».  (1)

Ibn Abdel Wahab dans le Libre du Sheikh Mohamed IBn Abdellah

 

***

  • Qualifier les Ash’arites de « négateurs des Attributs Divins » (mu’attilah) [Chapitres 2 et 16].
  • Déclarer que le shirk mineur est une partie intégrante du shirk majeur [Chapitre 6].
  • Mépriser la compréhension du tawhîd de « l’élite des gens d’aujourd’hui » [Chapitre 15].
  • Déclarer que Abû Jahl connaît « Lâ ilâha illa Llâh » mieux que les savants Musulmans [Chapitre 18].
  • Attribuer le début du shirk aux actes des gens de science et de religion, à cause de leur amour pour les saints (les véridiques). [Chapitre 19].
  • Interpréter à tort le hadîth « Ne faites pas de ma tombe une idole » comme signifiant : « ne priez même pas à proximité » alors que le sens accepté [par les savants] est : ne priez pas dans sa direction ni dessus [Chapitre 20]. L’auteur [du Kitâb Ut Tawhîd] se permet même d’ajouter : « les compagnons n’étaient pas censés construire une mosquée sur la tombe du Prophète »
  • Citer le hadîth : « Quand le Messager d’Allâh (que Le Salut et La Paix d’Allâh soient sur lui) envoya Mu’âdh (qu’Allâh l’agrée) au Yamân il lui dit : « Tu rencontreras les Gens du Livre, appelle les donc en tout premier lieu à attester qu’il n’y a pas de Dieu excepté Allah » », en omettant la parole « et que je suis le Messager d’Allah (exalté soit-Il) », alors que cette phrase est rapportée par la totalité des Maîtres du hadîth excepté un (Al Bahyaqî) [Chapitre 5].
  • Présenter à tort une narration singulière (ghârib) comme remontant au Prophète (que Le Salut et La Paix d’Allâh soient sur lui) par Târiq Ibn Shihâb alors que c’est une narration mawqûf (d’un compagnon) des mots même de Salmân Al Fârisî rapporté par Târiq [Chapitre 10].
  • Cette boulette est due au fait que Ibn ‘Abd Ul Wahhâb a imité la déclaration erronée à ce propos de Ibn Al Qayyîm dans Al Jawâb Ul Kâfî (p.21) sans vérifier les sources où se trouvait ce récit, comme Az Zuhd de Ibn Abî ‘Âsim, Al Hilyah d’Abû Nu’aym, et Al Kifâyah de Al Khatîb.
  • Pire encore, Ibn ‘Abd Il Wahhâb attribue la narration à Ahmad, ce qui signifie dans la terminologie du hadîth Al Musnad de l’Imâm Ahmad Ibn Hanbal. Or, ce récit ne se trouve dans aucun des ouvrages de l’Imâm Ahmad, que ce soit le Musnad, Az Zuhd, ou d’autres. Il est vrai que la chaîne de transmission passe par Ahmad, mais lui attribuer le rapport de ce récit est une tromperie.
  • Citer une autre hadîth faible qu’un Compagnon aurait dit : « Allons tous chercher le secours du Messager d’Allâh (que Le Salut et La Paix d’Allâh soient sur lui) (qûmû binâ nastaghîthu bi Rasûli Llâh) contre cet hypocrite (‘Abd Allâh Ibn Ubay Ibn Salûl qui a défié Abû Bakr de demander au Prophète (que Le Salut et La Paix d’Allâh soient sur lui) d’accomplir un miracle majeur) » alors que le Prophète (que Le Salut et La Paix d’Allâh soient sur lui) répondit : « L’aide ne se cherche pas auprès de moi mais seulement auprès d’Allâh (Innahu lâ yustaghâthu bî innamâ yustaghâthu bi Llâh). » ; Ibn ‘Abd Il Wahhâb l’attribue à At Tabarânî. [Chapitre 10].

Premièrement, les formulations « nastaghîthu bi Rasûli Llâh » et « Innahu lâ yustaghâthu bî innamâ yustaghâthu bi Llâh » ne se trouvent dans aucun livre de hadîth et elles n’ont pas de chaîne de transmission ! La référence à At Tabarânî montre l’imitation aveugle de la référence incorrecte d’Ibn Taymiyyah de ces paroles au Al Mu’jam Ul Kabîr de At Tabarânî dans Ar Radd ‘Ala Al Bakrî et dans Majmu’ Ul Fatâwâ.

Deuxièmement, la formulation correcte trouvée dans le Tabaqât d’Ibn Sa’d, Al Musnad, et Al Jâmi’ Us Saghîr est que Abû Bakr a dit : « Dressons nous et allons chercher le Messager d’Allah pour chercher de l’aide (qûmû nastaghîthu ilâ rasûlillah) contre cet hypocrite » suite à quoi le Prophète (que Le Salut et La Paix d’Allâh soient sur lui) répondit : « Ce n’est pas pour moi de s’élever mais uniquement pour Allah – Lâ yuqâmu lî innamâ yuqâmu li Llâh. » Ainsi donc la réponse du Prophète (que Le Salut et La Paix d’Allâh soient sur lui) ne concerne pas le moyen mais la motivation et le but des compagnons à se dresser contre l’hypocrite. Ceci est confirmé par un autre récit dans lequel ‘Umar demande la permission de tuer ‘Abdu Llâh Ibn Ubayy Ibn Salûl, à quoi le Prophète (que Le Salut et La Paix d’Allâh soient sur lui) répliqua : « Laisse le sinon les gens diront que Muhammad tue ses compagnons. »

Troisièmement, la chaîne de transmission de « Lâ yuqâmu lî innamâ yuqâmu li Llâh » contient un narrateur inconnu en plus de ‘Abdu Llâh Ibn Lahî qui est considéré comme faible, comme ceci est indiqué par Al Haythamî dans Majmu’ Uz Zawâ°id (8:40), donc ce récit est faible et inapte à servir de base dans les questions de croyance !

Quatrièmement le récit ne se trouve pas ailleurs que dans de très peu nombreuses compilations de ahâdîth et est interminable et plutôt improbable dans sa formulation complète, c’est pourquoi Ibn Kathîr le considère comme «extrêmement étrange » (gharib jiddan) dans son Tafsîr.

Cinquièmement, le compagnon en question est Abû Bakr (qu’Allâh l’agrée) ce qui serait en soi – si le récit était authentique – que l’istighâthah du Prophète ne peut pas être du shirk étant donné que Abû Bakr était le plus savant et le plus strict des Compagnons sur le tawhîd !

Sixièmement, le sens de la correction personnelle impliquée par la phrase de Abû Bakr et la réponse du Prophète (que Le Salut et La Paix d’Allâh soient sur lui) sont confirmés par les mots extraordinaires qu’Abû Bakr a dit à Rabî’a Al Aslamî – la servante du Prophète – qu’il regrettait d’avoir insulté : « Tu vas m’insulter en retour (en juste rétribution) sinon j’irai chercher l’aide du Messager d’Allah contre toi ! »

  • Dire texto : « Les mécréants qui connaissent leur mécréance sont mieux guidés que les croyants – innal kuffâr al ladhîna ya’rifûna kufrahum ahdâ sabîlan min al mu°minîn » [Chapitre 23].
  • Dire : « Parmi les polythéistes il y en a qui aiment Allâh avec un amour intense » [Chapitre 31].
  • Dire : « Le Musulman a été appelé un adorateur du dinar et du dirham » [Chapitre 37].
  • Montrer un mépris non dissimulé à l’égard des saints, des savant et des croyants en général : « Les conditions se sont dégradées au point où, pour beaucoup, l’adoration des moines est la meilleur des actions et est appelée « sainteté » (wilâyah), alors que l’adoration des docteurs de la Loi est appelé « science » et « jurisprudence ». Alors les conditions se sont dégradées encore plus, jusqu’à ce que ce ne soit même plus des saints qui sont adorés à la place d’Allah, et, en second lieu, ceux qui étaient ignorants. » [Chapitre 38].
  • Dire que : « les deux opposés (foi et mécréance) peuvent cohabiter dans un seul cœur » [Chapitre 41], ceci en contradiction avec le verset qui dit « Allâh n’a donné à aucun homme d’avoir deux cœurs dans sa poitrine ». Ceci – ainsi que les 4 concepts précédents – est fondamental pour comprendre la propagation par les Wahhâbites de la suspicion mutuelle entre les Musulmans.
  • Comparer le poème « Al Burdah » au fait de donner un égal à Allah (qu’Il soit exalté) [Chapitre 44].
  • Assimiler le titre islamique de « Qâdî Ul Qudât » (Juge en chef), au titre interdit de « Shâhân Shâh » (Roi des rois) [Chapitre 46].
  • Citer Ibn Hazm pour expliquer un verset coranique sur la croyance alors qu’ils considèrent qu’Ibn Hazm est un Jahmite dans le domaine de la croyance. (4) [Chapitre 50].
  • Attribuer l’associationnisme aux Prophètes (en l’occurrence Âdam et Hawâ, que La Paix soit sur eux) « dans le principe mais pas en réalité » [Chapitre 50].
  • Déclarer qu’il est explicitement dit qu’Allâh a deux mains : la droite tient le ciel et l’autre tient la terre, et cette autre [qui tiendrai la terre] est clairement nommée « la main gauche » [Chapitre 67].  « Innâ li Llâhi wa innâ Ilayhi râji’ûn – A Allâh nous appartenons et vers Lui nous retournerons. »

Fin de citation.

A lire également, sur le site de ces frères, un excellent travail Jazahum Allah khairan.

(1) Traduction publiée récemment par les frères du site sunnite.islamreligion.fr

Mise en garde contre les sectes wahabites faux salafites. wahhabisme

Savants Sunnites ayant répliqué contre Muhammad Ibn Abdel Wahab

Massacre des musulmans de At-Ta’if en Arabie par la Secte des Wahhabites faux salafites

Etude référencée sur Ibn Taymiya,  ses Déviances et les savants lui ayant répliqué

Les Déviances d’Ibn Ibn Taymiya rapportées dans les livres des savants sunnites de son époque et après lui

Soyez vigilants et accrochez-vous qu’au Coran et au Prophète Mohammed alaihi salat wa salam, ce sont les seuls guides du musulman. Invoquez la guidance d’Allah Tabaraka wa Taala, et rappelez-vous que nous serons questionnés au Jour du jugement sur chaque acte et parole. Il y a certes des sites dont les responsables ont craint Allah Taala et sont restés fidèles au Coran et au Prophète alaihi salat wa salam, sans citer une partie du Coran ou des Hadiths et en occulter une autre, qu’Allah Taala bénisse leurs efforts et acceptent leurs œuvres, mais plusieurs autres sites de soi disant information islamique, plutôt de désinformation en Islam, ne font que propager les idées cette idéologie absurde et hérétique qui a trahie Allah Taala et son messager. Vous reconnaitrez facilement ces pseudo-sites islamiques, ils s’appuyent sur les Fatwas de leurs savants wahabites, plutôt que sur le Coran et les hadiths du Prophète alaihi salat wa salam, le Prophète qui est d’ailleurs totalement absent de leurs sites, ou lorsqu’il est cité, jamais les hadiths du Prophète sws sur les khawaridjes, leurs signes distinctifs, et leurs égarements comme le Takfir, la sortie armée contre les musulmans que le Prophète a interdit etc … ne seront cités par ces sites, au contraire toute la place sera donnée chez eux aux Fatwas du Sheikh Untel et du Sheikh Ibn untel, à des fins de dounya pour acquérir un bien, un pouvoir ou un statut particulier. Ainsi comment ils remplacent le Prophète alaihi salat wa salam par des prédicateurs égarés dont le Prophète alaihi salat wa salam a mis en garde  les musulmans de les suivre.

Prenez garde, lorsque vous serez dans la tombe, vous y serez tout seul, nosu y serons tous seuls face au livre de nos actes et paroles, et personne ne pourra rien pour personne, ni les prédicateurs, ni les amis , ni même sa propre famille!

Qu’Allah protège cette Ummah des égareurs, égarés, des traitres et des langues hypocrites, ameen

Le Prophète alaihi salat wa salam a avertit la Ummah de l’émergence de ces gens qui réciteront le Coran, sans qu’il dépasse leurs gosiers et s’éloigneront de la religion à la vitesse de la flèche qui se dirige vers sa cible, ils égareront les musulmans par la parole enjolivée et manipulatrice, et parmi leurs signes distinctifs lors de leur émergence, ils vont instaurer un rituel de se raser la tête. Et, effectivement il en fut ainsi pour les wahabites de Najd qui obligèrent les musulmans à adopter un nouveau dogme en Islam, et les soumirent à une nouvelle tradition, obligatoire avant de rentrer dans le nouveau dogme, et que personne avant eux n’avait jamais exercé en Islam depuis l’époque du Prophète alaihi salat wa salam, de se raser la tête pour se purifier disaient-ils du Shirk, et devenir des musulmans ! Et c’est bien la prophétie du Prophète alaihi salat wa salam :

« Des gens venus de l’Est vont apparaitre, ils vont réciter le Coran mais celui-ci ne dépassera pas leurs gosiers, ils s’éloigneront de la religion à à l’allure de la flèche qui se dirige vers la cible. Ils ne reviendront pas [à l’Islâm] tant que la flèche n’aura pas regagné son encoche. Leur signe distinctif sera de se raser le crâne. »Rapporté par Abu Said Al khudari – Sahih Al Jamie – n°8063.

et dans une autre version, le Prophète a ajouté : [..A chaque fois qu’une de leurs générations va disparaitre, d’autres vont apparaitre, et ce, jusqu’à l’apparition du Dajjal parmi les derniers d’entre-eux. Un de leurs signes distinctifs est de se raser la tête. »

يخرجُ ناسٌ من قبَلِ المشرِقِ ، يقرؤونَ القرآنَ لا يجاوِزُ تراقِيَهم ، يمرُقونَ مِنَ الدينِ كما يَمْرُقُ السهْمُ من الرمِيَّةِ ، ثُمَّ لا يعودونَ فيه ، حتى يعودَ السهمُ إلى فُوقِهِ ، سِيماهمُ التحليقُ
الراوي: أبو سعيد الخدري المحدث: الألباني – المصدر: صحيح الجامع – الصفحة أو الرقم: 8063
خلاصة حكم المحدث: صحيح

« Il émergera à la fin des temps des gens arrivistes et d’insensés idéalistes. Ils réciteront le Coran, mais il ne dépassera pas leurs gosiers. Is parleront à la manière des meilleures orateurs sur terre, mais ils sortiront de la voie de la religion à l’allure de la flèche qui se dirige vers la cible ». Hadith sahih , rapporté par Ibn Massoud, recueilli par Muslim. Compilé par Al Albani dans Sahih Al Jamie – N° 8052.

يخرُجُ في آخرِ الزمانِ قومٌ أحداثُ الأسنانِ سفهاءُ الأحلامِ ، يَقْرَؤونَ القرآنَ بألسِنَتِهم ، لَا يُجَاوِزُ تراقِيَهم ، يَقُولُونَ مِنْ قَوْلِ خيرِ البَرِيَّةِ ، يَمْرُقونَ مِنَ الدينِ كمَا يَمْرُقُ السهمُ مِنَ الرَّمِيَّةِ

الراوي: عبدالله بن مسعود المحدث:الألباني- المصدر: صحيح الجامع- الصفحة أو الرقم: 8052 خلاصة حكم المحدث: صحيح

***

Le Prophète était entrain de réciter une prière «Ô Seigneur béni notre Sham, Ô Seigneur béni notre Yémen», lorsque des compagnons lui dirent : « Ô Messager d’Allah et notre Najd ? » Il a répondu par «Ô Seigneur béni notre Sham, Ô Seigneur béni notre Yémen», ils lui demandèrent encore »Ô Messager d’Allah et notre Najd ? », jusqu’à la troisième il a dit: «C’est de là que partiront les tremblements et les séditions, et de là qu’émergeront les Cornes de Satan!»
Hadith Authentique – Rapporté par Abdallah Ibn Omar – Sahih Bokhari n°7094

ذكَر النبيُّ صلَّى اللهُ عليه وسلَّم : ( اللهمَّ بارِكْ لنا في شامِنا ، اللهمَّ بارِكْ لنا في يَمَنِنا ) . قالوا : يا رسولَ اللهِ ، وفي نَجدِنا ؟ قال : ( اللهمَّ بارِكْ لنا في شامِنا ، اللهمَّ بارِكْ لنا في يَمَنِنا ) . قالوا : يا رسولَ اللهِ ، وفي نَجدِنا ؟ فأظنُّه قال في الثالثةِ : هناك الزلازِلُ والفِتَنُ ، وبها يَطلُعُ قرنُ الشيطانِ
الراوي: عبدالله بن عمر المحدث:البخاري – المصدر: صحيح البخاري – الرقم7094
خلاصة حكم المحدث: صحيح

***

Fraternellement,

INHFR

                                                       source…

http://imranhoseinfr.wordpress.com/2013/10/27/analyse-du-dr-jibril-al-haddad-du-tres-controverse-livret-kitab-tawhid-de-muhammad-ibn-abdel-wahab/#more-7553

———————————————————–

ACTE 5

Le Retour de Issa « Jésus »

Cheikh Imran Nazar Hosein

Vidéo : http://youtu.be/oDvkatrPazE

Laisser un commentaireLes articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections. Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site https://systemophobe.wordpress.com, ainsi que celui des traducteurs.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s