BOUTEFLIKA UNE IMPOSTURE ALGÉRIENNE – MOHAMED BENCHICOU


BOUTEFLIKA

A ma mère dont la police de Zerhouni
a violé le domicile.
A ma femme Fatiha, mes filles Naziha
et Nassima, mon fils Nazim, qui m’ont
accompagné de leur amour.
A cette terre qui m’a vu naître.

Le coup d’Etat était cuirassé ;
La République était nue.
Victor Hugo

Prologue

Ce livre doit beaucoup au président Bouteflika d’avoir vu
le jour.
En décidant, par velléité contre un journal qui le dérangeait, de
placer son directeur sous contrôle judiciaire, lui interdisant de
quitter le territoire national, le chef de l’Etat a procuré au journaliste,
que je suis, cette stabilité que la presse interdit souvent à
ceux qui la pratiquent. J’ai pu ainsi prendre le temps de mes
contacts, lire et compulser les quelques détails qui m’ont laissé
entrevoir une carrière sans grandeur.
Enquêter sur la vie de Bouteflika n’est, cela dit, pas aisé :
l’homme n’a inspiré aucun auteur qui eut pu en conserver
quelques fragments de postérité. Il a butiné dans le champ
politique algérien, ne laissant derrière lui que de vagues trivialités,
quelques récits épiques d’une science de l’intrigue et de cette
ruse bien algérienne par laquelle nous avons collectionné nos
grandes infortunes nationales.
Ce livre n’est cependant pas un portrait à charge.
Il eut été bien superflu d’accabler l’homme quand il n’est en
définitive que l’enfant adultérin d’un système grabataire et
d’une démocratie violée.
Ce livre serait plutôt une chronique d’un temps perdu.
Abdelaziz Bouteflika est la rançon, une de plus, versée par

l’Algérie aux dépositaires divins de ce scrutin censitaire par lequel
se choisit encore un chef d’Etat dans l’ombre. Seule façon,
dira-t-on, d’épargner aux Algériens une direction islamiste.
Est-ce bien certain ? Cette riche Algérie ne devrait pourtant pas
manquer d’enfants et de foi pour s’épargner à la fois Bouteflika et
les islamistes.
L’imposture Bouteflika est née d’une certaine urgence, pour le
système acculé, à conférer respectabilité à une carrière sans relief :
l’Algérie était invitée à entrer au XXIe siècle sous la direction
d’une figurine dont on avait fabriqué la gloire pour mieux s’en
convaincre du destin.
D’un auxiliaire militaire on fit alors un civil réformateur, d’un
autodidacte inaccompli un lettré, d’un maquisard occasionnel
un héros de guerre, d’un noceur avéré un diplomate brillant,
d’un dignitaire un opposant, d’un diviseur un rassembleur,
d’un revanchard narcissique un prophète… On a même fait de
Bouteflika un célibataire endurci alors que l’homme est marié
depuis treize ans !
Les parrains de ces sortilèges, pris à leur propre jeu, s’émeuvent
cinq ans après que d’une vie si falsifiée on n’a pu sortir qu’un président
défaillant et sans envergure, intrigant, coupé de son
époque, inapte à l’écoute, dépassé par ses charges…
L’homme n’était pas préparé aux grandes décisions.
Aussi, plus qu’une imposture, Abdelaziz Bouteflika est-il
surtout une page du désespoir algérien. Un terrible aveu d’impuissance
d’un pouvoir confronté à sa propre agonie et à la
fatuité de ses créatures.
Parce qu’il se situe dans ce débat, bouillonnant, sur la nature du
système et sur l’urgence d’en finir, ce livre s’interdit toute
prétention à l’opinion définitive. Il n’est qu’un regard, parmi

d’autres, sur nos impasses. Il attend d’être complété, contredit
ou appuyé par d’autres enquêtes sur cette inauthenticité qu’on
se plaît à nous infliger.
Ce livre peut paraître inachevé. Il l’est sans doute : l’impératif de
le boucler avant l’échéance de l’élection présidentielle de 2004 a
relégué au secondaire un surcroît d’élaboration dans
l’écriture ainsi que des compléments de recherche qui auraient
aboli certaines imprécisions.
Ce livre peut paraître partial, ce n’en était pas l’objectif. Ses
adversaires parlent plus volontiers de Bouteflika que de ses alliés.
Il peut sembler inclément envers l’homme, et il l’est souvent.
Sciemment. Je n’ai ressenti aucun devoir d’indulgence à
l’endroit d’un personnage qui s’est plu à ce point dans la parodie
du pouvoir qu’il en a obligé une nation à abdiquer entre ses
mains une dignité pourtant acquise dans le sang. L’ambition de
Bouteflika — accumulation de basses vanités — ne se situe pas
très haut dans l’échelle des exigences humaines. Aigri, capricieux,
égocentrique, Bouteflika a érigé la vengeance en style de gestion,
l’encensement en système politique et son tempérament en mode
de gouvernance. L’Algérie, sous sa direction, aura constamment
frôlé le pire : la marotte a passé son temps à faire jaser les marionnettistes,
activant islamisme et groupes de pression internationaux,
fragilisant le pays par d’infinies flagorneries qui ont brimé
le résistant et réhabilité l’assassin. Coopter Bouteflika devait nous
prémunir d’un président islamiste. Il semble bien que nous en
ayons hérité des deux d’un seul coup !
Méditer Bouteflika est vital pour les ultimes diagnostics de
nos illusions. Au bout, nous ne saurons pas forcément ce qu’il
faudra faire pour nos enfants.Nous saurons, en revanche, un peu
plus de ce qu’il ne faudra plus jamais faire contre eux.

M. B.

suite…

http://www.pdfarchive.info/pdf/B/Be/Benchicou_Mohamed_-_Bouteflika_Une_imposture_algerienne.pdf

Laisser un commentaireLes articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections. Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site https://systemophobe.wordpress.com, ainsi que celui des traducteurs.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s